Ça se met où ?

Salut à toutes et tous ! J’écris moins en ce moment because le travail, mais voilà une histoire que je voulais dessiner depuis bien longtemps ! J’espère qu’elle vous plaira.

Comme d’hab, un immense merci à ma relectrice Alex pour son taff incroyable, ainsi qu’à mon poilu et mon fils pour leurs relectures et commentaires à domicile 🙂

Enjoy !

146 réflexions sur “Ça se met où ?

    1. J’ajouterai bien un petit plus à propos de la liste des tâches. Au moment du partage consenti de part et d’autre, convenir d’une date pour se revoir et moduler le partage si besoin est. C’est important quand on passe un contrat de mettre une date butoir consentie par les deux parties pour discuter à nouveau et rectifier le tir, n’est-ce pas ? Une vieille dame qui a eu 20 ans en 1968, à l’aube de la libération de la parole féministe et qui vit depuis 50 ans avec le même compagnon

      J’aime

    2. Et ben…
      Après avoir lu, ça j’ai honte.
      Mais je comprends mieux pourquoi ma femme se bat avec moi tous les jours pour que ça roule à la maison.

      J’aime

  1. Une lecture pour toi et pour moi, pour comprendre les mécanismes du quotidien 😉 c’est mieux écrit que ce que j’essaie d’exprimer parfois et toi aussi

    Bonne journée 🥰

    >

    J’aime

  2. Merci encore une fois c’est tellement droit dans le mille, c’est un gros sujet sur le couple avec mes amies hétéro avec qui on a le même problème même si on est de milieu sociaux ou génération différentes et qu’on a du mal à faire intégrer à nos partenaires. Merci donc de nous faciliter un peu le travail grâce au votre.

    J’aime

  3. On dirait mon quotidien !!!
    J’aimerais bien le mettre dehors mais je n’ai pas envie de voir mes enfants une semaine sur deux et financièrement c’est ingérable… je suis coincée.

    J’aime

    1. Bonjour,ne vous empêchez pas de vivre, vous serez aidé avec une assistante sociale, vous ne serez pas sans revenus avec vos enfants…ne vous sacrifiez pas et ne restez pas juste pour le confort matériel..vous regrettez cette vie avec lui actuellement alors vivez votre vie avec vos enfants sans lui..vous vous sentirez plus épanouie

      J’aime

  4. il faut divorcer immédiatement ! quelle torture cela doit être pour vous de vivre avec un homme en imaginant qu’on peut l’éduquer et le transformer en femme, et qu’elle souffrance pour cet homme a être tyrannisé ainsi a devenir ce qu’il n’est pas. alors qu’il est tellement plus reposant d’admettre nos différences et de répartir les taches en fonction de nos compétences naturelles. on ne change pas des milliers d’années de comportements gravés au plus profond de nos gènes avec un coup de baguette magique.
    Pourquoi les hommes adorent aller dans les magasins de bricolages, s’équiper d’outils, et réparer et bricoler dans la maison ? pourquoi vous aimez avoir vos habits bien rangés dans votre armoire et que votre mari s’en cogne? pourquoi on retrouve ces similitudes chez tous les humains de la planète? parcequ’il y a en nous tous des automatismes que nous ont transmis nos ancêtres depuis des milliers de générations, et qu’il vous faudrait des milliers de générations supplémentaires pour inverser la tendance. Vous voulez faire entrer des cube dans des triangles, vous n’obtiendrai que frustration et colère.
    Vous préférez travailler plutôt que de vous occuper de votre maison; embauchez du personnel, si vous n’en avez pas les moyens c’est que vous n’être pas a votre place.

    J’aime

    1. Haha putain les mécanismes évolutifs qui rendent les femmes naturellement plus compétentes pour le rangement des placards j’ai hâte que vous me les expliquiez. Sinon j’adore aller m’équiper dans les magasins de bricolage et bricoler malgré mes deux chromosomes x, ce qui m’incite à penser que c’est sans doute parce que ce c’est simplement plus marrant que de faire la lessive.

      J’aime

      1. dés la maternelle les garçons et les filles font naturellement des groupes séparés parce que leurs centres d’intérêts diverges. il y a bien sur les exceptions qui confirment la règle et vous en êtes une.
        c’est pas tant une question de compétence, si les femmes sont globalement moins intéressées réparer la tondeuse ou la voiture, c’est parce qu’elles trouvent ca pénible, pas qu’elles en sont incapable

        J’aime

    2. completement d’accord. pas le temps de ranger le linge entre deux chasses de mamouths. bien gentil de vouloir faire de nous des femmes mais quand un prédateur viendra nous bouffer faudra pas pleurer!

      oui les temps ont changé, on a du apprendre plein de trucs pas naturels comme faire les taxes, travailler dans un bureau, faire des sites web. si on commence à ranger le linge ça va pas me choquer.

      par contre l’idée du divorce est pas mal, d’ailleurs j’avais vu un psy de couple qui nous avait dit que beaucoup des couples qui le consultaient s’en étaient sorti grace à une femme de ménage. c’est que ce soucis de répartition est vraiment un probleme.

      J’aime

      1. « completement d’accord. pas le temps de ranger le linge entre deux chasses de mamouths » hahaha je te remercie car tu as refais ma journée xDD !! Je vais probablement te piquer cette petite pépite de réplique !

        Pour finir sur une note plus sérieuse, je compète ton argumentation avec un petit point. Avoir à embaucher une femme de ménage pour sauver son couple démontre en effet que le souci de répartition est un vrai problème =\. À cela, j’ajoute aussi que ça ne fait que déplacer le problème sur une autre femme, une « femme » de ménage 😦

        J’aime

      2. Du coup on fait faire à une FEMME, de surcroît PRÉCAIRE, les ménage chez soi au lieu d’ajuster une répartition égale? Ça déplace le problème.
        Et c’est toujours sexiste. Et classiste. Et accessoirement raciste (ce sont souvent des femmes racisées qui sont employées).

