Ça se met où ?

Salut à toutes et tous ! J’écris moins en ce moment because le travail, mais voilà une histoire que je voulais dessiner depuis bien longtemps ! J’espère qu’elle vous plaira.

Comme d’hab, un immense merci à ma relectrice Alex pour son taff incroyable, ainsi qu’à mon poilu et mon fils pour leurs relectures et commentaires à domicile 🙂

Enjoy !

121 réflexions sur “Ça se met où ?

  1. ouh là là… je crois qu’on est pas obligées de voir tout comme une lutte des gentilles (femmes) contre les méchants (hommes) ! OK, mon couple n’est peut-être pas dans un égalitarisme total(itaire), et souvent ça me saoule. mais NON, je ne veux pas mettre fin à une belle aventure à deux, à la découverte jour après jour de nos différences, pour fragiliser nos enfants de voir leurs parents se les partager une semaine sur deux, nous paupériser tous (parce que le divorce et la séparation, c’est la cata économique et écologique pour tt le monde !). Je crois que le couple et l’amour durables sont plus satisfaisants que des querelles de slips mal pliés ou de tondeuses réparées… Et si on essayait de vivre en paix ?

    J’aime

    1. Et pourtant, c’est bien le cas ici. Les femmes portent la charge mentale du foyer et en sont épuisées. Si ce n’est pas votre cas et que vous vous complaisez à faire toutes les taches, bien vous en fasse, mais de là à ne retenir qu’un des conseils de l’autrice et le critiquer, votre attitude est une offense pour les femmes qui se posent de légitimes questions et qui gagneraient à se séparer de leur conjoint. Personne ne vous a demandé de le faire ni de prendre votre cas pour une généralité. Quant à votre réflexion sur un égalitarisme totalitaire, on est à deux doigts de reprendre le terme de « féminazi » clairement employé par les chaînes d’info en continu (et le patriarcat en général) pour déprécier une lutte plus que légitime pour l’égalité qu’on appelle féminisme.

      J’aime

    2. « mais NON, je ne veux pas mettre fin à une belle aventure à deux »…
      heu… vous ne poussez pas le bouchon un peu loin? C’est quoi la prochaine étape? Si vous tentez d’avoir une relation égalitaire votre homme va tuer tous les membres de la famille et se suicider avec une bombe atomique en éradiquant tout le coin?
      S’agit juste de tenter d’améliorer la relation. Vous n’êtes pas obligé de réussir à le faire, vous pouvez tenter d’essayer. Au pire ça ne changera rien, au mieux vous y gagnerez.
      Mieux, vos enfants y gagneront aussi. Parce que eux aussi ils vont être confrontés à ces problèmes et ça sera plus facile s’ils ont l’exemple de leurs parents.

      J’aime

  2. Merci pour la justesse de ton sur un sujet malheureusement encore très tabou. C’est tellement agréable de voir mes pensées exprimées et illustrées clairement !

    J’aime

    1. Je crois qu’il y a quelque chose de très important qui est passé sous silence : le rôle des mères ! Si la mère n’éduque pas son fils à participer aux tâches « ménagères », c’est très dur de redresser la barre, je le constate tous les jours 😦

      J’aime

      1. Et le rôle du père? Un modelage dans l’action qui montre l’exemple, il n’y a rien de mieux il me semble.

        J’aime

  3. Ok bon ben moi je vis ça mais avec ma femme. J’ai l’impression qu’elle n’en fait jamais assez et ça m’énerve. Je me demande si c’est moi qui suis trop exigeant ou si c’est elle qui ne veut pas faire plus d’efforts pour que je me sente mieux chez moi. Avec trois enfants c’est d’autant plus dur de tenir une maison propre.

