Un peu de sucre ?

homeosmallhomeo_asmallhomeo_bsmallhomeo_csmallhomeo_dsmallhomeo_esmallhomeo_fsmall

homeo_gsmallhomeo_hsmallhomeo_ismall

homeo_jsmall
https://fr.wikipedia.org/wiki/Homéopathie

homeo_kmall

homeo_lsmallhomeo_masmallhomeo_nsmallhomeo_osmallhomeo_psmall

homeo_qsmall
Un vidéo d’une personne qui pratique très sérieusement la succussion : https://www.youtube.com/watch?v=vMK_wLYKpF0
homeo_rsmall
A lire, des anecdotes incroyables d’anciens employés de labos pharmaceutiques http://www.reddit.com/r/skeptic/comments/2hwbgx/question_does_anyone_know_if_companies_which_make/

homeo_ssmallhomeo_tsmall

homeo_usmall
Et l’effet placebo fonctionne même sur les enfants, et les animaux 🙂 http://www.martinwinckler.com/spip.php?article101

homeo_vsmall

homeo_wsmall
http://www.huffingtonpost.fr/2014/04/10/lhomeopathie-est-elle-efficace-une-etude-australienne-ne-trouv/
homeo_xsmall
Les personnes influentes qui osent dénoncer les pratiques de ces labos font assez rapidement l’objet de poursuites et/ou de menaces.

 

homeo_ysmall
https://sciencebasedpharmacy.wordpress.com/2013/11/23/use-of-homeopathy-kills-child/ http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1495
homeo_zsmall
http://arstechnica.com/science/2015/04/a-tale-of-two-placebos/
homeo_zasmall
Pour aller plus loin http://www.badscience.net/2007/11/a-kind-of-magic/ http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2011/08/21/2572702_homeopathie-le-scandale-boiron.html

322 réflexions sur “Un peu de sucre ?

  1. Un post vraiment très intéressant, je ne savais pas que l’homéopathie était vraiment un placebo et non un réel médicament (je n’en ai que très rarement pris).
    Aprés j’ai l’ompression que cela dépend vraiment des médecins, je n’ai jamais eu de prescriptions de conccoctions homéopathie, et ca peut être utile pour les hypocondriaques.

    J'aime

    1. Si l’homéopathie « fonctionne » si bien en France, c’est que les 2 plus gros laboratoires fabriquant de pilule de sucre sont implantés en France, et que leurs patrons ont leurs entrées dans les coulisses des gouvernements pour y faire du lobbying. « Il faut conserver des milliers d’emplois en garantissait le remboursement de l’homéopathie » disent-ils. Et doivent certainement alimenter financièrement des médias ou autres « grands » médecins pour continuer à laisser planer le doute sur son inefficacité. Que des enfants meurent, car les parents ont refusé les autres traitement, n’est qu’un « dégât collatéral ». On est dans le même cas de figure que le déni de l’industrie du tabac sur les méfaits de leurs produits.
      Bravo pour cette BD.

      Aimé par 1 personne

  2. Merci merci merci !
    Un bd fabuleusement pédagogique qui résume bien le pb, sans concession pour autant par rapport à la médecine conventionnelle et son rapport catastrophique au patient.
    Je ne saurai que trop vous conseiller l’excellent article de Richard Monvoisin ici : http://www.les-renseignements-genereux.org/textes/15290
    Mais il vous as surement déjà servi … Merci encore et bon courage pour tous les gens qui doivent vous tomber dessus suite à cet article !

    Aimé par 1 personne

  3. Et bien, désolée de vous contredire, mais l’homéopathie ne coûte pas cher, et fonctionne…
    Evidemment si j’avais le Sida ou un bon gros cancer, je n’irais pas chez un homéopathe, mais pour des choses moindres, si. Et l’homéopathie permet d’éviter pas mal de traitement antibiothqiues et anti inflammatoires.

    Aimé par 1 personne

      1. J’ai beaucoup aimé et appris grâce à ta BD Emma, merci, En revanche cette réponse n’a aucun rapport. Elle n’a pas dit que l’homéopathie fonctionnait sur le Sida ou le cancer, et c’est bien pour ça qu’elle ne s’en servirait pas dans ce cas. Après je ne m’y connais pas tellement, peut-être certains labos prétendent soigner à eux seuls ces deux choses grâce à l’homéopathie mais si ce n’est pas le cas, l’argument reviendrait à dire que tout ce qui ne soigne pas le cancer ne fonctionne pas ? O_o
        Nous voilà mal barrés.

        J'aime

      2. Elle dit : l’homéopathie fonctionne MAIS je ne soignerais pas un cancer avec.
        Si ça fonctionne, pourquoi pas ?
        A moins que ça fonctionne que sur les maladies bégnines ? Si c’est le cas, pourquoi ? La « mémoire de l’eau » ne s’activerait-elle plus sur les maladies graves ? Pour quelle raison ?

        J'aime

      3. Désolé mais votre réponse simpliste est absurde. Autant que de dire la chimio soigne le cancer, elle doit donc soigner le rhume.

        J'aime

      4. L’allopathie fonctionne, pour les cancer? pour tous les cancer? Donc: Ce qui ne soigne pas le cancer ne soigne rien? On ne va pas aller bien loin avec des arguments comme ça!

        J'aime

      5. Je vous demande simplement de m’expliquer ce qui selon vous rendrait l’homéopathie efficace sur les maladies bénignes et pas sur des maladies graves.
        Moi j’ai une réponse possible hein mais j’aimerais connaître la vôtre.

        J'aime

    1. L’homéopathie ne soigne rien. Si vous « guérissez » en prenant de l’homeopathie, ca veut dire que vous guéririez tout aussi bien en ne prenant rien, pas besoin d’antibiotique ou d’anti-inflammatoire.
      Que des labo et des medecins soient payés par l’etat pour vendre du sucre, c’est un réel probleme

      J'aime

      1. Et bien non c’est beaucoup plus compliqué que ça.
        L’homéopathie « soigne » justement certaines personnes grâce à son effet placébo, c’est cette « action » qui va lancer au cerveau un processus de guérison.
        L’effet placébo n’a rien à voir avec la psychologie, si je vous dis « mange cette banane, c’est un placebo » et bien cela peut quand même lancer un processus de guérison après l’avoir mangé…
        Et ces personnes ne guériront pas tout aussi bien et aussi vite en ne prenant rien !

        En soi, si l’effet placébo marche chez ces gens, autant leurs donnez un sucre qu’un antibiotique.

        J'aime

      2. Je préfère qu’ils soient payés pour me vendre du sucre plutôt que payés pour me vendre un médicament qui ne va pas forcément me soigner mieux, mais qui en plus aura des effets secondaires. Si l’effet placebo peut soigner un rhume, pourquoi prendre des antibiotiques qui bousillent la flore intestinale ? Et dont, en plus, l’efficacité sur les femmes n’a jamais été étudiée ? http://rue89.nouvelobs.com/2012/12/11/les-medocs-cest-que-pour-les-mecs-237717

        Bien sûr, dans le cas d’un cancer, on ne peut pas raisonner comme ça. Mais pour toutes les maladies bénignes, peut-être peut-on reconsidérer un peu ce que la science nous assène et réfléchir à ce que la médecine douce (placebo compris) peut nous apporter. A-t-on vraiment besoin d’une tronçonneuse pour découper une tranche de pain ?

        Aimé par 1 personne

      3. « Dont l’efficacité sur les femmes n’a jamais été étudiée » ?! Quelle énormité. Avez-vous lu la référence citée par Nouvel Obs (enfin, « citée » entre guillemets puisque l’article ne fournit même pas de liens)? Elle ne dit pas ça, mais alors pas du tout. La grande majorité des études de médicaments sont faites sur des femmes également. Je vous encourage à aller chercher l’info à la source.

        J'aime

      4. Donc si je comprends bien ce site : les médecins homéopathes, les vétérinaires homéopathes sont des charlatans et ce n’est que du business ! Ils vendent de l’effet placebo ! Juste une question n’est-ce pas une matière enseignée en fac de médecine ? Ne peut-on pas dire la même chose sur certains médicaments allopathiques qui par contre ont très souvent des effets indésirables ?
        Qu’il y ait un échange entre l’état du chien et son maître peut être mais je doute que ce soit le cas pour le cheval car les relations ne sont pas les mêmes et pourtant il y a des vétérinaires homéopathe équins. Une de mes amies exerce ce métier et est passée sur la chaîne Equidia chaîne spécialisée sur l’équitation dans le reportage elle parlait d’une solution trouvée pour des problèmes de chaleurs qui n’avaient pas pu être résolus par les méthodes classiques mais c’est aussi de l’effet placebo ou l’animal qui a trouvé la solution naturellement. Les médicaments homéopathiques sont donnés dans l’alimentation donc l’animal ne sait pas qu’il est soigné.
        Sur une des conversations on parle de l’Arnica en dose homéopathique. Tous les cavaliers ont de l’arnica pour les cas de chutes. Lorsque je me suis mis à la musculation, j’avais les épaules tétanisées et après la prise de médicaments classiques ou rien n’y faisait après une semaine je suis allé voir mon médecin généraliste (non homéopathe) pour une solution. Il m’a préconisé de l’Arnica en quelques heures plus de douleurs mais c’est de l’effet placebo et c’est les autres médicaments (aspirine…) qui ont fait effet après une semaine.
        C’est un exemple mais comme dans toutes les expertises, il y a des bons et des mauvais experts. Que l’arnica ne fonctionne pas lorsque l’on va chez le dentiste peut être mais je viens de vous donner des contre exemples.

        J'aime

      5. Une question sur le lobbying de Boiron sur les universités : n’est-ce pas aussi le cas d’autres laboratoires pharmaceutiques qui vendent des médicaments allopathiques ? Si c’est le cas pourquoi les laboratoires qui font de l’homéopathie ne le ferait pas ?

        J'aime

      6. Oui mais les labos et les médecins sont aussi prescripteurs de médicaments allopathiques dont on s’aperçoit après qu’ils sont néfastes à la santé comme les antibiotiques qui étaient prescrits à tort et à travers avec les conséquences néfastes que l’on connait, le médiator… Quant à l’anti-inflammatoire tout le monde connait les effets indésirables.
        Si le « sucre » fonctionne et ce sans effets indésirables ne faut-il pas se poser des questions sur ce qu’il vaut le mieux.

        J'aime

      7. Quand on compare homéopathie contre placebo, les deux groupes sont équivalents en terme d’efficacité mais également en termes d’effets secondaires.

        Donc si vous voulez affirmer que l’homéopathie fonctionne, vous ne pouvez pas dire qu’elle n’a pas d’effets secondaires. Pas le beurre et l’argent du beurre.

        Évidemment la vraie conclusion, c’est qu’elle ne fonctionne pas et n’a pas d’effets secondaires.

        J'aime

    2. Comme disait l’autre :
      « L’homéopathie a le pouvoir de vous guérir en une semaine d’un rhume qui guérirait tout seul en 7 jours. »
      Essayez de prendre de l’homéopathie si vous avez une rage de dent ou une infection sévère des bronches, vous allez vite courir chez votre pharmacien pour avoir quelque chose qui marche.

      J'aime

      1. Mon père a été soigné pour une infection grave, que le médecin généraliste voulait traité en envoyant mon père à l’hôpital avec un traitement homéopathique. Mon père a du signé une décharge au médecin généraliste qui ne voulait partir sans que mon père soit hospitalisé. En moins de 12h, le traitement homéopathique donné par l’homéopathe a fonctionné, je m’en souviens bien car si le traitement n’avait pas fonctionné au bout de 12h l’homépathe envoyait mon père à l’hôpital. Voilà une histoire vraie.

        J'aime

      2. Je connaissais l’adage avec le rhume non soigné et le rhume soigné par des médicaments conventionnels. Aller vois un médecin pour un rhume ne sert qu’à avoir un arrêt de travail.