        J’aime

    3. Bonjour Cassius,

      Vous semblez maîtriser à la perfection l’ensemble des processus évolutifs. Cependant, j’aimerais vous soumettre une difficulté : je suis un homme qui déteste « aller dans les magasins de bricolages, s’équiper d’outils, et réparer et bricoler dans la maison » et ce malgré votre affirmation selon laquelle « on retrouve ces similitudes chez tous les humains de la planète ». En outre, je connais de nombreuses femmes autrement plus compétentes que moi dans ce domaine pour lequel je brille par ma médiocrité. J’espère que votre capacité à élaborer des théories universelles au doigt mouillé et vous exprimer au nom de l’ensemble de l’Humanité permettra de sortir de cette impasse.

      Merci beaucoup à l’autrice de cette petite BD pour ces apports pertinents qui me permettent d’alimenter une remise en question personnelle sur ce sujet. Effectivement, la responsabilité n’est pas partagée, l’affirmer est une manière lâche pour l’homme (peut-être de manière inconsciente parfois) de se soustraire aux contraintes ménagères (qui le sont pour toutes et tous) et une façon d’éviter de devoir se remettre en question. Je ne veux plus être lâche et vous remercie donc de m’y aider.

      Aimé par 1 personne

      1. comme je l’avais precisé dans une réponse precedente il y a les exceptions qui confirme la regle, et dailleurs cette BD le demontre, puisqu’une majorité de femmes se retrouvent dans ces illustrations du quotidien. Les femmes ont des attentes bien differentes et l’égalité dans un couple est importante, mais la vision néo féministe à brouillé les choses et vise a transformer les hommes en femmes, et donne une légitimité trompeuse aux femmes qui adheres a ces principes, faire de leur homme une femme d’interieur. Si certains hommes faibles vont se plier a leur envies parce qu’ils sont angoissés à l’idée de se retrouver seul, ca se fait au prix d’une rancœur qui explosera un jour au l’autre. Ca n’est pas une manière seine d’envisager la vie en couple et contribue au pourrissement de la relation.
        L’homme peut faire semblant d’adhérer au principes neo feministes pour ne pas perdre la face, mais les années passant, la dure réalité des faits va se heurter a ce mensonge et provoquer des dégats

        J’aime

    4. C’est TOTALEMENT faux. Mon père vient d’une famille de gendarme et il est très maniaque,il aime que se soit propre et rangé et nettoie tout le temps , on pourrait manger par terre. Du coup c’est lui qui nous a appris à moi et mon frère comment bien repasser, nettoyer, cirer etc. Resultat mon frangin est un vrai petit cordon bleu et sa conjointe est aux anges. Il m’a également appris quelques trucs de « bonhomme » ( poncer/peindre des murs, vidanger une voiture, poser des chevilles molly correctement, resouder un fil électrique, poser un domino etc quand jai besoin de son aide il passe et me montre comment faire ) au final la boite a outil de bricolage à la maison cest moi qui est tout acheté et qui bricole. Y a aucun conditionnement de la société si un parent a éduqué et bien préparé son enfant pour les « choses de la vie » que ce soit le ménage ou le bricolage…

      J’aime

      1. C’est vrai que votre expérience personnelle représente tellement bien la société dans son ensemble…votre commentaire n’a pas de sens

        J’aime

      2. @mathildelenouvelwp
        Ben oui c’est pertinent comme exemple, Delphine répond non pas à Emma mais au petit rigolo du commentaire du dessus qui dit que le ménage est naturel pour les femmes et le bricolage naturel pour les hommes ! Et nous donne un bel exemple du fait que non, tout est bien dans l’éducation et le modèle social

        J’aime

    5. Bonjour, sachez que les comportements que vous parlez sont acquis et non innés. Il est prouvé que depuis le berceau lorsque l’on connaît le sexe de l’enfant. Les parents et la société ont des comportements différents et des attentes différentes vis à vis de l’enfant. Auparavant, lorsque notre espèce était en mode survie, l’espèce devait protéger la femme car elle portait sur ses épaules la survie de l’espèce. L’humain a évolué comme tous les animaux. Si vous élevez vous enfants dans la neutralité des sexes et que vous réussissez à palier l’influence et la pression de la société. Vous verrez que les hommes et les femmes auront de l’intérêt pour ce qui concerne leur goût, leur envie plutôt que ce que son « sexe » devraient lui faire préférer où devraient lui imposer comme tâche. Mais, il est vrai que l’évolution prend du temps et que malheureusement pas tous vont le faire au même rythme 😉

      J’aime

      1. Vous avez de toute évidence jamais eu d’enfants, jamais observés d’enfants jouer entre eux; jamais tenté d’éduquer un enfant à lui inculquer « l’acquis ». faites une petite recherche sur internet sur l’etat de la science en ce qui concerne les différences hommes femmes, innées et acquises, vous verrez que la question n’est pas du tout aussi tranché que l’idée que vous vous en faites

        J’aime

    6. Pour votre culture, à la préhistoire, les recherches actuelles prouvent que les tâches (chasser, s’occuper des enfants…) n’étaient pas genrées mais partagées !
      A méditer activement

      J’aime

    7. Pourtant contrairement à ce qu’on pense, les femmes préhistoriques chassaient, le fameux instinct maternel n’existait pas (et personne n’estimait qu’il existait) avant le XIX eme (au XVIII aucune femme pratiquement ne s’occupait de son bébé) et beaucoup de femmes à cette période faisait le même métier que le mari. Donc au pire ce n’est pas des « milliers d’années d’évolution » (qui en terme d’évolution ne veulent rien dire. Dans 50 000 ans on en reparlera) mais juste quelques centaines grand max. Et pourquoi dès la maternelle? Parce qu’on est une espèce culturelle plus qu’instinctive, grâce à notre cerveau, notre potentiel d’apprentissage etc. Résultat, les bébés sont des éponges et reproduisent dès leur plus jeune âge ce qu’ils voient.

      J’aime

    8. Je ne suis pas d’accord avec vous, ici mon mari aime que ses vêtements soient bien rangés, les miennes sont rangés en vrac.
      J’adore bricoler , il fait très bien à manger.
      Je sais fendre du bois, il sait s’occuper du linge.
      Il s’est occupé de nos enfants bébés à chaque fois qu’il était présent et qu’il en avait la possibilité, je passe la tondeuse( il est jardinier-paysagiste)
      Maintenant nos garçons ont 10 et 12 ans et avent aussi effectuer la plupart des tâches du quotidien.
      Alors oui la plupart du temps je cuisine, il bricole, etc mais en fait nous ne sommes pas dépendant de l’autre, nous nous complétons en cas de besoin et nous apprenons à nos enfants qu’un couple est basé sur l’amour, la confiance, le respect de l’autre mais aussi sur l’autonomie de chacun.