    J’aime

    1. Je me demande si là ce n’est pas un problème de personnalité alpha. Ou de généralisation et des cas particuliers.
      Le propos d’Emma est pertinent mais pour avoir observé certains couples, il peut y avoir des différences d’exigences dans le ménage. J’ai connu des couples où les deux étaient très bordeliques. Suffit d’imaginer que pour une fois monsieur le soit moins que madame.

      J’aime

    1. Oh my God j’ai jamais lu de quoi d’aussi féministe, généralisateur et limitant.

      Aussi bien dire que les hommes dans le couple sont tous des caves et des enfants!

      Il serait aussi intéressant de se poser la question d’où vient le besoin de contrôle et en quoi ça nourrit ces femmes de prendre toute cette charge mentale sur leurs épaules?

      Ça manque clairement de nuances.On dirait des propos de femme frustrée.

      J’aime

      1. Inutile d’aller chercher des clichés généralisateurs et méprisants comme ‘femme frustrée » (vous parlez de quoi? Sexe ou grosse fatigue de supporter un incapable et un tricheur? ) ou « besoin de contrôle » et de supposer que les femmes prendraient cette charge mentale par une sorte de besoin pervers. On parle ici de FAITS, de faits irréfutables. Dans un foyer aux revenus modestes sans cuisinière, bonne à tout faire, chauffeur et qui n’a pas les moyens de tout porter chez le teinturier. On parle de repas deux fois par jour, d nettoyer la cuisine, de ménage à fond une fois par semaine, d’autant de lessives que nécessaires et de chasse à la poussière. De rangement parce que les objets s’accumulent, de santé et de diététique. Allez troller là où votre argumentation passéiste sera reçue sans éclat de rire devant sa naïveté (plutôt fausse que vraie, mais je vous laisse 10 secondes le bénéfice du doute).

        J’aime

      2. Mylene, ton commentaire manque de tout, recul, bonne foi, et surtout un brin d’humour. Emma a raison, tu le sais si tu es, ou à été en couple. Donc ton truc sur la bonne foi, les nuances et autres bein ça ne marche pas.
        Un mec qui assume.

        J’aime

  4. Moi je la trouve tellement proche de nos vies à tous Homme ou femme. Elle s’adresse même à nos enfants et d’ailleurs mes filles ont bien ri. Comme toutes les caricatures, tout est exagéré (quoi que😉) et tellement proche du quotidien. Cette BD est asexuée bien sûr et à prendre comme un bon engagement pour une discussion dans le couple Et en famille. Bravo 👏.

    J’aime

  5. Bravo ! C’est très riche, très agréable à lire, très complet, j’ai appris des trucs sur des situations que je peux vivre parfois . Merci et encore bravo !

    J’aime

  6. Prenons un bébé, il est totalement dépendant de sa mère ( et de son père normalement)… Plus il grandit plus il devient autonome.
    Autonome par rapport à son corps, puis autonome par rapport à ses propres biens ( vêtements, jouets, fournitures scolaires), autonome par rapport à son lieu de vie ( d’abord sa chambre puis cette autonomie s’agrandit pour concerner le reste de la maison)

    Prendre soin de son corps, de ses biens, de son lieu de vie me semble donc juste le minimum requis pour être considéré comme autonome et responsable.

    Les hommes ne voient pourtant aucun problème à ce que les femmes se succèdent dans leur vie pour s’occuper de ces domaines. Beaucoup ne savent même pas prendre soin de leur corps, comme par exemple se nourrir correctement. Prendre soin de leurs affaires personnelles : les organiser, les ranger, les nettoyer, les réparer… Et encore moins prendre soin d’un lieu de vie…
    Alors leur demander d’organiser la vie de leurs enfants…