        J'aime

    3. Si on a vraiment besoin d’antibiotique, il y a quand même peu de chance que l’homéopathie fonctionne. Le problème est quand les patients (ou les médecins) veulent des antibiotiques parce qu’ils pensent en avoir besoin alors que ce n’est pas le cas. Dans ce cas en effet l’homéopathie peut remplacer les antibiotiques 🙂

      J'aime

      1. En fait, de base, on a pas « besoin » des antibiotiques, il y a tout a fait moyen de se soigner par des moyens naturels. La différence, c’est que c’est généralement plus long, et qu’il faut aussi être responsable et arrêter les frais si les symptômes augmentent etc (les bactéries et virus deviennent résistants, c’est pas nouveau).
        J’ai soigné une angine blanche (qui nécessite donc des antibiotiques) avec des huiles essentielles, des gargarismes de plantes, des infusions etc. Mais j’ai surveillé méticuleusement l’évolution des symptômes et de ma température. Alors ok, j’ai pris 2 semaines pour guérir (avec les antibiotiques j’étais tranquille en quoi ? 24h), mais je n’ai eu aucun effet secondaire (surtout gastro-intestinaux) et ai développé une résistance aux angines (je m’en tapais des rouges plusieurs fois par an, ça devenait pénible).

        Maintenant, j’ai 2 ans d’études d’herboriste et d’aromathérapie derrière moi aussi, donc j’ai pas fait ça à l’arrache avec quelques conseils trouvés sur internet.

        Je pense que l’homéopathie, comme les plantes, doivent surtout agir en prévention, et pas uniquement en traitement. Une maladie, c’est un peu comme une mauvaise herbe : si le terrain n’est pas favorable à son enracinement, ben on aura pas besoin de l’enlever plus tard avec une binette 😀

        Et la maladie ne se base pas que sur le physique, mais aussi énormément sur le psychologique (ce qu’on néglige presque totalement). J’ai eu plus d’un exemple dans mon entourage qui ont eu des rémission totale de cancer pourtant jugé fatals par les médecins, simplement parce que sachant qu’ils n’en avaient plus pour longtemps, ils ont « lâché prise » et ont profité de la vie au lieu de se stresser (et l’un d’eux a aussi pris de l’homéopathie en partant du principe que « mourir pour mourir, autant voir si l’homéopathie peut me soulager »).

        Aimé par 1 personne

      2. Les antibiotiques ne traitent que les infections bactériennes, pas virales, donc c’est normal que les virus soient résistants. Par contre ce qui rend les bactéries résistantes, c’est une exposition faible aux antibiotiques, donc justement l’arrêt du traitement avant la fin. Si on ne le fait pas, on va sélectionner les bactéries les plus résistantes, qui encaissent la dose qu’on leur a donnée qui n’était pas mortelle pour elles. Alors qu’en faisant le traitement jusqu’au bout, on aurait tué toutes les bactéries.

        Pour soigner une angine bactérienne sans antibiotique, il n’est pas nécessaire de faire grand-chose. Il suffit d’attendre que notre système immunitaire s’en charge. Les infusions, huiles essentielles etc ne servent qu’à soulager les symptômes, se sentir mieux (comme 90% des médicaments du commerce d’ailleurs). Le seul vrai risque sans antibiotique, c’est la surinfection : si on ne meurt pas d’une angine, on peut mourir d’une pneumonie. L’intérêt de l’antibiotique dans le cas d’une angine est le soulagement plus rapide.

        J'aime

      1. Les seules sources citées dans l’article sont celles du mec qui vend le « protocole ».
        C’est la même clinique qui fait le diagnostic et l’étude …
        Et même si ces guérisons sont réelles, il faudrait tester en double aveugle pour prouver qu’il y a plus de rémissions avec l’homéopathie que sans traitement.

        C’est criminel de publier ce genre d’article, y’a des gens qui meurent en essayant de se soigner comme ça.

        http://scienceblogs.com/insolence/2013/04/25/claiming-to-be-able-to-cure-cancer-with-magic-water/

        Aimé par 1 personne

  4. Ca fait toujours très plaisir de lire des blogs qui allient féminisme et pensée critique ! j’étais déjà très fan de tes BD, ça me ravit assez d’en lire une sur ce sujet 🙂 J’avais consacré un petit article à l’effet placebo sur mon blog qui traitant en partie de l’homéopathie (forcément, c’est l’exemple par excellence)

    J'aime

      1. Le groupe zététique qui ne fait pas bon ménage avec le féminisme? Déjà ça me surprend, t’as pas dû tomber sur les bons débatteurs, et de plus le féminisme est une question de société, de morale, et non scientifique, donc n’a normalement rien à voir avec la zététique, si ce n’est pour de l’analyse factuelle de discours.

        Bref, en attendant super BD, et au plaisir de te croiser sur le groupe 😉

        J'aime

      2. Bonjour ! Personnellement , je suis féministe et fan de zététique et ça ne me semble pas du tout incompatible, je ne comprends pas ton commentaire : tu as du juste mal tomber sur facebook je pense. je suis de temps en temps le groupe zététique et ça ne me choque pas (je peux trouver d’autres critiques mais pas celle là …) . Après le groupe facebook contient peu de spécialistes de zététique (contrairement au site Cortecs par exemple) et beaucoup de simples sympathisants qui peuvent avoir les mêmes propos sexistes que partout …Bien sur ! A mes yeux, les outils de la zet et des méthodes scientifiques permettent au contraire de déconstruire pas mal de préjugés homme/femme ou sur l’éducation genrée par exemple. Bref plutôt très très compatible à mes yeux !

        J'aime

      3. Je sais que ce n’est pas incompatible 🙂 Bref je voulais pas lancer un débat là dessus, c’est vraiment pas important.
        Je pense que c’est un problème que les meufs sur les groupes zet ont pu vivre mais difficile de prouver ça n’est ce pas 🙂

        J'aime

      4. Je pense qu’il ne faut pas surinterpréter le commentaire d’Emma, elle ne disait pas qu’il y avait incompatibilité (la preuve, sa BD…), mais que sur CE groupe facebook qui est le groupe principal, il y a des tensions. Ca n’est pas un mystère, c’est une discussion récurrente dans les cercles sceptiques, ce serait intéressant de l’étudier un peu plus d’ailleurs… ce n’est pas tant une tension avec « la » zététique qu’avec les zététiciens d’ailleurs. Cet article est très intéressant sur cette question http://lechodessorcieres.net/zetetique-et-feminisme/

        Aimé par 1 personne

  5. ça fait plaisir de voir ce genre d’infos claires sur l’homéopathie et son absurdité. on devrait carrément imposer de les placer au rayon bonbons des pharmacies parce que les gens qui croient se soigner avec ça a la place de vrais trucs avec des principes actifs adaptés, c’est réellement dangereux.

    J'aime

    1. Sauf que l’effet placebo peux réellement soigner certains maux, ce n’est pas un phénomène psychologique. les gens les prennent « en plus » et non « à la palce » en général, et ça peux aider dans bien des cas.

      J'aime

      1. L’effet placebo ne soigne pas, il donne une sensation de soulagement temporaire.
        En gros, c’est votre cerveau qui vous envoi un shoot d’endorphine (à vérifier).

        C’est comme si vous disiez que de la morphine peut soigner une jambe cassée.

        Aimé par 1 personne

      2. Selon mes connaissances (qui datent un peu), l’effet placebo, dont les mécanismes sont encore mal connus, peut vraiment aider à la guérison. Il n’y aurait pas que les endorphines dans le coup, mais aussi une meilleure réponse immunitaire.

        J'aime

      3. Malheureusement non, et c’est ça le problème. Si c’était comme vous disiez, il n’y aurait aucun problème avec l’homéopathie. Tout le monde saurait que ce n’est qu’un placébo et l’utiliserait en tant que tel.
        Mais non. Le meilleur exemple est celui du l’oscillococcinum. Chaque année il y a des morts dans le monde parce qu’ils se soignent de la grippe par automédication, uniquement avec de l’oscillococcinum. Et ça, c’est dramatique.

        J'aime

      4. Emma il y a des morts de la grippe car ce sont des personnes immunodeprimées – personnes âgées.. Et parce que ces personnes ne sont pas vaccinées (même si le vaccin ne fonctionne qu’à 70%) & non pas parce que ces personnes se soignent avec de l’oscillo (qui permet de soulager les symptômes d’une rhino pharyngite et non d’une grippe d’ailleurs!).. une personne ayant un état grippal et – allant voir son médecin bien sûr – aura comme prescription du Tamiflu ou du Relenza !
        Il ne faut pas tout mélanger !!

        J'aime

      5. Où j’ai dit que les gens mourraient de la grippe à cause de l’oscillococcinum ? (qui il me semble s’auto conseille entre autres pour les états grippaux)

        J'aime

    2. je ne comprends pas cette réflexion; si beaucoup de gens se soignent ou se font soigner par homéopathie, c’est probablement que ça donne des résultats qui leur conviennent.
      sinon, ils ne continueraient pas, ils ne sont pas stupides, quand même…
      perso si mes boules au sucre marchent pour toutes les maladies « bénignes » (et même certaines nettement moins) pourquoi aller prendre des merdes chimiques qui bousillent la santé, et polluent? (et sans spécialement marcher, en plus)

      ha oui, aussi, avec quelques bon bouquins, on peut faire de l’auto-médication qui « marche »;
      encore des économies pour la sécu (et des médecins moins débordés) c’est quand même chouette, non?
      et ça n’a rien de dangereux. la plupart des maladies peuvent attendre 24 à 48h avant d’être traitées, or avec le bon remède, on peut être guéri.e en 20 à 30 minutes. donc si ça ne marche pas, on a encore le temps d’aller chez un médecin
      (je ne parle pas des cas urgents genre crise d’asthme etc évidemment)

      J'aime

      1. Ce n’est pas ce qui est dit. Ce qui est dit c’est que les gens doivent prendre ces produits en connaissance de cause : c’est du sucre. Après si ça marche, très bien. Par contre, que ça ne soit plus remboursé.
        Moi quand j’ai su ce qu’il y avait dedans, je me suis sentie trahie et humiliée et j’en ai voulu aux homéopathes. Je suis surprise de voir que tout le monde ne réagit pas comme ça et m’en veulent à moi de dire la vérité au lieu de se tourner vers ceux qui leur mentent.

        Aimé par 1 personne

      2. Ils ne sont pas stupides. Au contraire, certaines études montrent que les pratiques « alternatives » du même genre sont plus généralement adoptées par des personnes avec un niveau d’éducation plus élevé.

        Par contre, ça témoigne de la puissance des biais cognitifs dont nous sommes tous victimes: biais de confirmation, mémoire sélective, confusion corrélation/causalité, post hoc, etc.

        J'aime

  6. Voilà comment j’explique l’homéopathie moi :
    c’est comme si je prenais une puce, que je la mettais dans une piscine olympique remplie de flotte et que je faisais une bombe dans l’eau depuis le plongeoir des 5m (vu que je suis toute seule, plusirurs fois)et que pour finir je prends un verre de l’eau de cette piscine et que je la verse sur le dos d’un chien infesté par des puces….
    C’est moins pédagogique mais c’est bien rigolo 😂

    Aimé par 1 personne

  7. perso ,je ne suis pas d’accord avec ces commentaires , j’ai testé l’homéopathie sur des vaches et des chevaux, et notamment sur une vache ayant une mammite à 1 trayon, et cette vache à guérie et elle a nourris normalement ces veaux les années suivantes sur les 4 trayons ( alors qu’avec la méthode antibiotique, elle ne peut plus avoir de lait sur le trayon qui à été infecté). On peut parler d’effet placebo sur les humains, mais comment fait on avec les animaux???

    J'aime

    1. Perso, j’avais fait le tour des pédiatres de la région pour les allergies (respiratoires + eczéma) de mon bébé de 6 mois, sans aucun succès malgré notre persévérance et malgré ses cris quand on lui mettait son masque d’aérosols! Un ami m’a renseigné un médecin spécialisé en homéopathie qui avait été le seul à pouvoir guérir son bébé du même âge. J’ai suivi ses conseils et donné au bébé le traitement en granules: en 2 semaines, mon fils était guéri et n’a plus jamais été allergique depuis (il a 25 ans) Dix ans plus tard, ce même médecin m’a guérie d’une horrible allergie respiratoire ( apparemment c’est de famille!) en moins d’un mois alors que le traitement donné par l’ORL réputé que j’avais consulté n’avait rien donné en plusieurs mois! Même pas un soulagement momentané! Alors, vos opinions et simili démonstrations, franchement, gardez-les pour vous!