      J’aime

    9. Ménage = femme….ok
      Bah moi, j en ai ras la casquette qu on veuille me forcer à faire ce que je n aime pas , c est-à-dire les tâches ménagères.
      Pourtant, je le fais, car j habite en colocation. Tous le monde fait sa part et c est normal.
      J adore bricoler, réparer et pourtant je ne suis pas un homme.

      Et pourquoi un homme ne pourrait pas s occuper de la maison?
      Désolée hein y a des choses dans la vie beaucoup plus épanouissantes que de repasser et faire la vaisselle.

      Vous inquiétiez pas, on a bien réussi à filer la charge mentale depuis quelques millénaires, on va bien réussir à faire l inverse, qu importe le temps, le but c est d y arriver.
      Parce que comme vous l avez si bien dit, on peut pas faire rentrer des cubeS dans un triangle.
      Si les femmes ne veulent pas être des poules pondeuses condamnées à être des bonnivhes et bien elles ne le seront pas

      J’aime

      1. Observez les logements de celibataires homme/femmes. les exceptions confirmants la regle, vous decouvrirez que les interieurs feminins sont generalement bien mieux soignés que ceux des hommes (sauf ceux qui embauchent une femme de menage)

        J’aime

      1. et comme si les hommes avaient une passion pour les déboucher, et réparer les fuites d’eau, et pourtant c’est eux qui s’en chargent (les exceptions confirmant la règle)

        J’aime

    10. Lol
      Je suis enseignante en maternelle. Je ne vois pas les groupes distincts garçons /filles , mais ça ne fait que 15 ans que j’exerce donc je n’ai peut être pas bien observé.
      Je bricole bien plus et bien mieux que mon conjoint, qui aime bien plus que moi les espaces bien rangés, l’ordre et le classement.
      On a tout faux, je crois ! Lol

      J’aime

      1. je sais pas ou vous vivez mais dans les maternelles que j’ai fréquentés; il y avait clairement majoritairement des groupes unisexe qui se formaient. C’est encore plus parlant à la primaire. A partir de la 6ième il y a de nouveau plus d’interactions mais on commence a entrer dans une logique de séduction. vous n’avez jamais interrogé vos élèves pour savoir ce qu’ils pensaient des enfants de l’autre sexe ?

        J’aime

    11. Très drôle… J’ai la quarantaine et j’en connais pas d’hommes, a part mon beau père de presque 70 ans, qui aiment bricoler… Et le seul autre c’est Jack Pearson dans this IS us…
      Non, la réalité de beaucoup de femmes c’est qu’elles se tapent toutes les tâches domestiques… Et lorsqu’il faut réparer quelque chose dans la maison, elles doivent faire appel à un pro.
      Donc la plupart des femmes ont un homme totalement desinvesti dans leur foyer… Et qui savent au mieux monter un meuble Ikea… Et encore

      J’aime

  5. Merci Emma
    C’est tellement bien dit et bien résumé et dans la bienveillance… je vais le partager, et aussi l’imprimer et l’accrocher dans mes toilettes, on ne sait jamais, ça peut inspirer;-?

    J’aime

  6. Emma, chaque mot, chaque image de cette BD m’a mis les larmes aux yeux. Je ne peux pas exprimer le soulagement que représente le fait de voir ces choses qui me pourrissent l’existence depuis plus de trois décennies posées sur du papier / sur un écran. Je me sens moins seule, moins impuissante face à tous ces arguments qui me sont assénés quotidiennement pour me faire comprendre que c’est MOI le problème. Mon compagnon est loin d’être une mauvaise personne. Dans le reste de sa vie, il est empathique, intelligent, cultivé, drôle, très sensible, intéressé par autrui et j’en passe. Quand il s’agit de faire évoluer une situation qui dure depuis maintenant plus de 4 ans de vie commune, c’est à moi de m’épuiser à essayer de trouver TOUTES les astuces, contraintes, tous les arguments pour me défendre et défendre mon temps, mon travail, mon respect. Je suis épuisée mentalement. J’ai l’impression d’avoir tout essayé. J’ai même mis des étiquettes sur les objets du quotidien avec des instructions : « range-moi », « essore-moi puis remets-moi avec les autres éponges ». Le dernier truc qui semble fonctionner (pour combien de temps, personne ne sait), c’est une liste exhaustive de tout ce qu’il y a à faire en terme de ménage hebdomadaire, où chacun·e d’entre nous coche les cases de ce qu’iel a fait. Si quiconque devait en venir à faire ça avec moi, j’aurais HONTE ! mais HONTE ! Mais mon conjoint ? Non, tout va bien. Il continue avec la résistance passive, les accès de colère car tel truc ne fonctionne pas, ou que je n’ai pas employé la bonne formulation et qu’il se sent vexé, scruté, jugé, surveillé, infantilisé. Lire noir sur blanc que je ne suis pas la seule à faire attention à aérer, classer la nourriture pour mettre celle qui presse en évidence, lire des études qui documentent le fait que les femmes sont dans la prévention et les hommes dans la curation (femmes et hommes au sens du groupe social et dans le cadre du couple hétérosexuel normatif, je précise même si on sait que c’est ce que tu étudies dans tes travaux), ça fait un bien fou. Merci encore mille fois, ce commentaire décousu est un hommage à tout ton travail.

    Aimé par 1 personne

  7. Bon, je vis seul et sans enfants, donc mon avis n’a sans doute pas grand chose à voir avec la choucroute, mais dans les solutions, il pourrait aussi y avoir l’utilisation des enfants (pour un aspect à la fois pratique et éducatif).
    A la maison, on mettait le couvert et on débarrassait, et effectivement, ma soeur m’a longtemps après reproché d’aller aux toilettes, pile au moment d’aller débarrasser. C’était franchement pas conscient, mais le mécanisme de récompense (https://emmaclitdotcom.files.wordpress.com/2022/05/lache-prise_026.png?w=1024) a sans doute fonctionné.