    J’aime

  7. Sur le fait de ne plus vivre avec son cher et tendre… Ça ne veux pas forcément dire « se séparer complètement » et ça marche bien. Cela fait des années que je refuse d’avoir un homme qui habite chez moi : j’ai mon appartement, c’est moi qui gère mon quotidien et mon bordel, et ma propre charge mentale suffit. Mais ça ne veux pas dire que je suis célibataire. En fait ça fait des années que mon mari a son propre appartement à côté ; on s’invite l’un chez l’autre, on partage plein de moments, mais on gère chacun son propre quotidien, avec des limites différentes. On a mis ça en place dès le début de notre relation (et notre mariage ne l’a pas remis en cause), parce qu’on avait déjà tout les deux vécu des relations classiques, avec ces pièges qui se mettent en place malgré notre envie d’être égalitaire : se retrouver à gérer le linge de l’autre ou faire tout le temps la cuisine, malgré le souhait conscient de partager. On a beaucoup discuté de tous les mécanismes qui font que ces inégalités se mettent en place, mais la seule solution durable qu’on aie trouvé pour lutter contre ça, c’est d’avoir chacun notre chez-soi. Il y a déjà bien assez d’autres choses sur lesquels il faut être vigilant. Bonus : les moments que nous avons ensemble sont choisis, privilégiés (même si c’est pour glander sur le canapé). Si on s’est marié, c’est bien parce que c’était une relation qui s’est révélée stable et satisfaisante dans la durée, et je crois que diminuer la prise en charge de l’autre y est pour beaucoup : moins d’agacements et de disputes sur du quotidien et de petits détails qui s’accumulent.

    J’aime

  8. Bravo Emma ! Je trouve cette explication très pédagogique et pas du tout excessive. J’ai la chance de vivre une répartition assez égalitaire dans mon foyer (avec un conjoint largement quinquagénaire) et je trouve que c’est très bien quand les choses ne sont pas tabou.Je trouve votre BD très réussie et je vais la partager avec les ados auprès desquels je travaille.
    Et un argument de plus pour la cause : j’ai lu (dans un numéro de Sciences Humaines, qui faisait mention d’une étude sur le sujet) que les couples où la répartition des tâches est la plus égalitaires sont ceux où l’on fait le plus l’amour… Eh bien c’est vrai 😉
    Enjoy la vie des couples, quels qu’ils soient, quand elle est vraiment partagée !
    Dom

    J’aime

  9. Cas particulier.
    Je suis homme, je vis seul, dans un bordel total à quelques secteurs près. Mais je pense que je suis hors sujet. La raison du bordel est des accidents de vie qui ont fait que je peux supporter de me nourrir d’une boite de conserve froide et de dormir à même le sol, même s’il n’est pas propre. Je me suis beaucoup endurci. Négligence de soi je pense.
    A contrario, pour les parties communes ou les parties où les gosses ont accès, je suis un exemple de propreté et de sécurité. C’est juste que si ce n’est que pour moi, ça n’a pas d’importance.

    Pour l’empowerement domestique, je l’ai vu chez le père d’un copain qui s’est trouvé au chômage longue durée suivi de retraite anticipée. Au début, il déprimait. Et puis il a pris en charge la cuisine, le ménage, bref, la maison. Ca lui a redonné une estime de soi et en parallèle on avait intérêt à enlever les chaussures avant de rentrer dans la maison et de mettre le linge sale dans les bacs en temps et en heure. C’était lui le BOSS à la maison et ils nous le faisait comprendre. Avec son ancienne autorité de chef d’entreprise: nous les gosses on filait droit. Et sa femme était bien contente de pouvoir souffler en rentrant du boulot.

    Je vous rejoins sur le coté anticipation vs curatif. Dans une vie passée j’étais très bon pour le curatif. Mais l’anticipation, aie…
    Quoi que… le coup des chaussettes rouges dans le lave linge, je me souviens d’avoir demandé des conseils de ce type à ma mère avant de quitter la maison. Y a beaucoup à apprendre de ce coté là.

    Enfin merci pour vos conseils en fin d’article. Je pense que si des gens de bonne volonté veulent les suivre, on y gagnera tous, femmes comme hommes.