      J'aime

      1. Le système immunitaire des bébés est hypersensible car à cette age la il apprend à se défendre contre son nouvelle environnement, donc si on distille de très faibles doses dans le corps d’un nouveau nés, il apprend en toute sécurité. Et en plus on bouche le trou de la sécu! Si jamais cela fonctionne pour certains, effet placebo ou pas, c’est gagnant gagnant; non? Jai aussi l’impression que notre compréhension de l’effet placebo par la science est loin d’etre parfaite.. Et puis la surconsommation d’antibiotiques devient un véritable problème, bien plus grave que de savoir si l’homéopathie fonctionne ou non. Ils affaiblissent le système immunitaire, sont nocifs pour l’environnement et en plus les antibiotiques deviennent de moins en moins efficaces. Et oui les virus aussi s’adaptent.. Alors face aux infections sérieuse la médecine allopathique se retrouve de plus en plus impuissante.. Bon sinon sympa la BD, j’ai pas d’opinion tranché sur la question mais j’ai bien rigolé!

        Aimé par 1 personne

      2. si l’homéopathie était un placébo, et que les autres médicaments reconnus et censés être efficaces soignaient vraiment, alors pourquoi les patients qui ont commencé avec les médicaments n’ont ressenti aucune amélioration, ou bien ont vécu des récidives des maux, alors que’avec l’homéopathie les maux ont disparu et ne sont pas revenus?

        Ça montre bien que l’homéopathie est plus qu’un placébo. Et à l’inverse des « médicaments », si elles ne fait pas du bien, elle n’endommage pas l’organisme à l’utilisation (ex : les antibiotiques endommagent la flore intestinale garante de l’immunité, certains médicaments endommagent le foie, les reins, la mémoire, etc sans pour autant soigner correctement les maladies).

        J'aime

      3. @gjeffroy
        Les antibiotiques ne s’attaquent qu’aux bactéries. Les virus n’ont donc aucune raison de s’y adapter.
        Prendre de l’homéopathie remboursée quand aucun médicament n’était nécessaire, c’est pas ce que va boucher le trou de la sécu.

        J'aime

      4. Fissomad ça ne montre rien du tout. Au mieux, ça suggère, mais ça ne « montre » pas. Mais il y a une explication toute simple, c’est que l’effet placébo est intrinsèquement lié à la personne. C’est donc relativement aléatoire. Un produit peut avoir un effet placébo et pas un autre, parce que la personne trouvera le premier plus sain, plus joli, sera dans un meilleur état d’esprit, etc. Tout un tas d’explications possibles. Par exemple, vous remarquerez que les gens témoignant de ce genre de choses sont très généralement (pas tout le temps hein) des gens qui sont déjà suspicieuses vis à vis de l’allopathie et / ou favorables à des médecines alternatives. Ce qui pose déjà un gros biais dans la façon de ressentir le placébo.
        Par ailleurs vous oubliez quelque chose d’important c’est qu’on peut guérir spontanément de symptomes sans même qu’il y ait un effet placébo. Si j’ai un rhume et que je prend trois granolas chaque jour et que je guéri en une semaine, vous serez tout de même d’accord pour dire que les granolas ne m’ont pas forcément provoqué un effet placébo et que j’ai juste guéri spontanément…

        J'aime

    2. Il y a un lien dans la BD sur la question du placebo sur les enfants et les animaux… si tu es sur FB, Emma a aussi répondu pas mal de fois à cette remarque 🙂 Il y a divers autres articles qui expliquent le placebo chez les animaux, mais ça demande déjà de s’être penchée sur la définition de l’effet placebo qui est pas vraiment évidente (ça comprend des phénomènes physiologiques mais on met aussi souvent dedans la part de guérison spontanée, et en plus de ça, quand il ne s’agit pas d’études cliniques il y a facilement des biais de la part des observateurs). Quelques liens :

      http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article659

      http://www.charlatans.info/news/L-effet-placebo-existe-t-il-chez

      Dans le cas d’une mammite, si c’est en plus un cas isolé, il ne faut pas perdre de vue que le corps a aussi une capacité de régénération, heureusement qu’il y a des fois où on peut guérir sans antibiotique (même si bien utilisés ils peuvent s’avérer importants) 🙂

      Aimé par 1 personne

    3. C’est absolument la même chose avec les animaux, ils sont autant sensibles à l’effet placebo que nous quand ils sentent qu’on s’occupe d’eux. Dans les études d’efficacité d’un nouveau médicament sur les animaux, on donne au groupe témoin un placebo pour pouvoir mettre en évidence la véritable action du médicament testé, et non uniquement ce qui relève de l’action de soigner. Mais l’effet placebo marche effectivement, il ne faut pas penser que c’est inefficace ou « dans la tête ». L’homéopathie en est le support, pour les affections bénines ce n’est pas plus mal que de prendre de vraies molécules avec effets secondaires qui n’auront pas plus d’efficacité.

      J'aime

    4. Encore un exemple sur les animaux. C’est sur que c’est Véronique qui a communiqué l’effet placebo a sa vache. Comme ce qui m’a été répondu pour les chiens et les chevaux et les vétérinaires homéopathes.

      J'aime

      1. C’est la personne qui a donné de l’homéopathie, un adepte donc, qui a dû juger si son animal s’améliorait ou pas. Si ça c’est pas tendre une grosse perche ou biais de confirmation, je sais pas ce que c’est.

        J'aime

    5. Alors vous serez peut-être surprise mais l’effet placebo existe bien chez les animaux. Il y a pas mal d’études qui se sont penchés sur le sujet. Après je ne suis pas spécialiste, et je suppose que c’est moins puissant que chez les humains, mais ça existe. Ne serait ce que par instinct, surtout dans le cas d’un élevage ou l’animal vous reconnait comme étant la personne qui tente de prendre soin de lui.
      Par ailleurs, il n’y a même pas besoin d’effet placebo. On peut guérir sans effet placebo, sans rien. Même d’une infection bactérienne. Un exemple isolé n’a jamais fait une règle générale. C’est n’est pas parce que votre vache a guéri avec un traitement homéopathique que :
      – elle n’aurait pas guéri sans
      – toutes les vaches pourraient guérir avec le même traitement

      J'aime

    6. Oui alors là, sur le coup, j’ai une théorie fumeuse, voyez vous.

      Est-ce vraiment de l’homéopathie ?

      Non parce que vu le nombre de vétos qui, pour certaines affections très précises, prescrivent massivement quelques traitements homéopathique spécifiques, qui ont la réputation de très bien fonctionner sur ces affections précises, je me dis qu’ils doivent bien s’être rendu compte depuis un petit moment qu’il est fort peu probable qu’il s’agisse réellement d’homéopathie.

      Ou ils traiteraient bien plus d’affections avec de l’homéopathie, ce qui est très très loin d’être le consensus.

      C’est sûr, c’est moins cher de mettre une molécule sur le marché en la faisant passer pour du sucre qu’en la déclarant comme étant un médicament…

      Enfin bref : une théorie fumeuse, hein…

      J'aime

  8. Moi je veux bien que les gens passent deux fois plus de temps chez les Médecins. Mais pour ça il va falloir doubler le nombre de médecin. Et augmenter drastiquement le cout de la sécu.

    Donc on en revient à la balance bénéfice risque : est-ce qu’on va gagner une population en meilleur santé (et donc de l’argent sur le long terme) ou est-ce qu’on va juste payer plus pour un système de santé pas plus efficace ?

    Aimé par 1 personne

      1. Il y a aussi des choses à faire pour expliquer aux gens que ce n’est pas la peine d’aller chez le médecin toutes les semaines… c’est frappant de voir à quel point certaines personnes refusent de se soigner et d’autres veulent absolument un traitement médicamenteux au premier rhume. Je ne peux pas l’affirmer avec certitude, mais je pense qu’il y a des chances que tout ça puisse s’équilibrer et que ça ne crée pas une affluence massive de patients qui vont tous rester une heure chez le médecin 🙂 (en plus, le temps passé est une chose, mais la bienveillance et l’écoute en sont une autre, même si c’est lié… ça peut arriver qu’en 25 minutes un patient ait été doux et vraiment à l’écoute, et c’est suffisant)

        Aimé par 1 personne

  9. Très bien! Explication claire et assez exacte de la situation. Il y a à mon avis une inexactitude qu’il serait bon de corriger, c’est la fin sur le corps/esprit qui ne font qu’un. Ce n’est pas du tout un point ignoré de la médecine. C’est même un des résultats qui vient de la médecine!
    Les problèmes de la médecine conventionnelle sont tout à fait justes pour la question de la relation patient/médecin, qui sont très certainement dus en partie à son efficacité: les médecins n’ont tout simplement pas le temps pour recevoir chaque patient pendant une heure. Ils sont trop nombreux parce que la médecine, ça marche!

    Aimé par 1 personne

    1. Oui y’a des problèmes structurels… le manque de moyens, le manque de médecins même d’ailleurs aussi. Et certainement un manque de formation des médecins à ces aspects. J’ai l’impression que ça bouge un peu, espérons que ça continue dans ce sens

      J'aime

    2. En France, aller voir un médecin est nécessaire pour obtenir un arrêt de travail en cas de gastro ou de grippe/angine. En tant que patient, j’ai pas besoin que le médecin me tripote pendant un quart d’heure. J’ai du smecta à la maison et je connais déjà les consignes alimentaires. C’est dommage de prendre du temps de médecin et de l’argent à la sécu pour si peu, quand d’autres malades auraient besoin de plus de temps avec leur médecin.

      J'aime

      1. Je suis assez d’accord pour l’arrêt de travail. Dans mon premier taff d’ailleurs, il y avait une tolérance tout à fait intelligente à cet égard, on appelait pour dire qu’on était pas bien et si c’était que pour quelques jours on n’avait pas besoin de se faire arrêter.
        J’ai jamais retrouvé cet état d’esprit dans une autre boîte :-/
        Après, quand tu dis que tu connais déjà les consignes, il faut penser aussi à des gens qui sont potentiellement plus stressés (moi ça m’arrive d’aller chez le médecin pour être rassurée, je n’attends pas de prescription particulière) ça dépend des personnalités 🙂

        J'aime

  10. Pour ceux qui sont persuadés que la mémoire de l’eau fonctionne (soit…); sachez que les granules de sucre sont imbibées de cette eau miraculeuse puis séchées… de façon à ce qui ne reste plus d’eau.
    La mémoire de l’eau se transforme en mémoire du sucre ?

    J’espère ne pas avoir donné de mauvaise idée aux « chercheurs » en homéopathie.

    J'aime

  11. j’ai essayé l’homéopathie, pour soulager mes troubles anxieux, calmer mes crises de paniques, mais ça n’a eu aucun effet sur moi, c’était juste une perte de temps et d’argent, par contre les médicaments classiques, étaient plus efficaces,

    J'aime

    1. En général les antidépresseurs de type ISRS sont efficaces sur les angoisses (je répète ce que mon médecin m’a expliqué, je ne le suis pas moi-même) mais il y a des trucs qu’on peut faire à côté pour aider genre la sophrologie (bon c’est cher …), le yoga, la méditation (pour ça y’a des vidéos très bien sur youtube).
      Bon courage à toi 🙂

      Aimé par 3 personnes

      1. Bonsoir,
        Effectivement mon médecin m’avait prescrit des antidépresseurs, ainsi que des anxiolytiques, je me sentait très mal, la grossesse l’accouchement et surtout le stress de s’occuper d’un bébé pour la première fois m’ont épuisés, maintenant ça va beaucoup mieux, j’ai arrêté les traitements médicamenteux, je fais du sport, j’adore la marche dans la nature, mon médecin m’a aussi conseillé de faire la méditation, et surtout surtout accepter laisser passer les crises, sortir et savourer la vie,
        merci beaucoup pour tes conseils, je vais essayer de faire quelques exercices de yoga sur Youtube, je suis sure que ça m’aiderais beaucoup,
        encore une fois merci et bonne soirée 🙂

        J'aime

      2. L’efficacité des antidépresseurs a été prouvée par des protocoles rigoureux même s’il y aurait aussi beaucoup à dire sur les magouilles de Lundbeck pour empêcher le traitement de passer dans le domaine public. Probablement un sujet de BD 😉

        J'aime

  12. « Le corps et l’esprit des etres humains sont intimements lies et notre medecine n’en tient pas compte, il serait temps qu’on commence a y reflechir »

    Grace a la secu et a la fixation arbitraire des tarifs de consultation (23E si ma memoire est bonne), les medecins sont encourages a faire du volume pour etre rentables.
    Il faut voir plus loin que le bout de son nez et analyser les causes profondes des choses.