    J’aime beaucoup le fait de proposer une rémunération. Je trouve aussi très intéressante la notion de cheffe de projet et le fait de considérer que ça peut faire parti des compétences acquises et du coup de le revendiquer.

    J’aime

    1. Les enfants ne sont pas à mon avis a mettre dans la solution. On éduque les enfants,.et donc on leur donne progressivement des taches et des responsabilités dans le foyer.
      Mais ca n’a rien à voir avec à la répartition homme -femme : une femme ne va pas confier une tache a ses enfants parce que son conjoint ne la fait pas correctement !
      D’ailleurs, confier des responsabilités a ses enfants est également une charge mentale (qui fonctionne bien mieux quand elle est partagée) : il faut demander, redemander, s’assurer que c’est fait correctement, éventuellement mettre en place une sanction si ça n’a pas été fait…
      On fait comment quand l’enfant nous répond : pourquoi je dois mettre mon linge sale dans la bannette et papa il ne le fait pas ?… 😦

      J’aime

    2. D’accord JR.
      Votre future compagne (ou compagnon) ne fera peut-être pas grand chose à la maison mais c’est pas grave, il/elle vous paiera.
      Ça vous va dans ce sens ?

      J’aime

  8. La BD évoque des problèmes du quotidien qui sont tellement récurrents et vrais que j’ai eu le sourire tout le long. Chez moi, c’est l’inverse. Je suis la personne qui fait le ménage, prépare les repas, range, fait les courses, organise le planning et globalement gère l’intérieur laissant à ma compagne l’extérieur.

    Ce fut long de trouver un équilibre à grand renfort de marchandages, de pactes signés dans le sang et de petites prise de bec. Bon, après, nous n’avons pas d’enfants, nous n’en voulons pas et clairement, ça doit aider. Moins de stress, plus de dialogue.

    Pendant ses études, je bossais dans un métier dur physiquement et elle s’occupait de la maison. J’étais assez mal étant assez bordélique de nature et j’ai du apprendre à vraiment gérer la maison pour l’aider efficacement. Puis, elle a eu son boulot et c’est moi qui assume le rôle d’homme au foyer.

    Le plus amusant finalement, c’est que nous étions tous les deux des bordéliques de première et que nous avons du apprendre ensemble à gérer ce gros défaut. Et ensemble, c’était quand même fun à bien y réfléchir.

    J’aime

  9. Bonjour,

    sympa votre bd 🙂 Mais dans mon cas, les rôles sont plutôt inversés 😉

    Je m’occupe du linge, du ménage, rangement des papiers, etc.

    Attention, je ne dis pas que je fais tout ou presque hein, on partage les tâches et c’est normal. Par exemple, l’achat des vêtements des enfants, c’est ma femme. Parce que en plus, mes goûts, comment dire, bah ce sont les miens :p, et les siens sont mieux quand même ^^, surtout pour elle et les enfants…

    Enfin, c’est juste pour dire que ce n’est pas une généralité non plus le fait que les hommes se reposent sur les/leur femmes.

    Mais une fois de plus, sympa votre bd, style, etc.

    Bonne continuation 😀

    J’aime

  10. Merci. Vraiment génial. Cela met en mots et en images ce qu’on vit au quotidien. Perso j’ai de la chance, car mon Jean-Martin a toujours admis que les tâches devaient être partagées. Cela n’est pas parfait, mais c’est un équilibre qui se construit et se réinvente. Je suis entièrement d’accord avec le principe d’apprentissage et comme nous avons 3 enfants, cela fait longtemps que le tableau des tâches est sur le frigo. Nous avons chacun une tâche dans laquelle nous nous « spécialisons » pendant 1 an, puis chaque 1er septembre on revoit la répartition en fonction de nos goûts et compétences. Résultat : mes enfants savent tous faire une lessive, un repas (pas juste des pâtes), ont le souci que les tâches soient accomplis. 2 garçons, 1 fille. Cela nous décharge un peu, mais c’est compensé par le surcroît d’énergie dépensée pour leur rappeler qu’ils doivent faire leur tâche maintenant (et non dans 3 mois). Ce sont des ados malgré tout 😉 Mais contrairement à mes amies, je n’ai jamais besoin de me dépêcher de rentrer pour faire à manger pour ma famille. N’importe quel membre a le souci de préparer un repas quand je ne suis pas là. En général notre répartition sur l’ensemble de la famille des tâches fait d’abord sourire, puis j’entends régulièrement des envieuses qui se reprochent d’avoir laissé s’instaurer une situation où il va de soi que maman fera.

    Aimé par 1 personne

    1. Oh mais je veux votre méthode ! J’ai 3 enfants aussi, 2 garçons et 1 fille. 8 ans, 5 ans et 8 mois donc encore jeunes mais les garçons sont les plus âgés et nous essayons de tout faire pour qu’ils sachent faire et que cela soit naturel pour eux. Pour nous décharger bien sûr mais surtout pour leur vie d’adulte.

      J’aime

  11. Bonjour, et merci pour cette BD (ainsi que les « trucs et astuce » à la fin). J’ai une question subsidiaire: bien qu’ayant un mari « qui essaye » (mollement mais sûrement, avec un succès grandissant), je suis (malheureusement) convaincue que le problème ne sera pas réglé à ma génération (dans mon couple en tous cas). Comment dans ce contexte élever mes deux enfants pour que ça s’améliore et qu’ils ne reproduisent pas les schémas qu’ils observent? Aurais-tu d’autres « trucs et astuce »?

    J’aime

  12. Bonjour, j’ai adoré cette BD, utile également pour les papa, perso, j’ai effectivement certain côté slacker, mais je n’en était pas conscient (mettant sa effectivement sur le compte de mon travail, je me rend maintenent compte qu’il y a une part de mauvaise fois). Cette BD m’a effectivement permis de remettre en question mon, positionnement en temps que binôme de vie… je vais essayer de passez par l’écrit et la répartition du coup, si vous avez d’autres conseil, je prend avec grand plaisir, merci à vous et bon courage 🙂

    Aimé par 1 personne

  13. La meilleure solution, c’est de quitter sa femme. Testé approuvé. Laissez la dealer avec ses névroses organisationnelles mais loin de vous. Être seul n’a pas que des mauvais côtés. J’ai redécouvert la beauté du silence et de vivre la dolce vita. Le mariage est une plaie, le couple aussi.