    J’aime

  10. Très bel article.
    Je suis résistant passif et incompétent mais j’essaye de me soigner. (j’ai déjà soigné les 2 autres pathologies)

    Je pense que la solution est multi facteur :

    1°) Pousser le parallèle le chef de projet ne bosse pas sur le projet, si une des personne gère la charge mentale, alors cette personne fait des plannings et du dispatch mais aucune des tâches.

    2°) Si on veut un rééquilibrage il faut supprimer les bullshits jobs, permettre de retrouver du temps pour soi, avec le revenu universel par exemple et beaucoup plus de travail à temps partiel. Il n’y a pas de travail pour tous alors partageons le.

    Beaucoup de personnes pensent à tort avoir besoin d’un travail, elle n’ont besoin que de la rémunération, seulement en France on ne paye « trop » d’impôts que si on a un petit salaire…

    3°) Peut-on utiliser l’énergie consommée par la charge mentale pour créer des outils permettant de la juguler et la gérer au mieux.
    Je rêve d’un monde où plutôt que de donner une partie de cette charge mentale à son·sa SO on puisse la déléguer à un logiciel.
    Je parle pas de la maquiller dans un logiciel où la même personne doit rentrer des paramètres, saisir tous les « faits » et piloter au quotidien tous les éléments, mais bien de pouvoir se reposer dessus (un peu comme les abonnements Amazon)

    4/5/6°) Sans doute 1500 autres choses

    Il faut un éveil des consciences pour que chacun puisse ensuite signer des pétitions et envoyer des lettres à ses députés afin que le système s’adapte au monde.
    Le monde change vite, le système moins.

    Courage à tou·te·s

    J’aime

  11. Merci Emma, c’est toujours autant un régal de te lire ! Bravo pour ton travail qui permet de belles discussions avec mon homme…. car quand c’est quelqu’un d’autre qui le dit… bizarrement, il se sent moins agressé ! héhé ! Je te partage une chanson d’Anne Sylvestre qui me revient souvent en te lisant : « Clémence en vacances » …(le lien ne se copie pas mais je te laisse l’écouter tranquille). Bonne continuation et encore bravo !

    J’aime

  12. N’étant plus en couple depuis moins de 2 ans (mais on ne vivait plus ensemble avant la naissance de notre fille). Je me reconnais dans plusieurs schémas présentés.
    Mais malgré tout la charge mentale va souvent de pair avec « boss » du foyer, voir du couple.
    Me sentant plutôt féministe, tout en restant un homme, on se partageait les taches de manière autre; je sortais notre fille et la chienne (qui n’est pas à moi) faisait les courses et +ou- tout ce qui est extérieur alors qu’elle s’occupait de l’intérieur. Après m’avoir mis dehors, elle ressasse sans cesse sur le fait qu’elle s’occupe de tout qu’elle n’en peut plus que ce n’est plus possible etc etc…
    Donc pourquoi m’avoir dégagé de son logement ? Pour avoir plus de tâches à accomplir ? Pour pouvoir se plaindre ? En fait j’ai pas trop compris.
    Juste j’en ai marre que en allant chercher ma fille j’entends toujours les mêmes refrains. Et les j’en peux plus, et les « j’aurais su j’aurais pas venu ».
    OUI elle a toujours eu la charge mentale même avant Ketyle. Mais ce sont des choses qu’on choisit, elle a habité dans mon appartement pendant plusieurs années avant l’arrivée de miss K. Elle la prenait déjà sa charge mentale alors qu’on se connaissait depuis longtemps avant de se mettre ensemble; elle me connaissait. A un moment il faut comprendre qu’on ne change pas les rayures du zèbre (quel qu’elles soient).
    Vwala mais tes strips sont très bien bien fait et….
    ….vrais.