    Je te garantis que, vivant a l’etranger, donc etant titulaire d’une assurance privee, quand je vais voir un medecin a 120E la consulte, il prend le temps de m’ecouter. Et mon assurance privee est LARGEMENT moins chere que la secu francaise.

    Et oui, tout a un prix.

    J'aime

  13. En gros, si la mémoire de l’eau est une réalité physique, il suffit d’attendre une bonne tempête, d’aller en bord de mer, et d’y jeter 1 microgramme d’acide chlorhydrique. Ensuite, il faut aller se coucher, attendre la fin de la tempête, et revenir le lendemain. Si tout s’est bien passer, le pouvoir de l’arsenic aura été transféré à tous les océans du monde qui seront donc devenu mortels, et tous les poissons, les gentils crevettes, et les baleines seront mortes. Ensuite il faut attendre quelques jours que les nuages se forment au-dessus de la mer, et les premières pluies qui viendront seront ultra acides et feront disparaître l’humanité. Et voilà, tout ça avec 1 microgramme d’acide. Quand je pense que certains ont investi des milliards pour créer des bombes nucléaires, les blaireaux…

    J'aime

  14. Avec le raisonnement de cet article, un placebo m’aurait soigner du Zona en une semaine alors que le médecin me proposait un traitement coûteux et qui risquait de prendre plusieurs mois…

    J’avoue, c’est dur a admettre.

    J’ai vraiment eu de la chance que la douleur et le virus s’en aille parce que j’ai bu de l’eau.

    J'aime

  15. L’homéopathie est peut être un placebo, en tout cas ils soignent des gens. Bon nombre de médicaments traditionnels sont des placebos ou très peu efficace par rapport au placebo. Regarder sur internet. L’avantage de l’homéopathie , c’est qu’il n’y a pas d’effet secondaire et que si on doit passer à plus fort on garde de la marge.

    J'aime

    1. On surestime beaucoup l’effet placebo. On compte comme résultat de l’effet placebo les guérisons spontanées (parce qu’on ne fait pas de comparatif avec aucun médicament) et les biais d’interprétation (le fait d’estimer des résultats pas très francs différemment parce qu’on croit qu’un médicament efficace a été pris). La plupart du temps, les gens soignés avec succès grâce à un placebo ou l’homéopathie s’en seraient sortis de la même manière sans rien prendre du tout.

      J'aime

    2. Ce genre de commentaires (et d’autres du même style) illustrent le pouvoir de l’anecdote. Elles sont pourtant quasi inutiles en science, tout au plus pour donner des idées de recherche, mais certainement pas pour valider de telles idées. Pourquoi? Parce qu’il y a au moins deux grands problèmes avec les anecdotes:
      1) elles ne sont pas collectées de façon systématique, et il est donc impossible de connaître l’incidence des cas identiques. Même des événements très rares se produisent tous les jours quand il y a beaucoup de tentatives. Prenez le loto: quand vous achetez un billet, la probabilité que vous gagnez est extrêmement faible. Pourtant il y a régulièrement des gagnants, tout simplement parce que énormément de monde y joue. De même, prenez n’importe quelle maladie, même grave, et il existera toujours des cas de guérison spontanée. C’est pour ça qu’en sciences, on collecte les données de façon systématique, afin de connaître précisément l’étendue du phénomène.

      2) elles ne sont pas comparées à un contrôle, et donc il est impossible de dire ce qui se serait passé sans avoir pris l’homéopathie. C’est pour ça qu’en sciences, on fait des études avec un groupe expérimental, et un groupe contrôle qui prend un faux médicament. De la sorte, on peut comparer les résultats des deux groupes: si le groupe expérimental ne se porte pas mieux que le contrôle, alors ça veut dire que le médicament testé n’a aucun effet puisqu’il n’arrive pas à faire mieux qu’un faux médicament qui ne contient rien. L’homéopathie a été testée sur des dizaines de milliers de personnes dans ces conditions contrôlées et ne fait pas mieux que le groupe contrôle. La conclusion est inévitable.
      Et le groupe contrôle n’est pas contrôlé que par rapport au médicament, il l’est aussi pour le type de population (randomisation), pour divers biais (aveugle, mesures objectives, timing identique, etc.).
      Vous voudriez nous faire croire que votre histoire personnelle a plus de crédit que les plus grandes et plus rigoureuses méta-analyses publiées dans la littérature scientifique? Allons donc.

      J'aime

      1. D’accord sur l’explication sauf qu’il n’y aucune référence à ces différentes études et comme tout expertise il est fort possible de trouver des études qui prouvent le contraire mais la aussi c’est une affirmation et je n’ai pas de preuve ni de référence

        J'aime

      2. Les références sont faciles à trouver. Même l’article de Wikipedia les fournit. Si vous avez des références qui prouvent l’efficacité de l’homéopathie, je les lirai volontiers et vous expliquerai en quoi elles sont biaisées, car elles le sont quasi systématiquement.

        J'aime

    3. En fait c’est plus subtil que ça. Les études rigoureuses de l’homéopathie qui s’intéressent à son efficacité montrent que ses résultats sont ne sont pas supérieurs au groupe placebo. Donc l’homéopathie ne fonctionne pas. Bien sûr, cette conclusion inéluctable est « reformulée » par les partisans pour dire qu’elle fonctionne aussi bien qu’un placebo. C’est trompeur mais soit.
      La chose intéressante maintenant c’est que quand on fait les mêmes études rigoureuses pour s’intéresser aux effets secondaires, il se trouve que l’homéopathie est également équivalente au groupe placebo, càd qu’on y trouve aussi des effets secondaires (ils sont bien sûr non-spécifiques).

      La vraie conclusion, c’est que l’homéopathie n’a pas d’effet primaire et pas d’effet secondaire non plus puisque tout est pareil au groupe placebo.

      Mais vous les partisans, vous ne pouvez pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Si vous voulez utiliser l’équivalence du groupe placebo pour affirmer l’efficacité, alors vous devez aussi accepter l’équivalence du groupe placebo en termes d’effets secondaires et dire qu’il y a des effets secondaires.
      https://theierecosmique.com/2016/11/10/trad-une-revue-systematique-du-neant/

      J'aime

    4. Vous ne savez pas de quoi vous parlez. Pour bénéficier de l’appelation « médicament », un médicament doit disposer d’une AMM pour être mis sur le marché. Et pour obtenir cette AMM, il faut notamment prouver, grâce à des tests indépendants, que le produit est significativement PLUS EFFICACE qu’un placebo. Les médicaments « aussi efficaces qu’un placebo », ça n’existe pas. Sinon, ce ne sont pas des médicaments.

      J'aime

  16. Qu’en est-il des plantes? Cet article semble ne concerner que les produits homéopathiques commercialisés. Qu’en est-il par example du pouvoir anti-inflammatoire de la camomille, si on prépare un thé à base de la plante camomille elle-même, cueillie soi-même? Est-ce toujours de l’homéopathie? Est-ce différent par rapport à l’utilisation de produits homéopathiques commerciaux dilués?

    J'aime

    1. Les plantes contiennent de vrais principes actifs. Si tu te fais un thé à base de plante, tu ne perds pas la molécule active (s’il y en a une).
      La foutaise de l’homéopathie repose sur l’absence de la molécule par une dilution extrême. Si tu vas te baigner dans l’océan (n’importe quel océan du monde) et que tu bois la tasse, tu vas absorber le pipi de mon fils à une dilution nettement moindre que ce que propose la plupart des produits homéopathiques.
      Si tu te fais une tisane au thym, ta tisane aura le goût de thym, c’est bien la preuve qu’il y a du thym dedans !

      J'aime

  17. Attaquer l’homéopathie. En ce cas, attaquons bien davantage les gros labos, qui font jusqu’à 7.000 fois la culbute sur leurs produits. Il y a 40 molécules sérieuses, le reste, c’est de l’escroquerie. Il y a 40 médicaments authentiques, le reste c’est du vol, du placébo ou de l’empoisonnement. Voilà le fait montré, prouvé, établi, connu dans tous les labos.
    Attaquer l’homéopathie ?… Je veux bien, je ne l’utilise pas. Mais que ne feraient pas les gros labos pour essayer de vendre leurs productions. Le médicament est la TROISIEME CAUSE DE MORTALITE dans le monde.
    Et tous les médicaments ont un équivalent naturel, au moins une plante, qui marche mieux, à coût infiniment moindre et de manière bénéfique. On ne meurt pas par les plantes, voyez-vous, à moins que vous donniez de la ciguë à votre patient.
    Voilà pourquoi les labos et les médecins complices ont fait passer une loi européenne pour… interdire l’utilisation des plantes dans les médicaments.

    J'aime

  18. Notez ironiquement que moins on connait la réalité sur l’homéopathie, mieux son placebo marche. De la à payer des médecins pour diluer de l’eau dans de l’eau… (Quoi que eux ont trouvé le bon filon pour gagner du fric peinard)

    J'aime

  19. Merci pour cette démonstration, j’ai appris pleins de choses !

    J’étudie la psychologie, mais je m’intéresse énormément au lobby pharmaceutique aussi.
    En lisant des études sur divers médicaments conventionnels dans des revues scientifiques, je remarque que ce problème de vendre des produits pas plus efficaces que des placebos ne se pose malheureusement pas que dans l’homéopathie.
    Des médicaments sont vendus en ayant une efficacité pas supérieure à celle d’un placebo, avec souvent des effets secondaire, eux, bien réels ! Et des années s’écoulent avant qu’ils soient possiblement retiré du marché alors que le ratio bénéfice/risque est plus que mitigé…. ces lobbys sont honteux !

    Je découvre ton blog, je le trouve très bien documenté et hyper instructif !

    J'aime

  20. J’aime beaucoup ce que vous faites d’habitude. Mais aujourd’hui, en temps que médiateur scientifique (celui qui suit de près les chercheurs et qui transmets les savoirs) je me sens obligé de vous dire et de dire à tous ceux qui vous lisent que votre « vulgarisation » est assez dangereuse. Certe c’est simple et facile à comprendre mais il manque une très grande part de la vérité pour se dire à la fin et à juste titre, « ha oui j’ai compris ce qu’est l’homéopathie ». Bonne continuation tout de même, sur autre voie que la médecine peut être ?

    J'aime

  21. Je suis un jeune médecin. J’aimerai beaucoup savoir si les gens « changent » d’avis ou remettent en question leurs croyances après avoir lu votre post.

    L’effet placebo comme vous l’avez si bien dit, existe vraiment. Rien de plus fréquent dans une étude pharmacologique d’avoir des apparitions de diarrhées, maux de ventre et réactions cutanées alors que le patient n’a pris que du…sucre (et il ne le savait pas).

    A l’inverse, lorsque vous vous rendez dans une pharmacie. Votre cerveau comprend le geste. Vous avez mal. Vous vous déplacez quand même. Vous payez. Quelqu’un vous délivre une boite. Avec une posologie (!!!). Vous avalez, mais pas n’importe comment, en laissant fondre sous la langue!

    Tous ces processus font que le cerveau va « intégrer » le côté positif du geste à travers toutes les étapes mentionnées (qui sont très importantes) et délivrer physiquement des neurotransmetteurs qui vont « atténuer les symptomes » pour des pathologies bénignes.