    J’aime

    1. C’est ce que je dis toujours à mes amies qui connaissent ce problème : un homme qui fout rien, dehors.
      Mieux vaut être seule que mal accompagnée, et finalement les femmes célibataires ont bien moins de charge mentale que celles en couple.

      Aimé par 1 personne

    2. Je suis assez d’accord. Si les partenaires de vie ont trop de divergences, à quoi bon persévérer ? En tant que femme ne désirant pas d’enfant et ayant les moyens de vivre seule, je ne suis pas du tout pressée de partager mon quotidien. Si je rencontrais un homme, ce sera chacun chez soi !

      J’aime

  14. Je suis le monsieur barbu de la technique « Jouer pleinement la carte de la charge mentale ».
    Cette technique m’a beaucoup aidé à prendre ma part des tâches de la maison (peut-être pas encore assez).

    Si d’autres hommes lisent cette BD, sachez qu’il y a une part assez satisfaisante de s’inclure volontairement dans les choses à faire.

    J’aime

    1. @Twan Vous voulez un cookie ?
      On s’en fiche de votre satisfaction.
      L’idée, c’est le respect de la personne avec laquelle vous vivez.
      C’est SA satisfaction qui importe.

      J’aime

      1. la violence de la réponse !
        Si je comprends la satisfaction de Twan ne compte pas. Celle de la personne avec qui il vit oui. Comment choisit on la personne dans le couple dont la satisfaction importe ?

        J’aime

  15. Vous combattez le sexisme avec plus de sexisme.

    Tout comme les anti-racistes qui combattent le racisme en étant plus raciste.

    Ce n’est pas en montant les hommes et les femmes les uns contre les autres que cela va changer, au contraire, vous allez braquer.

    La BD je la trouve sympa,mais le message vehiculé est extrémiste et sexiste.

    J’aime

    1. Tout à fait d’accord. Etre dans le « bon » camp (la défense du droit des femmes ou des minorités objectivement opprimées ,quelles qu’elles soient) n’est pas une excuse pour utiliser des clichés ou des raccourcis. Et là on y va quand même à la truelle (maniée par les hommes évidemment, pour fuir le pliage du linge)

      J’aime

      1. je n’ai pas de réponse. J’imagine qu’il s’agit d’accords et d’arrangement. Si l’un ou l’autre des partenaires ne se retrouve pas dans ces arrangements je pense qu’il ou elle peut s’exprimer. Si ses remarques ne sont pas prises en compte et qu’il s’agit d’un enjeu important pour cette personne, alors c’est que son partenaire ne vaut sûrement pas le coup qu’elle gaspille son temps et son énergie pour lui/elle. Dans ce cas j’imagine que la séparation est la meilleure solution. Mieux que se rendre malade ou d’ergoter indéfiniment sur les défauts de sa/ son conjoint. En 2022 en France, on a sûrement des choses à améliorer dans l’égalité entre les sexes, mais je pense que les femmes ont le pouvoir de s’exprimer et de quitter leur conjoint si besoin est. Quand je vois la violence et le ressentiment de certains commentaires j’avoue être dubitatif sur ce genre de combats. Comme le dit Maxmertz combattre le sexisme par le sexisme ne mène à rien. Et comme entendu dans je ne sais plus quel film, penser que les femmes sont par nature en position de faiblesse, c’est cela le sexisme. J’imagine que ce commentaire m’attirera des critiques féroces.

        J’aime

  16. Je me retrouve malheureusement complètement dans la position de la slackeuse. Je ne vois pas le problème du bordel, je prend toujours 5 minutes avant, je traîne, je fais mal ou trop bien (ce qui me prend des heures à nettoyer le sol). Mon compagnon a essayé toutes les choses proposées sauf le paiement. Malgré le fait que je n’ai jamais changé je ne trouve pas mon attitude normale (le fait que je sois une femme ne change rien au fait que la charge mentale et la tenue du foyer ne dois pas reposer en majorité sur une personne, quelle qu’elle soit). Je pense honnêtement que je vais payer du personnel parce que j’ai beau me faire violence, pour moi passer l’aspirateur et nettoyer le sol c’est de la torture.

    J’aime

  17. J’ai testé pour vous la solution « le mette dehors » et franchement ça a été libérateur. Et la tranquillité d esprit qui s’en est suivie valait bien une ou deux journée de crises de larmes.
    (Bon après financièrement et tout je pouvais me permettre de le mettre dehors, donc je l’ai fait)

    J’aime

  18. Moi j ai testé une solution : prendre une femme de ménage sur mes deniers personnels…
    Résultat Monsieur s est vexé et à décrété que j outrepassais mes droits … il a fait la gueule !
    Suffisamment longtemps pour que j aille voir une assistante sociale , un avocat, un agent immobilier … trouve un appart et organise mon déménagement et mon divorce …

    J’aime

  19. Et surtout les parents doivent éduquer leurs enfants dans le respect de l’autre. Mes garçons de 10 et 12 ans savent s’occuper du linge, lavage, séchage ou etendage et pliage, faire à manger des choses simples, laver la cuisine et salle de bains, le sol, fendre du bois, tondre la pelouse, faire le potager, bref ils ne le font pas au quotidien mais en cas de besoin ils sont capables et surtout ils apprécient de participer à la vie de la maison et de nous dégagé du temps que du coup nous pouvons partager en famille. Et je ne doute pas que plus tard ils se conduiront de même avec leur partenaire de vie. Leur papa et moi formont une équipe dans laquelle chacun peut ou essaye de remplacer l’autre dans son quotidien en cas de souci (maladie, souci familial,…) et ils ont vite compris que 4 personnes font en 15 minutes ce qu’une seule fera en 1h😉
    Et si j’avais eu des filles elles auraient fait les mêmes choses que mes garçons.
    Je suis une femme mais si je dois fendre du bois ou m’occuper du barbecue, monter des meubles, poncer, peindre, bêcher le potager, etc et bien je le fais sans souci. Quand à mon mari il fait mieux le ménage que moi et cuisine très bien.
    Notre quotidien fait que je passe beaucoup plus de temps que lui à la maison donc je m’occupe de la plupart des tâches du quotidien mais je sais qu’en cas de besoin et même juste dans le but d’avoir du temps ensemble ou faire plaisir, mes 3 « hommes » sont là et m’aident.