    J’aime

    1. Votre ex est peut être en dépression post partum mal soignée et ça peut durer des années si ça n’est pas diagnostiqué… (elle est peut être juste ronchon)

      J’aime

  13. Visiblement j’ai de la chance, mon copain n’est pas du tout comme ça, il est plus ordonné et maniaque que moi qui ai une tendance à esquiver les tâches ménagères. J’ai vraiment du mal, sauf lessive, cuisine et vaisselle, sinon le reste c’est vraiment la corvée. Du coup c’est lui qui se charge de faire les poussières plus souvent que moi ou de ranger le bordel, il pète parfois des câbles à cause de mon bazar… Mais bon on s’arrange. Il faut dire aussi qu’avec ma dépression je n’avais plus d’énergie pour le ménage. Et surtout je m’étais usée avec un colocataire qui se comportait exactement comme dans ta bd, mauvaise volonté, trop gâté par maman habitué à ne rien faire, se trouve toujours des excuses pour ne rien faire et puis « ben t’es qu’une femme de toute façon, donc fais le ». Violent, usant et pénible. Je l’ai fichu dehors !

    J’aime

  14. J’ai bien aimé lire cet article, même si je trouve que c’est trop basé sur la relation homme / femme (genre venus et mars). Pourtant c’est plus un sujet de vie à 2 ou en famille, on est tous différent et on n’a pas tous les même exigences dans chaque domaine. On peut très bien accepter d’avoir son bureau en désordre mais pas la cuisine etc … sans compté que les couples lgbt rencontre aussi ce genre de soucis. Il est certain que le coté social (patriarcat / religion / etc …) y est aussi pour quelque chose.

    J’aime

  15. … en fait, c’est peut-être pire maintenant, parce qu’avant, les hommes… ils bricolaient.

    Ma mère s’est tapée toute la charge mentale, toutes les charges domestiques, donc pendant ce temps-là, mon père fabriquait nos meubles et faisait davantage de jardin. Donc les tâches étaient genrées, selon un schéma tradi, mais elles étaient à peu près partagées (seule différence : après le dîner, quand ma mère continuait parfois de bosser, alors que mon père, jamais).
    Mais maintenant, de moins en moins de mecs bricolent, donc même si les hommes prennent quelques tâches que la répartition « ancestrale » leur épargnait, ils en ont lâché beaucoup, alors que les femmes en font toujours autant.

    J’aime

  16. J’aimerais ajouter une stratégie de résistance passive a la liste car c’est celle que je vis le plus mal: la remise en cause de la légitimité de la tâche

    Ex : temps 1: serais tu ok de récupérer les codes du site de banque et de les mettre en partage ? Réponse oui

    Et au moment où je relance 1,5 mois plus tard: ‘as tu pu trouver les codes du site de banque ?’ la réponse est : ça ne sert a rien de les noter quelque part. Suivi d’explications sur pourquoi faire ceci est un non sens.

    Ça marche avec emmener un enfant chez l’ORL alors qu’il n’a pas encore vraiment mal à son otite, avec inscrire les enfants au centre aéré en avance ‘ s’il n’y a plus de place on se débrouillera ‘, .. Bon courage à toutes 🙂

    J’aime

  17. En écho à quelques-uns des commentaires, une des difficultés est de voir le propos sous l’angle individuel autant que collectif. Du point de vue social et politique: le poids de la culture et des assignations de rôles hommes/femmes qui restent trop presents et donc la nécessité d’une parole « pro » feministe. Du point de vue individuel, un certains nombre de variations possibles dans chaque couple qui tendent, en s’exprimant pour contrebalancer un discours jugé trop dur, à amoindrir la portée du message. Merci pour cet article qui m’aide à me remettre en question. En tant qu’homme se satisfaisant de peu, le chemin à parcourir vers l’équité dans la repartition de la charge mentale avec ma compagne est rude pour tous les deux. Car elle a aussi un chemin à faire pour diminuer la part de cette charge qui est parfois excessive et sans nuances .

    J’aime

Répondre à Mylene Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s