    Le danger par contre c’est de voir des gens qui pensent que cela peut soigner un cancer, une méningite, une pneumonie etc… NON cela n’est pas possible.

    Par exemple le gars qui en commentaire parlait de son zona pense que le virus est partis. Non, on est porteur à vie. Le médecin voulait vous prescrire un médicament préventif afin de vous éviter les douleurs post-zoostériennes (adjectif pour zona) qui ne sont pas constantes mais qui, quand elles apparaissent, sont insoutenables. Vous avez eu de la chance mais l’homéopathie n’a rien à voir pour le coup. Si jamais vous refaites une poussée, je vous recommande chaudement de prendre les médicaments prescrits car il y a un risque non-négligeable de la chronicisation des douleurs.

    En médecine on se sent impuissant, les gens de plus en plus refusent la science avec une angoisse permanente générée par les média. Non nous ne sommes pas achetés par les labo, oui la médecine évolue avec ses erreurs (il y en aura toujours), oui elle progressera encore.

    Mais bon « un arbre qui tombe fait plus de bruit qu’une forêt qui pousse », on se focalisera sur « ma tante qui a eu très mal au ventre après ses antibiotiques » que sur le recul de la mortalité par maladies infectieuses/cancer du sein/ maladies chroniques… grâce et oui… aux pharmaciens.

    Bon courage et merci pour vos dessins 😉

    J'aime

    1. Merci ! Ecoute je classe les réactions dans plusieurs catégories
      – les déjà convaincus (heureusement qu’iels sont là !)
      – ceux qui savaient pas et sont contents de savoir (y’en a eu pas mal !)
      – les groupies de l’homéopathie, du coup complètement dans le déni, impossible qu’iels changent d’avis 🙂 Y’en a un bon paquet aussi.

      Voilou 🙂

      J'aime

    2. Pour ma part quitte à ce que l’effet soit placebo je préfère que ça ne me fasse pas de mal. Vous êtes jeune docteur et peut être que votre vision est différente de l’ancienne. Et je ne nierais pas non plus que la medecine a fait des choses fabuleuses et que parfois notre vie repose entre les mains des medecins.
      Mais vraiment…je n’ai AUCUNE confiance dans le corps médical. Alors non ma tata n’a pas eu mal au bidon (la pauvre). Par contre on a retiré le gros colon à ma maman, car il a été détruit à coup d’anti-inflammatoires (le fait est que ma maman en a pris de nombreuses années à cause de multiple fractures, entorses etc) ,
      on a flingué les reins de mon papi parce que les effets secondaire d’un médoc pour le coeur n’on pas été métrisé,
      ma meilleure amie est morte sur la table d’opération parce que sont foie a été réduit à néant par des médicaments très puisants et en gros il n’a pas pu faire son rôle d’anticoagulant.
      On a bourré de saloperie de médoc deux des tantes de mon mari pour soigner leur symptomes…vous voulez le résultat? L’une est aujourd’hui très lourdement handicapée car au lieu de chercher d’où venez le mal on a traité ses symptomes, ils sont donc passé à côté d’une putain de tumeur, clairement il lui reste 1m50 d’intestin en sale état, ses reins sont foutus, et son coeur a pris une sacré claque…Et l’autre tata à été blindée d’antidepresseurs parce qu’elle perdait la boule… ho ba tient une saloperie de tumeur qui fait pression sur son cervaux… Ca doit expliquerpourquoi elle pétait un boulon non? Voila voila….
      ha non encore une! Pour la route quoi. Une autre de mes amies, après avoir fait le vaccin gardasil se retrouve atteinte de polyarthrite. Alors évidemment on ne lui a pas dit expressement que c’était à cause de ce vaccin mais franchement….

      Donc voila le témoignage d’une plus que sceptique.

      Je refuse de prendre des médicaments pour soigner mes symptomes, ou de me faire traiter au pifomètre, je refuse aussi de prendre un médicament qui m’oblige à en prendre un autre pour contrer les effets secondaires du premier(et c’est comme ça qu’on se retrouve à prendre 15 médoc par jours…c’est sérieux??) , et je ne parle même pas de ces cons de gyneco, ou généraliste qui vous colle de la pillule contraceptive à toutes les sauces alors que d’autre moyens de contraception existe (je pense au diu cuivre, qui, je ne sais pourquoi, fait si peur en France….Ha attendez…si je sais pourquoi! Ba c’est que c’est quand même vachement plus rentable pour certain la pillule! )

      Bref vous l’aurez compris, je n’accorde aucune confiance au corps médical. Je sais bien qu’il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier, mais là, je cherche encore le professionnel de santé qui me fera changer d’avis. Et autant vous dire que je cherche bien, quitte à faire de la route.

      Je vous souhaite de garder un esprit ouvert et critique et de ne pas boire le soit disant savoir de certain. Je l’ai fait. « mais si c’est le medecin qui le dit enfin… » oui enfin…

      J'aime

  22. Je suis assez dubitatif. D’abord parce que, sur le plan de la logique pure, il est toujours facile de dire qu’on a guéri grâce à l’effet placebo, ou autre chose. L’argument ne pourra pas pas être contredit et on peut tout démontrer comme ça. Ensuite parce que j’ai des doutes sur la façon dont sont menées les études sur l’homéopathie (mais j’avoue ne pas avoir fait d’investigation là-dessus), dans la mesure où l’homéopathie ne fonctionne pas avec un « tel maladie, tel granule », mais considère l’ensemble de l’individu. Un médecin homéopathe a-t-il pris le temps de considérer chaque testeur dans son ensemble? Comment ont été faites ces études qui concluent à un effet égal entre l’homéopathie et le placebo? Pour ma part, je déclenchais de fortes fièvres (39/39,5) des que je respirais des peintures fraiches, avec un état ressemblant à un état grippal, J’ai voulu tester l’oscillococcinum, un peu au hasard (donc, l’effet placebo, j’ai des doutes) et ça a fonctionné! Dès que je sens une alerte, j’en prends et je n’ai plus jamais fait de fièvre… Mais on peut évidemment dire que c’est un effet placebo. De même que ma réaction aux solvants n’était peut-être que psychologique, même si parfois, je me rendais compte après coup, parce que j’avais fait une fièvre, que j’avais respiré des peintures. Je précise aussi que je n’ai jamais gagné au loto…

    J'aime

    1. « D’abord parce que, sur le plan de la logique pure, il est toujours facile de dire qu’on a guéri grâce à l’effet placebo, ou autre chose. »
      C’est bien pour ça que pour conclure, il faut prendre un grand nombre de personnes. Sur ce grand nombre de personnes, il faut les séparer en deux groupes, l’un d’eux reçoit le médicament testé, un autre le placebo. Ni les personnes testées, ni le médecin en contact avec eux, ni la personne qui analyse les résultats ne doit savoir qui a reçu quoi. Ce n’est qu’après une analyse des résultats (donc après avoir déterminé qui allait mieux) qu’on recoupe ces données avec celles de qui a reçu quoi pour savoir si effectivement il y a une différence entre le groupe recevant le médicament et le groupe recevant le placebo.
      Il est à noter que, indépendamment de l’efficacité du médicament, il est probable que plusieurs personnes guérissent pendant le test. La raison est simple : c’est l’évolution normale de la plupart des maladies. Ce qui rend un médicament efficace, c’est qu’il soigne ou soulage plus de gens dans un laps de temps donné que la nature.

      J'aime

  23. Chouette BD, et c’est sympa de mettre les sources!
    Pour les effets de l’homeopathie, je ne peux pas me prononcer, je n’y connais rien… Par contre, pourquoi la mémoire de l’eau pourrait-elle soigner un rhume et pas le cancer? La mémoire de l’eau?! Au delà de l’idée effectivement étrange de la mémoire de l’eau contenue dans un comprimé sec, il faut tout de même savoir qu’une molécule d’eau dans l’eau, elle bouge à l’échelle de la picoseconde (soit 0,000000000001 s). Autour d’une plus grosse molécule, elle peut intéragir avec elle, et rester un peu plus longtemps à la même place, mais une fois loin de la molécule, bah elle se comporte comme une molécule d’eau dans de l’eau. Je simule des protéines dans de l’eau et je peux vous assurer que les molécules d’eau bougent dans tous les sens, d’ailleurs, la plupart du temps, on ne prend pas une molécule d’eau particulière (sauf si elle intervient très clairement dans une réaction) mais on moyenne. Sur quelques centaines de nanosecondes (0,0000001 s)… (et oui j’étale ma science…)
    La médecine des plantes n’a rien à voir, car les plantes contiennent effectivement des principes actifs, avec de possibles effets secondaires (il y a des huiles à ne pas prendre enceinte tout de même).
    Sur ce merci pour ces BD qui mènent à beaucoup de réflexion

    J'aime

  24. Tu as fait des études de pharmacie et de la recherche clinique pour affirmer ainsi que l’homéopathie est inefficace ?
    Tu as le droit de ne pas y croire, mais c’est un choix personnel !
    (A ce propos je ne suis pas spécialement pro homéo mais je suis contre les anti-homéo qui prônent des informations erronées comme toi)

    Il a été prouvé que l’homéopathie fonctionne bel et bien sur les nourrissons et les animaux et contrairement à ce que l’article que tu as cité dit : ça n’est pas fonction de l’attention que l’on porte au soin de l’enfant ou de l’animal : quand on administre de l’homéopathie à un animal on le glisse dans sa nourriture ou son eau, à aucun moment il est au courant que l’on souhaite le soulager ! Donc l’effet placebo, auquel tu t’attaches tant, n’agit pas dans ce cas précis..!

    De plus, c’est insensé de donner comme contre exemple « pourquoi alors ne soigne t-on pas un cancer avec de l’homéopathie? »
    Un cancer est une prolifération cellulaire très souvent incurable dans un stade avancé même avec de « vrais médicaments »..
    Il faut savoir que l’homéopathie ne soigne pas MAIS traite / soulage les symptômes !

    J'aime

    1. Tu as fait des études de pharmacie et de la recherche clinique pour affirmer ainsi que l’homéopathie est inefficace ?
      Non, mais j’ai lu les études et les rapports qui montrent l’efficacité similaire de l’homéopathie et du placebo

      Tu as le droit de ne pas y croire, mais c’est un choix personnel !
      Heuuuu non en fait, c’est de la science 🙂

      Pour l’effet sur les enfants et les animaux : voir Wolf et la naissance des études en double aveugle

      Concernant ta réponse sur l’homéopathie et le cancer, c’est la réponse la plus constructive que j’aie obtenue sur la question. Bravo ! L’homéopathie agit donc sur les symptômes. La question suivante est : un placebo agit-il sur les symptômes ? Réponse : oui. Question : moins bien que l’homéopathie ? Réponse : d’après les plusieurs centaines d’études en double aveugle menées sur le sujet, non, l’effet est statistiquement identique.

      Bonne journée 🙂

      J'aime

  25. Je reste convaincue de l’efficacité de l’homéopathie, personne n’est parfait 😉
    Mais j’ai bien kiffé ta bd, merci.
    Au final le plus intéressante reste de lire les avis de tous.
    Bonne continuation.