    J’aime

  20. Je suis toujours effaré de lire les BD d’Emma. Je me dis que cette caricature est insultante.
    Et puis, quand je bavarde, je suis effaré d’entendre le quotidien de beaucoup de copines.
    M’enfin pas toutes…
    Et je dirai même, de moins en moins…
    Statistiquement, c’est encore très vrai mais c’est en voie d’amélioration très nette. En revanche, cet élément s’inscrivant dans le temps long ne change rien à la vie des gens chez qui c’est désagréablement déséquilibré.

    Ma femme et moi avons les mêmes horaires de boulot (pas exactement chaque jour mais globalement sur la semaine), ça aide aussi. Une de mes collègues rentre à la maison tous les jours 2h avant son mari, ça change beaucoup de choses.

    Un bon truc pour améliorer la situation, c’est les enfants qui grandissent.
    Qu’est-ce que ça fout comme bordel, ces animaux là… Avec le temps, ça s’améliore un peu et puis ça s’en va vivre dans le bordel ailleurs. (je n’ai que des filles et je peux prouver que le rangement, le sens du ménage, ce n’est pas associé aux chromosomes XX).

    J’aime

  21. Bonjour, merci pour ce sujet délicat traité avec justesse, clarté et humour !
    Ici mon homme souffrant de dépression, associé à ma peur chronique de faire une demande à l’autre et de renforcer son mal être, n’est vraiment pas simple. J’espère trouver une issue car avec un enfant de 22 mois c’est compliqué
    pour moi.

    J’aime

  22. Excellent de chez excellent !
    Je retrouve une discussion « parfaitement calme entre adultes » sur ce sujet un an auparavant 🙂

    Nous (mon mari aussi a lu votre BD!) avons beaucoup aimé la mise en évidence du renforcement négatif, des stratégies d’évitement plus ou moins conscientes!

    J’ajouterai également que certains pensent que le différentiel de salaire justifierait que madame (qui gagne moins, hein !) en fasse plus à la maison pour compenser…
    Si si avec mon chéri nous avons justement eu cette discussion surréaliste… il a reconnu que c’était injuste (extension des inégalités sociales au sein du foyer = renforcement du modèle patriarcal) et qu’il serait déjà plus juste de tenir compte du temps de travail de chacun…

    Ça bouge très lentement, alors merci pour votre travail de publication ! Œuvre de politique publique, conjugale et familiale 😉

    Et je m’interroge encore sur ce que nous transmettons inconsciemment à nos enfants, 2 petits gars !

    J’aime

  23. Allez, je sais que je vais me faire traiter de misogyne mais si je reconnais le côté assez drôle de la BD, il est complètement idiot d’en faire une étude réelle et sérieuse sur la répartition des taches et donc d’en tirer des conclusions. Certes les hommes s’occupent moins des taches quotidiennes mais nos tâches sont tout aussi importantes et chronophages surtout lorsqu’on habite en maison. Vous parlez de tondre la pelouse, mais entretenir un jardin ce n’est pas juste tondre la pelouse, ce sont des heures et des heures passer à retourner la terre, enlever les mauvaises herbes, planter, entretenir les plantes, ramasser les feuilles, arroser, etc… Pareil pour le bricolage, ce n’est pas juste planter un clou ou changer une ampoule tous les 3 mois, ce sont des heures et des heures à monter des meubles, refaire les peintures, réparer les fuites d’eau…et pour tous cela, un nombre non négligeable d’aller retour en magasin. Et oui parce que c’est rarement madame qui conduit, donc parlons aussi de la voiture, de son entretien, des allers-retours chez le garagiste ou à la station service. Et puis il y a l’organisation des vacances, le benchmark pour trouver la maison, l’hôtel où le club qui va bien, la réservation du train, du taxi, des excursions etc… Et puis il y a tout ce qui touche aux questions financières, par exemple faire un prêt immobilier, vous savez le temps que ça prend ? Il y a aussi tout ce qui touche à la technologie, acheter une télé, un ordi, un téléphone portable, faire les branchements, les réglages, la box qui ne marche plus, c’est qui qu’on appelle au secours parce que vous êtes incapable d’éteindre et de rallumer un appareil (désolé je suis volontairement aussi caricaturale que l’autrice de la BD).
    Voila j’oublie certainement beaucoup de choses, mais ce qui est sûr c’est que ces tâches n’apparaissent jamais sur les plannings de répartition des taches car oui ce ne sont pas des tâches quotidiennes mais quand on passe 2 jours à monter une penderie ça équivaut bien à une trentaine de lessives non ?
    Oui nous sommes capable de passe 20 fois devant un évier rempli de vaisselles sales sans que ça nous emeuve, mais vous, c’est pareil, vous pouvez passé 20 fois devant une allée envahit par les mauvaises herbes sans que ça vous derange.
    Vous voulez répartir les tâches plus équitablement, très bien , mais prenez en compte toutes les tâches, pas juste celles dont vous vous occupez. Pas sûr que vous souhaitiez échanger votre pliage de linge tranquillement installée devant la télé, pour aller ramasser les escargots qui sortent la nuit par temps de pluie pour aller manger les salades.