    J'aime

      1. Justement la conviction et la science ne sont pas complètement corrélés. Pour moi la science est une manière de modéliser notre univers, mais pour moi un modèle sera toujours incomplet et imparfait. La différence entre le modèle et la réalité, c’est justement la place pour certaines médecines alternatives.
        Si je formule autrement ma pensée, ce n’est pas parce que l’homéopathie ne fonctionne pas sur un grand nombre de personne qu’elle ne fonctionnera pas sur MOI. Et au final ce qui m’intéresse c’est bien mon cas particulier et non pas un échantillon de personnes représentatif. Je suis curieuse de lire votre avis là dessus car je suis mathématicienne et praticienne reiki… et parfois je me sens un peu schizophrène 😉

        J'aime

      2. Bonjour,
        Non pas schizophrène juste réaliste. Que l’homéopathie ait un effet placebo ou réelle la vrai question et est-ce que cela marche si oui c’est le principal et ce sur une partie de la population ou sur la totalité.
        Ce type de médicaments n’est plus remboursé par la sécurité sociale donc n’est pas une dépense de l’état financé par nos impôts et cotisations.
        C’est au libre choix des consommateurs. Si pour certains ils trouvent leur bonheur dans un peu de sucre et même si c’est un effet placebo et que cela marche génial.
        Les labos allopathiques ne font pas mieux pour s’enrichir sur le dos des patients et sur nos cotisations voire même pire

        J'aime

      3. La question « est-ce que ça marche » s’étudie scientifiquement et la non-supériorité par rapport à un groupe placebo est la définition de « ça ne marche pas ». Je comprends bien que cette réponse peut sembler contre-intuitive, surtout parce qu’on parle d' »effet » placebo comme s’il s’agissait d’un véritable effet. Rien n’est moins sûr. Ce qu’on appelle « effet placebo » est, strictement parlant, les résultats observés dans le groupe placebo. Mais si le groupe placebo s’améliore, ce n’est pas majoritairement à cause d’un effet réel. Avant tout, il s’agit surtout de la guérison spontanée des maladies. Ensuite, il s’agit d’une impression d’aller mieux, sans vraiment aller mieux. L’exemple emblématique cette affirmation, c’est cette étude hyper intéressante faite sur l’albuterol versus placebo pour le traitement de l’asthme. Deux types de mesures ont été faites pour mesurer les performances du médicament: des mesures subjectives – l’impression pour le patient de mieux respirer -, et des mesures objectives – la mesure du flux d’air dans les poumons. En mesures subjectives, le groupe placebo faisait aussi bien que l’albuterol – les patients qui prenaient un faux médicament avaient l’impression de mieux respirer. Mais les mesures objectives montraient un autre tableau: alors que le groupe albuterol montrait une réelle augmentation du flux d’air, le groupe placebo n’en montrait pas. Les patients du groupe placebo avaient l’impression de respirer mieux, mais en réalité, leur situation était inchangée. Le pouvoir de l’esprit sur le corps, ici, c’est surtout la capacité du cerveau à vous tromper et vous faire croire que votre corps va mieux qu’il ne va vraiment. Imaginez prendre un placebo en cas de crise d’asthme, à la place d’un vrai médicament.

        Il y aurait beaucoup moins de problèmes avec la médecine placebo si l’effet placebo était un effet réel, systématique et d’intensité constante. Mais c’est surtout un artefact.

        Ceci dit, jamais je serais en faveur de leur interdiction. Les gens font ce qu’ils veulent. Par contre des mesures sont nécessaires: leur non-remboursement (déjà en cours dans certains pays), et leur vente ailleurs qu’en pharmacie (à ma connaissance appliqué nulle part).

        Vous dites que les labos « allopathiques » ne font pas mieux pour s’enrichir. C’est tout à fait faux et je soupçonne que vous n’avez jamais travaillé dans le monde de la recherche clinique. L’investissement en temps et en ressources pour arriver à sortir un médicament sur le marché est gigantesque, vous n’imaginez même pas l’argent que coûte une recherche clinique de Phase III, seule capable de convaincre les autorités à délivrer une autorisation de mise sur le marché. À côté de ça, les contraintes réglementaires pour les labos homéopathiques sont tout simplement ridicules, et pour un médicament qui n’en est pas un, qui n’a pas d’efficacité propre. Non, en réalité, le vrai scandale il se trouve bien du côté des labos homéopathiques.

        J'aime

      4. « Le pouvoir de l’esprit sur le corps, ici, c’est surtout la capacité du cerveau à vous tromper et vous faire croire que votre corps va mieux qu’il ne va vraiment. »
        ça marche sur le corps d’autrui, ce qui explique sûrement le plus l’effet placebo sur les animaux et les nourrissons.
        Maintenant, difficile de le démontrer à quelqu’un qui est victime de ce biais de confirmation. Difficile de se remettre en cause à ce point, ça nécessite une bonne dose d’humilité.

        Aimé par 1 personne

      5. Donc, si je comprends bien ce que vous écrivez, il ne pourrait pas exister de preuves qui vous ferait changer d’avis? Comprenez-vous que ce n’est pas une attitude rationnelle.
        Personnellement, je trouve beaucoup plus raisonnable de forger un avis et le faire évoluer au fil de l’évolution des connaissances scientifiques. Certes, la science ne cherche la « vérité » (et ne le prétend pas, d’ailleurs), mais offre des descriptions de la réalité extrêmement pratiques puisque vérifiables et permettant des prédictions. À ma connaissance, c’est la seule méthode capable de produire des connaissances vraiment fiables, d’autant plus que sa capacité à remettre en question les choses lui permet d’évoluer en abandonnant des connaissances erronées. Les gens prennent souvent le fait que la science ait changé d’avis dans le passé comme une faiblesse. Pour moi c’est une grande force parce que ça prouve qu’elle a capable de détecter les erreurs et les corriger. A-t-on jamais vu une autre entreprise humaine faire ça? Je ne crois pas.

        Vous dites que la différence entre le modèle et la réalité laisse la place aux médecines alternatives. Ce serait vrai seulement si le modèle ne les avait pas étudiés. Mais elles sont étudiées, et il n’existe pas de preuves de leurs fondements. C’est bien simple: si les médecines alternatives avaient été prouvées, on ne les appellerait pas « alternatives », on les appellerait « médecine » tout court. Elles feraient partie du cursus d’enseignement ainsi que de l’arsenal thérapeutique de la médecine conventionnelle scientifique. Le simple fait qu’elles aient reçu l’adjectif « alternatives » est un témoignage contre elles: soit elles n’ont pas été prouvées, soit elles ont été prouvées fausses. L’homéopathie tombe dans cette dernière catégorie.

        Un dernier mot sur l’expérience personnelle (« … elle fonctionnera sur MOI »). Je pense que ce n’est pas une base solide pour forger un avis, mais si ça parait contre-intuitif ce que je dis. L’expérience personnelle est probablement une des méthodes les moins fiables pour se faire une opinion sur des sujets qui peuvent être étudiés scientifiquement (j’exclus donc des tas de domaines où l’expérience personnelle est tout à fait légitime). Parce que l’expérience personnelle est soumises à une pléthore de biais cognitifs et artefacts statistiques qu’on ne peut pas maitriser. Si vous vous renseignez sur les notions de biais de confirmation, de confusion corrélation/causalité, de sophisme post hoc, de régression vers la moyenne (et des tas d’autres qui entrent en jeu), vous apprendrez sans doute que vous ne pouvez pas nécessairement faire confiance à votre cerveau. Il peut vous jouer des tours!

        J'aime

      6. En fait, Sceptom, je suis assez d’accord avec vous. Je prends de l’homéo en connaissance de cause, et bien souvent je la prends sans ordonnance car ce n’est pas les 50 centimes que la sécu m’auraient remboursés qui me motivent à consulter un homéopathe, surtout que la plupart du temps il s’agit d’automédication en attendant d’observer comment ça évolue.
        Je voudrais juste réagir sur un point : je ne crois pas à la supériorité du rationnel et du raisonnable sur l’intuition. Je pense qu’il y a des milliers de phénomènes que la science n’explique pas encore, et de toute façon quand elle l’expliquera il faudra avoir BAC+15 pour y comprendre quelque chose.
        Je pense par exemple que le pouvoir de la symbolisation peut vraiment être important (voir les travaux de Jacques Salomé à ce sujet). Pour moi, mettre des granules de stramonium dans le biberon de mon fils revient à écrire « sommeil apaisé et réparateur » sur sa bouteille d’eau. D’ailleurs je fais les 2 choses quand il a des cauchemars.
        Mais je vous accorde qu’il y a une méthode qui coûte moins cher que l’autre 😉
        Alors pourquoi est-ce que j’engraisse sciemment les laboratoires homéopathiques ? Parce que je crois aussi énormément au pouvoir de l’inconscient collectif. Si des milliers de personnes sont convaincues que l’arnica guérit les hématomes, alors cela suffit à investir les granules d’arnica de ce pouvoir. J’ai hâte que des scientifiques se penchent réellement sur ce phénomène. Et en attendant je profite des effets bénéfiques de ce phénomène, sans avoir besoin de preuves pour tout et tout le temps. Pour certaines choses (pas tout, je ne suis pas complètement insensée), faire confiance à mon intuition me suffit.

        J'aime

      7. Je crois que nous atteignons ici un point de désaccord fondamental (l’inconscient collectif, symbolisation avec effet intrinsèque) et je ne pense pas que nous puissions le résoudre, certainement pas en tout cas dans les commentaires d’un blog. S’il vous arrive de passer sur Bruxelles (venez à nos Skeptis in the pub! http://brussels.skepticsinthepub.org/ ), on pourra continuer la discussion autour d’une bonne bière (ou autre).

        J'aime

      8. 42 ?…
        Blague à part c’est délicat comme question. Mes convictions ne sont pas gravées dans le marbre et je ne prétend pas du tout posseder une quelquonque vérité.En réalité mes convictions étaient proches des votres il y a quelques années et elles ont étés ébranllées.
        Je pense avoir vécue plus de cas où l’homéopathie ne m’a pas aidé que le contraire. Cependant, les fois où cela m’a aidé ont étés assez spéctaculaires pour me marquer définitivement. Je sais bien que les bases rationnelles ne sont pas là pour expliquer ces guérisons, mais qu’avez vous à gagner à vouloir absolument nous convaincre de son inéficacité ?
        Je suis pour les experimentations et les « preuves scientifiques », mais je n’ai pas une confiance aveugle dans la science. Ce n’est pas parce que l’on ne peut pas expliquer (ou prouver) quelque chose aujourd’hui que ce n’est pas valide. A moi de vous retourner la question, que faudrait il pour ébranler vos convictions ?

        J'aime

      9. Oh je ne cherche pas à gagner quoi que ce soit. Ce sont juste des débats qui m’intéressent beaucoup, notamment parce que leur existence semble au premier abord paradoxale vu que, scientifiquement, il n’y a justement aucun débat.
        Vous dites qu’on ne peut pas expliquer, mais c’est faux. On peut très bien expliquer ce qui se passe.

        Quant à moi, ce qu’il faudrait pour ébranler mes convictions, ce sont des études de rigueur et d’ampleur équivalentes aux quelques méta-analyses sorties ces dernières années et prouvant l’inefficacité de l’homéopathie. Si de telles nouvelles études, d’aussi grande taille et méthodologie aussi robuste, montraient l’efficacité de l’homéopathie (avec une taille d’effet cliniquement significative), il est clair que mes convictions seraient plus qu’ébranlées. J’alignerais simplement mon opinion sur celui des preuves scientifiques de meilleure qualité, et je conclurais que l’homéopathie a peut-être un intérêt et devrait être plus étudiée. Il y aurait à ce stade autant d’études négatives que positives et donc, on serait en quelque sorte à un point zéro où l’homéopathie a toutes ses chances.

        Aimé par 1 personne

      10. Avec plaisir Sceptom ! J’ai régulièrement des échanges avec des collègues fans de zététique qui voient traîner des granules sur mon bureau. C’est toujours passionnant et rarement orageux au final.

        Aimé par 1 personne

  26. Je ne crois pas à la « mémoire de l’eau » ou a l’efficacité de l’homéopathie au delà de l’effet placebo. Ton article est très bien fait et tant mieux si des personnes ont appris quelque chose en le lisant.

    Cela dit je ne vois pas bien pourquoi il faudrait absolument diaboliser toutes les personnes qui disent que l’homéopathie a marché sur eux ou un de leur proche comme tu le fais dans tes commentaires?

    Je ne comprends aussi pas bien pourquoi sachant que l’homéopathie est un placebo on ne pourrait pas l’utiliser? Ça peut pas être un outil de plus?

    J'aime

    1. Diaboliser carrément !
      Ca ne me pose pas problème que quelqu’un soit content parce que « pour lui ça marche ». Le problème c’est quand on passe de « pour moi ça marche » à « ça marche ».
      Le rôle de la science est justement de sortir de l’anecdote pour évaluer des traitements de façon statistique sur des échantillons représentatives.

      Bonne soirée 🙂

      J'aime

    2. Le mal c’est que ça coûte des millions à la Sécu chaque année… (oui il y a d’autres choses qui causent le deficit et oui les labos pharmaceutiques cherchent à se faire de l’argent…)
      Perso, j’en veux un peu aux médecins homéopathes. Ce sont censés être des gens de science, qui font de longues études, appartiennent à une profession qui s’est construite sur des protocoles rigoureux et sans cesse réexaminés et malgré tout, ils perpétuent cette pseudo-science…

      J'aime

    3. Je suis d’accord qu’il ne faut pas diaboliser les adeptes. Je ne suis pas sûr d’avoir lu des choses dans ce sens-là ici par contre.

      Sur le placebo, le problème est multiple. D’abord parce qu’on croit souvent que l’effet placebo est un effet réel. Il résulte le plus souvent d’artefacts statistiques pourtant: la guérison spontanée avec sophisme post hoc, la régression vers la moyenne, biais de confirmation par l’observateur non aveuglé, subjectivité de l’évaluation, etc. Par conséquent, « l’effet » placebo est extrêmement peu fiable: pas reproductible, très variable en intensité, non systématique. Baser une médecine là-dessus, c’est extrêmement fragile et très trompeur.

      Non, il serait beaucoup plus intéressant de tirer parti des « effets » placebo sans tout l’attirail charlatanesque qui gravite autour, dont l’homéopathie est la reine. Un bon médecin conventionnel peut (ou devrait) à la fois maximiser le placebo tout en offrant une médecine scientifique basée sur les preuves.

      J'aime

  27. Je suis tres sceptique… ok pour la démonstration ok pour l’effet placebo. Mais alors comment expliquer que souvent (tous ceux que je connais) passent à l’homéopathie parce qu’une maladie chronique n’a jamais pu être soignée correctement avec d’autres médicaments ou sans rien et que seule l’homéopathie a fonctionné ?
    Les autres médicaments n’auraient donc même pas l’effet placebo ?
    C’est une vraie question ….

    J'aime

    1. Ce sont des anecdotes qui n’ont pas de valeur statistique. Peut-être que le traitement qu’ils ont cessé juste avant a finalement marché, peut-être que la maladie a simplement reculé, peut-être que la maladie était dûe au stress et que le contact avec l’homéopathe a su faire baisser ce stress.
      Heureusement qu’on ne crée pas des médicaments sur la base de « on dit », sinon l’humanité aurait déjà disparu 🙂

      J'aime

      1. A-t-on fayot des tests en double aveugle sur les effets (durables) des autres médicaments en préventif ? -otites à repetition, angines à repetition – etc ? Parce que ce que certes l’anecdote n’a aucune valeur scientifique mais les enfants rendus tous les 4 matins chez des pédiatres (l’anecdote se répète beaucoup, je travaille en maternelle 🙂 ) ont toujours leurs otites à repetition… l’effet medicamenteux serait d’après moi donc moins efficace qu’un placebo !

        J'aime

      2. Le meilleur moyen de le savoir serait de consulter le dossier d’acceptation de la mise sur le marche par les autorités sanitaires. De quel médicament préventif parlez-vous ici?

        J'aime

      3. Il existe très peu de médicaments en préventif. Il y a bien sûr les vaccins (et leur efficacité est démontrée), mais pas contre les otites et les angines – à part pour ma belle-mère, elle est convaincue que son vaccin annuel contre la grippe la protège contre tous les autres maux de l’hiver. Pour les angines, dans la majorité des cas, il n’existe pas même de médicament curatif. C’est d’ailleurs là toute la magie de l’homéopathie : là où la science est impuissante, on a des médicaments homéopathiques pour tout, sauf peut-être la malchance au jeu et retrouver l’amour perdu.
        Il y a des enfants qui ont une physiologie un peu fragile, ou bien qui sont en contact avec plus de virus que d’autres, et qui sont souvent malades et chez le médecin. D’autres enfants sont plus résistants, moins malades. Vous le constatez dans la maternelle où vous travaillez. Mais savez-vous lesquels sont traités par homéopathie ? Le pus probable, c’est que les enfants les plus malades sont aussi ceux qui prennent de l’homéopathie à titre préventif. Pourquoi donnerait-on des médicaments (même placebo) à un enfant généralement en bonne santé ? Regardez quand même si les enfants les plus malades ne sont pas ceux qui ont des parents fumeurs… Il me semble qu’à ce niveau, la corrélation est assez nette (même s’il y a des exceptions).

        J'aime

      4. Oui et j’ajouterais qu’un grand intérêt de l’homéopathie est d’être la seule médecine autorisée en cas de grossesse et sur les nourrissons. A mon avis c’est salvateur quand on a besoin de faire quelque chose et que les médecins allopathes ne proposent rien d’autre que de prendre son mal en patience. Voilà une des raisons pour lesquelles je continue à l’utiliser. Cela satisfait mon besoin d’action et de contrôle. Qu’en disent les psychologues qui me lisent ?

        J'aime

      5. Personnellement je trouve dommage d’enrichir des charlatans pour ça. Il y a des méthodes honnêtes et éthiques d’obtenir le même résultat.
        En tout cas ça ne devrait pas être remboursé, n’ayant pas passé les tests nécessaires.

        J'aime

      6. Je viens de regarder les remboursements des médicaments homéopathiques ils sont pris en charges à hauteur de 30 % par la CPAM. Sachant que le coût est relativement bas de ces traitements est-ce vraiment l’origine du trou de la sécu ou plutôt les labos classiques qui matraquent les prix sur les médicaments soit disant nouveau alors qu’ils n’ont fait que du relooking technique ou marketing

        J'aime

      7. Bonjour Emma,
        Ce n’est pas toi qui a parlé du trou de la Sécu c’est moi. Mais si les différents intervenants du site critiquent les remboursements homéopathiques c’est cette notion qui est sous-jacente et c’est pour cela aussi que j’ai fait référence aux autres abus

        J'aime

      8. Autre point important: l’existence de problèmes chez les firmes pharma (et il y en a, bien sûr) n’est en rien un argument permettant d’excuser les problèmes des firmes homéo. Dire: « oui mais les firmes allopathiques font pire », même si c’était vrai, n’est pas recevable. C’est comme rétorquer à un policier après avoir été pris en flag de vol: « oui mais untel, il est coupable de meurtre, donc concentrez-vous sur lui et ignorez mes délits! »

        J'aime

      9. Je crois que vous n’avez pas compris le sens de ma réponse. Ce que je voulais dire c’est que les dépenses de la Sécu liées à l’homéopathie existent certes mais sont elles dans la même mesure que les dépenses liées à l’abus de laboratoires allopathiques. Donc, avant de mettre en avant à charges les dépenses homéopathiques, il serait peut être intéressant de les comparer aux abus pour voir leur poids dans les problèmes de financement de la Sécu. Je critique l’attaque en règle de l’homéopathie sans pour cela faire une analyse complète des abus qui existent dans notre système de soin.
        A noter, que votre remarque sur le vol et le crime semble erronée car il me semble que la personne qui a commis un vol peut obtenir la bienveillance du système judiciaire dans le cas ou il apporte des informations sur un crime.

        J'aime

      10. Je crois qu’on peut faire la critique sur les deux fronts à la fois, parce que les problèmes liés à l’homéopathie sont à mon sens indépendants de ceux liés aux firmes pharma. Je ne crois pas qu’il existe un cas où le voleur apporte des infos sur le crime, pour rester dans la métaphore. Ici, on parle d’homéopathie, et j’exprime donc mon outrage sur le scandale qu’il constitue.
        Mais lisez-moi dans le contexte de la critique des firmes pharma et je me lâche aussi.

        J'aime

      11. C’est vrai que l’effet placebo chez le nourrisson est connu !!!! mais la Emma va me faire la même réponse que pour les animaux c’est les parents qui pensent que cela aide le nourrisson qui guérit naturellement !

        J'aime

      12. Oui en effet, l’effet placébo sur les bébés et nourrisson est connu, et ce depuis presque 50 ans, la première étude. C’est marrant de voir des gens affirmer avec aplomb des choses alors qu’ils n’y connaissent visiblement rien.
        Personnellement, en restant humble, je ne sais pas énormément de choses sur le sujet. Juste que l’effet placébo existe bien chez les nourrissons ou les animaux. Il n’y a probablement pas qu’un biais de l’observateur, mais aussi un biais cognitif de l’individu. Un bébé sait déjà percevoir quand on prend soin de lui ou pas. Essayez de faire semblant de frapper un bébé, vous verrez qu’il ne va pas aimer ça à priori, pourtant, il n’a pas eu mal.

        J'aime

  28. Il aurait été intéressant d’avoir l’étude australienne en lien… afin de voir le protocole de la recherche, vérifier qui était les prescripteurs! Car il y a un effet des convictions des prescripteurs. Par ailleurs, cela aurait permis de vérifier si ce protocole respectait le cadre de ce que traite les médecins homéopathes. Au fil de déménagement, j’ai pu connaître différents homéopathes, et en France je n’en ai pas connu un seul qui prétendait soigner le cancer ou le SIDA, etc. Ensuite, tous les homéopathes répondraient que l’effet du traitement se mesure en adéquation avec le tempérament ou la nature de l’organisme… les psychiatres ont bien différents psychotropes parmi lesquels choisir, et ils reposent leurs choix sur une série de signes, de symptômes et d’évolution des réaction à une molécule ou une autre selon chaque patient, alors dites-nous si le protocole de l’étude australienne a respecté ce point! Je trouve tout cela trop agressif, disproportionné, et pas suffisamment scientifique. Cela respire la croyance! Je rejoins les commentaires qui parlent de dogmes et de diabolisation. Peut-on mesurer l’effet de conviction, de croyance de cet article en terme de placebo?

    J'aime

    1. Je trouve toujours assez magique que des tenants de l’homéopathie parlent de manquements scientifiques XD
      Si tu regardes un peu, tu trouveras quelqu’un dans les commentaires qui a mis un lien soutenant que l’homéopathie soigne le cancer.
      Le lien du rapport australien est dans la BD. Il ne s’agit pas d’une étude mais d’un rapport basé sur des centaines d’études.
      Quant au protocole : j’en parle dans la BD. Il me paraît évident que si on voit un patient à plusieurs reprises, qu’on prend le temps de lui parler, qu’on réajuste son traitement, il va se sentir mieux. Ca veut pas dire que la magie marche.

      http://arstechnica.com/science/2015/04/a-tale-of-two-placebos/

      J'aime

  29. juste une question pourquoi existe t’il des vétérinaires homéopathes ? Est-ce que l’effet placebo s’applique aussi aux animaux à leur maître peut être mais aux animaux tels que les chevaux, les chiens…

    J'aime

    1. L’effet placebo s’applique effectivement aux animaux via le comportement du maître. Cependant, ce n’est probablement pas la plus forte raison d’être de l’homéopathie vétérinaire. En effet, le client n’est pas l’animal, mais le maître. L’important n’est donc pas l’effet « placebo » sur l’animal, mais sur le maître. Si l’animal ne va pas mieux mais que son maître pense qu’il va mieux grâce à l’homéopathie, ou bien si l’animal guérit naturellement et que le maître pense que c’est grâce à l’homéopathie, l’effet placebo sur l’animal n’est même pas nécessaire pour que les médicaments homéopathiques se vendent. N’oublions pas que, homéopathie ou non, si on vend des médicaments, c’est pour qu’ils soient achetés, pas pour soigner les gens.

      J'aime

    2. L’effet placebo peut également s’appliquer aux animaux puisqu’en majorité il s’agit d’artefacts statistiques ou biais cognitifs. Pour les animaux, le plus gros vient de la subjectivité de l’observateur.