    J’aime

  24. Je n’ai plus la patience, c’est fini. Y a qu’à lire des commentaires de schtroumpfs là hein – ça non plus, j’ai plus la patience – pour comprendre comment c’est meugnon d’avoir encore l’espoir que, systémiquement, y a quelque chose à faire par l’individuel: celles qui ont la chance d’être tombées sur un proto de la minorité évolutive pourront se retourner, après 20 ans de rameur, avec la satisfaction du évolution accomplie à la sueur de leurs nerfs maîtrisés – bah oui hein, « sans prise de teuté », cette responsabilité-là aussi reste à votre charge mesdames, bien sûr – et les autres, ben elles resteront majoritairement sur le carreau. Dans tous les secteurs revendicatifs, où y a de l’associatif, de l’union, de l’esprit de corps, de l’organisation de lutte, c’est déjà dur d’avancer, petit pas par petit pas, alors là, déjà qu’être femme n’est pas être automatiquement féministe, qu’il y a même encore beaucoup de haine de soi, de peurs voire de dangers, de solitude face aux combats quotidiens que, de gré ou de force, on joue encore majoritairement contre notre propre équipe rien qu’en restant dans les meilleures intentions du monde, la diplomatie, la tempérance! Parce que eh, oh, faudrait pas virer agressive, castratrice, voire misandre (la misogynie s’pas pareil, c’est justifié, léger, naturel). « Choisir, c’est renoncer », ça veut dire que c’est faire le point sur ce qu’on est prête à lâcher, ce qui est le moins prioritaire. Et, à mon humble avis, le moins important ne peut pas être nous-même, notre intégrité. Donc j’ai fait ma devise féministe de « Vivre en couple, c’est affronter – ben le plus souvent seule, du coup hein – des problèmes qu’ont n’aurait pas eus en vivant célibataire ». Et c’est très, très, reposant, de renoncer aux hommes-compagnon. Bon, bien sûr il persiste là aussi de la tactique narrative pour décourager cette émancipation radicale – j’ai découvert que j’étais probablement « devenue » lesbienne (malheureusement non, j’aimerais tellement) – et il semblerait que je sois condamnée à devenir une « vieille fille » (heureusement oui, ah ben c’est sûr, je vais pas échapper à la vieillesse, je vais pas non plus muter de sexe et puis je suis mais tellement loin du fantasme d’être une dame, une madame, qui de tout façon s’en prennent aussi plein la gueule autrement). La grève mes sœurs, il n’y a que ça qui fait sens avec les dominants, les patrons, les exploiteurs, la vraie grève, pas celle où on se piège nous-même dans les conséquences de la grève du quotidien, non, la grève d’eux, la grève du boulet, le boycott total de la marque pas vertueuse du tout, jusqu’à ce que toute l’entreprise se remette en question, toute seule comme une grande, et que les « gentils » de la boîte se sortent les doigts à la place de la clientèle, pour donner du sens à leur carrière de « gentil » « intègre ». Si ça me fait plaisir? bah non, parce que ce qui me frustre – oui, absolument, je suis une frustrée, je le revendique donc te fatigue pas le fier-d’être-plouc, et je peux même signer à la batte si tu veux – bien plus que de ne pas pouvoir me lover avec confiance dans les bras d’une personne humaine sincère et respectueuse, c’est l’espoir d’un monde dans lequel les femmes, toutes les femmes, ne paient pas si cher, excessivement cher, parfois mortellement cher, d’espérer pouvoir un petit peu se lover dans des bras de personnes malheureusement plus souvent parasites et égoïstes que généreuses et altruistes. C’est cet espoir-mort qui me frustre, tout cet abus de patience généralisé, ce viol en bande de patience, cette tournante d’invalidations, de ruses, de mensonges, de lâchetés et d’humiliations gratuites, et tout ça pour quoi? Pour ne pas partager, juste pour ça, pouvoir tout garder, tout se goinfrer. Ce qui me frustre donc par dessus tout, c’est que vous ayez si peu honte de ça au point de ne pas chercher à changer, tout seul, comme des grands. Au final, renoncer à se faire arnaquer pour espérer se lover dans des bras qui se révèlent moralement dégoûtants, c’est la partie facile.

    J’aime

    1. J’avoue.

      Les gars, pas la peine de poster ici « Haaan mais c’est vraiiii j’ai pris conscience que j’abuuuuuuse oh là là repentance ».

      Ta ta ta. Bullshit.

      On va être de plus en plus nombreuses à vous boycotter.
      À faire passer notre plaisir en tout premier (voire seul à compter).
      À refuser de se faire bolosser.

      Rangez votre chambre. Rangez vos slips.
      Partagez la contraception et muselez vos spermatos, nos ovules sont désormais en liberté (et nos ovaires sont bien gonflés).

      Clitos enflammés, nous virons Scum Manifesto.

      Z’avez qu’à pas paresser. Pas négliger. Pas sous-payer. Pas dénigrer. Pas insulter. Pas agresser. Pas violer. Pas tuer.

      Boycotter les hommes cis, une solution parmi d’autres.

      Je ne me trouve pas si radicale en regard de votre radicalité.

      J’aime

  25. Excellent ! Génial ! Merci de formuler aussi clairement ce qu on pense (presque) toutes !
    Bravo !!!
    J adore !
    Je viens de vous découvrir et je vais tout lire de vous !
    Merci beaucoup 😊

    J’aime

  26. Bonjour,
    Merci pour cette bande dessinée. Cela fait du bien de constater que nous ne sommes pas seuls à faire face à ce genre de problème.
    Dans mon cas particulier, la situation est inversée : je prends en charge, y compris mentalement parlant, toute l’organisation domestique et les tâches ménagères. Ma compagne utilise toutes les techniques d’évitement mentionnées et m’ignore ou fait preuve d’une extrême mauvaise humeur lorsque je sollicite une meilleure répartition des tâches ménagères. À titre d’exemples, elle n’a jamais, malgré mes demandes, descendu une poubelle, fait une lessive et fait sécher le linge, ranger le linge, fait la vaisselle … Elle ne gère pas davantage les factures et tous les soucis domestiques (ex. : fuite d’eau, panne d’électricité) sont de mon ressort.
    Bref, je ne vois plus trop d’issue hormis une rupture.
    J’insiste sur le fait que mon cas est particulier et ne remets aucunement en cause les statistiques.

    J’aime

  27. La tristesse d’une telle lecture… Ma femme m’a présenté ça comme du sexisme… Je ne sais pas si cela en est mais ça reste réducteur et malheureusement vrai… Le lâché prise est très difficile… L’homme fait cette exercice également de son côté bricolage, jardin… Qu’on soit bien clair, pour moi ce n’est pas la faute de la femme qui ne lâche pas prise mais plutôt d’un formatage d’année en année. Je vous invite à aller dans un couple bienveillant avec un partage des taches évidemment non équitable (dans un sens ou un autre) et de me dire que l’homme ne sais pas faire! C’est très réducteur. Il s’agit d’éducation et de patience. Savoir accepté de laisser l’autre se tromper et que l’autre fasse différemment. Ça marche pour le ménage, le bricolage mais aussi dans le monde professionnel… Et surtout messieurs dames, retirons notre susceptibilité qui nous empêche d’accepter les conseils et donc de laisser les autres faite à notre place.

    J’aime

  28. Les commentaires sont aussi intéressants que la planche elle-même, si on essaie de prendre de la hauteur, la question serait peut être qu’est-ce qu’un couple/famille aujourd’hui ? Qu’en attend-on et pourquoi persiste-t-on ?

    Pour moi c’est un savant mélange de :
    – competences (intellectuel ou physiques)
    – temps (investissement)
    – energie (motivation)
    – compromis (diplomatie)
    – moyens (niveau de vie)
    – histoire (patrimoine)

    Pour associer des personnalités qui s’accordent dans un objectif commun de mieux-vivre ensemble (que séparément).

    La tendance actuelle est au procès public sur l’incapacité de certains/certaines à obtenir un équilibre (en particulier sur les taches ménagères, mais pas que), en espérant une intervention de l’État-providence pour pénaliser (cf. proposition de Sandrine Rousseau) ou rémunérer / dédommager une situation vécue comme injuste (votre planche par exemple)

    Cependant il y a quelques arguments qui sont souvent moins traités (car plus polémique) « la vie est injuste » nous n’avons pas le même capital (compétences, énergie, moyens, histoire … indépendamment du genre) et ne partageons pas tous les mêmes valeurs (sans jugement) une égalité parait donc « utopiste » on pourrait plutôt viser l’équité où chacun trouve son compte sans forcement viser le sacrosaint 50/50 et si ce n’est pas le cas se donner les moyens/possibilité de changer. Il y a des familles où l’inégalité sur le sujet des taches ménagères n’est pas un problème et pire il y a des moments de vie ou cela évolue (par nécessité ou envie) et cela dans les 2 sens, généraliser les situations peut être au final contre productif (sans toutefois le nier car cela arrive dans une bonne part des familles), mais cela peut créer un jugement péjoratif qui lui-même crée un combat.

    Et dans tous les combats structurants de société (ex: socialisme/communisme vs capitalisme, solidarité vs individualisme, minorité vs majorité) ce sont les clivages, la peur et le déni qui cristallise, coupe la discussion et renforce l’extrémisme des positions.

    Alors, comment changer les choses, pas de solution miracle, mais peut être commencer par une autre approche, limiter les préjugés, inciter à la communication positive, régler le problème le plus possible dans la sphère privée et si mesure/accompagnement il doit y avoir les axer sur de l’incitation à ce prendre en main (le changement fait peur, mais il est souvent salvateur) plutôt qu’espérer une intervention externe et des règles globales qui ne prendront plus en compte les spécificités, ca ne semble souhaitable pour personne.

    J’aime

  29. Je n’ai jamais lu autant de préjugés sur les hommes, c’est impressionnant !

    Je plains les hommes mariés avec des femmes qui ont une haute opinion de leur mari tel décrit par cet article. C’est vraiment regarder la vie par le petit trou de la lorgnette et oublier le confort occidental des femmes.

    Il y a des femmes qui aimeraient avoir ce genre de tracas, voire des hommes aussi, où leur charge mentale quotidienne est « seulement » basée sur le fait de survivre chaque jour à la recherche d’eau et de nourriture.

    Penser à ranger les vêtements, les nettoyer est signe de pouvoir d’achat. Quid des femmes et enfants qui se tuent à la tâche pour vous les fabriquer ? Des exemples comme ça, il y a plein à la pelle….

    Mesdames, vous qui pensez avoir une charge mentale excessive, prenez le temps de vous poser les bonnes questions, de prendre conscience de la chance que vous avez et surtout de prendre le temps d’aimer votre homme. La vie passe très vite voire trop vite 😉

    J’aime

  30. Je suis un très gros procrastinateur, le bordel ne me dérange pas vraiment et j’aime me la couler douce. On a eu pas mal de prises de bec avec ma conjointe au sujet de mon attitude, on n’est pas passé loin de la séparation à un moment.

    Et finalement on est passé sur le système de liste via une app (trello) pour le suivi de la charge mental. Lorsque l’on pensait à un truc, on le notait sur l’app. JE suis du genre à oublier 5 minutes après avoir penser à quelquechose. Petit à petit la charge mentale s’est équilibrée.

    Mais c’est avec la naissance de junior que la charge mentale est devenue plus ou moins égale. Et surtout ma dame a lâché un peu plus prise. La maison n’est pas bien rangée ? OSEF. y’a de la vaisselle à faire ? C’est le premier qui se lève demain qui la fait.

    La charge mentale des rendez-vous ? On a un calendrier partagé. On sait qu’il faut prendre un rendez-vous chez le pédiatre pour les deux ans du petit. Et bien dans le calendrier on met un mois avant « PRENDRE RENDEZ VOUS PEDIATRE ». CQFD.

    Un bon exercice aussi est de s’occuper des repas une semaine sur deux. Mais s’en occuper vraiment : menu, courses, cuisine. C’est un très bon exercice pour responsabiliser les personnes.

    J’aime

  31. ouh là là… je crois qu’on est pas obligées de voir tout comme une lutte des gentilles (femmes) contre les méchants (hommes) ! OK, mon couple n’est peut-être pas dans un égalitarisme total(itaire), et souvent ça me saoule. mais NON, je ne veux pas mettre fin à une belle aventure à deux, à la découverte jour après jour de nos différences, pour fragiliser nos enfants de voir leurs parents se les partager une semaine sur deux, nous paupériser tous (parce que le divorce et la séparation, c’est la cata économique et écologique pour tt le monde !). Je crois que le couple et l’amour durables sont plus satisfaisants que des querelles de slips mal pliés ou de tondeuses réparées… Et si on essayait de vivre en paix ?

    J’aime

Les commentaires insultants, méprisants et/ou paternalistes seront modérés ! Merci ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s