      J'aime

  30. Bonjour. Très bon billet. La conclusion me chagrine un peu. J’ai l’impression que le gros problème avec la médecine en France c’est que les gens attendent forcément des médicaments, et les médecins ont du mal (par volonté, facilité, difficulté avec l’état d’esprit moyen des patients) à expliquer que leur problème va disparaitre tout seul après quelque jours/mois/années (verrue par ex.) .
    Donc, valoriser dans la conclusion le fait de discuter longuement, recevoir le patient plusieurs fois, oui, si il y a un vrai problème qui passera pas tout seul en 1 semaine, mais dans ce cas là, donner un placebo ne sert de toute façon à rien.

    J'aime

  31. je ne m y connais pas bien, mais je donne de l homeopathie (thuya) a mes enfants par exemple pour prevenir la fievre provoquee par les vaccins, Et c est tres efficace, quand mes enfants n en prennent pas, ils ont un groc pic de fievre dans les 24h qui suivent les vaccin, Quand je leur donne la dose avant le vaccin, ca passe comme une lettre a la poste. Ce n est pas un effet placebo (bebe de quelques mois). Donc comment expliquer que cela fonctionne ?
    Meme question avec les granuels d arnica qui sont tres efficaces, j ai pu les tester moi meme pour eviter de trop gonfler apres m etre fait retirer les dents de sagesse… pensez vous que cela soit un effet placebo qui m ait empeche de gonfler ? Je ne sais pas… pour ma part je garde ma confiance en l homeopathie pour ce type de choses.

    J'aime

    1. Je suis dubitative. Vous avez un enfant de quelques mois, ça veut dire qu’il a eu quoi ? 4 vaccins ? Dont deux le même jour ? Donc vous tirez un cas général d’une seule occurrence. Il n’y a qu’une seule fois où vous avez donné de thuya, ou bien une seule fois où vous n’en avez pas donné. Pourquoi ne pas préciser pour lequel des vaccins ?
      Personnellement, je n’ai jamais donné d’homéopathie à mes enfants avant les vaccins, ils n’ont pas eu de fièvre pour autant, la survenue de la fièvre après un vaccin est loin d’être systématique. Je parle de deux enfants qui ont plusieurs années, c’est un échantillon bien plus représentatif que le vôtre. Je me suis fait retirer les dents de sagesse sans arnica et sans gonfler non plus.
      Avec ce que vous me dites, je me dis que je fais bien de pas prendre de l’homéopathie, si ça fait avoir des problèmes qu’on n’aurait pas eu sans…

      J'aime

    2. Les fièvres après un vaccin sont loin d’être systématiques. Ma fille n’en a jamais fait, et n’a certainement pas reçu de l’homéopathie.

      Pour avoir la réponse à votre question (et si l’homéopathie avait suffisamment de fondements scientifiques pour que ce soit légitime), on doit faire une étude scientifique dans laquelle:
      – on crée deux groupes: des enfants à qui on donne l’homéopathie, et un autre avec des enfants qui prennent un faux remède homéopathique.
      – un aveugle: ni les enfants, ni les parents, ni les médecins, ni ceux qui font les mesures de température, ne doivent savoir quel enfant a reçu quoi
      – on définit à l’avance des paramètres systématiques: combien de jours à l’avance faut-il prendre les granules? quelle posologie? faut-il continuer après le vaccin, et pendant combien de jours? à quels moments précis fait-on le relevé des températures? quelle marque de thermomètre utilise-t-on (la même pour tout le monde)? quelle méthode de relevé de température utilise-t-on (la même pour tout le monde)? pendant combien de jours après le vaccin? Quelle degré atteint et pendant combien de temps est considéré comme une fièvre? Jusqu’à combien de jours après le vaccin considère-t-on que c’est dû au vaccin?
      – on randomise les deux groupes, de telle sorte qu’il n’y ait pas un des deux groupes sur-représentés par rapport à différents facteurs: âge, type de vaccin reçu, signe astrologique (non je déconne!), maladies pré-existantes, etc.
      – on enregistre tous les événements sur une certaine période de temps, surtout d’autres maladies qui n’ont rien à voir avec le vaccin qui pourraient se déclarer pendant la période de temps étudiée.
      – on décide à l’avance quelle différence on considère être cliniquement significative: en termes de degré de température, de nombre d’enfants, de durée de la fièvre.
      – on calcule le nombre d’enfants qu’il faudrait observer pour s’assurer que 1. on va pas louper l’effet (puissance suffisamment grande), 2. on risque pas trop un faux positif (alpha suffisamment bas).
      – on fait un test pour savoir si les parents auraient éventuellement « deviné » dans quel groupe leur enfant était.
      – l’analyse des données se fait également en aveugle
      – à la fin on révèle dans quel groupe chaque enfant était et on compare les résultats.

      ça parait tiré par les cheveux? Bienvenue dans le monde de la recherche scientifique. C’est comme ça qu’on fait un protocole solide qui permet d’avoir des résultats sur lesquels on peut se fier. Chaque élément de contrôle introduit permet de s’assurer que si on observe un effet, la seule conclusion raisonnable c’est qu’il est dû à l’homéopathie et pas autre chose.
      Et bien sûr, il faut publier ces résultats pour que les experts du domaine puissent en faire la critique, au cas où on aurait oublié quelque chose d’essentiel, mais également afin que d’autres puissent faire le même genre d’expérience et répliquer les résultats. D’autres feront plus tard, avec les multiples expériences faites, des méta-analyses et revues systématiques, pour voir si les résultats convergent dans le même sens, puis les agences sanitaires utiliseront ces analyses pour émettre des recommandations.

      Pour l’instant, avec l’homéopathie en général, on en est à ce stade: plusieurs méta-analyses existent et aucune n’a pu mettre en évidence l’efficacité de l’homéopathie.

      J'aime

  32. Bah franchement quand on sait qu’un simple morceau de feuille de laurier rose ou encore un simple fruit de belladone donne immédiatement la mort d’un individu, alors pourquoi des molécule active, à infime dose certe mais concentré (sur un substrat de sucre, oui, pour que l’on puisse quand même transmettre matériellement quelque chose) ne pourrait pas avoir des effet bénéfique sur de « petits » problèmes de santé ?

    J'aime

      1. Haha et bien si ! dans les granules homéopathiques il y a des extraits de principes actifs de plantes il y a beaucoup plus de sucre oui mais il est là seulement pour donner un support permettant de les absorber… Après bien évidemment comme toute grande industrie qui se respecte il faut faire des bénéfices et l’argent passe avant la santé donc les laboratoires pharmaceutiques réduisent l’extraction de ces molécules (qui prend du temps, du matériel bref de l’argent)… Tout ça pour dire que l’homéopathie ce n’est pas ce soigner avec des morceaux de sucre grâce à l’effet placebo. Il est peut être devenu difficile aujourd’hui de trouver de « vrai » granules homéopathiques et de « vrai » homéopathes. Mais la question de l’homéopathie un médicament ? relève du coup plus du fait social que scientifique… Dans quelques années nous pourrions voir le même résonnement avec l’alimentation « bio » qui commence à tolérer les OGM pour que les grandes industries puissent elle aussi bénéficier de ce label…

        J'aime

      2. Non, tu es mal renseignée. Comme je le décris dans la BD, la molécule est tellement diluée qu’il n’en reste rien. Et la dilution n’est pas faite pour raisons économiques (si je comprends bien ce que tu sous-entends) mais parce que si l’homéopathie contenait un principe actif, elle devrait passer par des procédures de contrôle bien plus rigoureuses.
        D’ailleurs il y a quelques temps des produits homéopathiques ont été retirés du marché car … ils contenaient quelque chose (ça me fait mourir de rire)

        http://arstechnica.com/science/2014/03/homeopathic-remedies-recalled-for-containing-real-medicine/

        Peux-tu à l’avenir sourcer ce que tu avances car il y a beaucoup de désinformation sur ce sujet.

        J'aime

      3. En France, il y a des médicaments dits « homéopathiques » qui ont des « principes actifs ». Je sais pas si c’est juste pour Boiron une question d’habitude, mais ils distribuent des soins aux plantes, et on trouve écrit en tout petit « médicament homéopathique des laboratoires Boiron ». Par contre, quand on regarde les ingrédients du « médicament », on ne trouve pas des taux de dilution homéopatiques (exprimés en CH), mais des % de produit « actif ».

        Deux exemples que j’ai à la maison :
        – des pastilles contre la toux qu’on m’avait refourgué quand j’étais enceinte. De la réglisse (4% je crois) et du sambucus (1%). Techniquement, je trouve ça plus efficace que le Stoptou, sûrement une question de consistance.
        – Le fameux gel d’arnica qu’on met sur les contusions. D’une part, l’efficacité est probablement avant tout mécanique, frotter un truc froid sur une bosse, ça fonctionne. De deux, je crois que c’est 9% d’arnica. Et pourtant, là aussi, l’emballage indique que c’est de l’homéopathie.

        J’ai aussi utilisé de la pâte pour les fesses « homéopathique ». C’était pas efficace, mais l’intérêt du produit réside dans la substance, pas dans un quelconque principe actif (mais le mitosyl et l’alloplastine sont drôlement plus efficaces !)

        Voilà, c’était pour nuancer et apporter une précision. Dans le prinicpe de l’homéopathie, il n’y a pas de substance active. Mais Boiron se permet de commercialiser sous le terme d’homéopathie des médicaments qui n’en sont pas. Conclusion : faut toujours regarder l’étiquette et utiliser son intelligence.

        J'aime

      4. Techniquement, si la dilution est inférieure à 12 CH, il peut rester des molécules (et plus la dilution est faible, plus c’est probable). Au-delà de 12 CH, on peut raisonnablement dire qu’il n’y a plus que de l’eau (avant d’asperger les granules).
        Mais cela n’empêche pas que: 1. Il faut un certain seuil de molécules pour avoir un effet biologique cliniquement significatif. Une molécule unique, même du poison le plus mortel, n’aura jamais aucun effet. Et 2. il n’y a aucune raison de penser que les molécules utilisées comme teinture mère aient le moindre effet thérapeutique, même sans dilution.

        J'aime

    1. Vous ne mesurez visiblement pas les différences de dose.
      Dans le cadre de l’homéopathie, les probabilités font que cette énorme dilution ne compte aucun composé actif, voire 2 ou 3 maximum si vous avez de la chance.
      Il n’existe strictement rien dans la nature (vous pouvez chercher longtemps) qui peut tuer avec deux ou trois molécules. Vous parlez d’un fruit ou d’une feuille, mais c’est quelque chose qui est plus concentré des milliards de fois !

      J'aime

  33. Bonjour Emma
    Médecin Généraliste a la fin de mes études, l’homéopathie étant à la mode (1981), j’ai pas voulu mourir idiot et j’ai suivi un cursus.
    Je n’ai jamais appliqué l’homéopathie dans ma pratique bien conscient que se n’étais qu’un placebo.

    Cela ne veut pas dire que le placebo est inefficace. Il est remarquablement efficace mais son efficacité est aussi remarquablement fugace.

    De plus l’abord homéopathique du patient est ,pour moi , potentiellement dangereux.
    En caricaturant: un patient avec des manifestations anormales à gauche sera traité comme un Natriaticum!
    Et on rate une hémiplégie! !!!!!!!!!!

    Pour rebondir sur ta dernière remarque. Rassure toi: Nous sommes énormément de médecins qui haïssent la notion de « psychosomatique ».

    Quel est le crétin qui a pu inventé une telle négation de l’humain? ????????

    Tout en médecine est psychosomatique. Une angine est on a le moral dans les chaussettes.
    Une dépression est on a mal un peu partout. Etc. ……

    Voilà un sujet pour toi?

    Pour ton regard sur l’humain, tu me scoth et m’impressionne.
    Étudiant en 41º année de médecine, je ne t’arrive pas à la cheville pour des explications simples sur des sujet complexes.

    Ton futur risque d’être: Pr en faculté de médecine et en formation médicale continue.

    Avec toute mon admiration.

    Éric .

    Nb: Dyslexique donc dysorthograpique et dyscalculique (cela fait sourire mes patients, surtout les prof)

    J'aime

    1. Bonjour et merci pour ton message !
      Quand tu parles de l’abord homéopathique, c’est l’approche « individuelle » ? Ca m’intéresserait de voir ton avis développé je suis pas sûr d’avoir saisi !

      Quant à mon avenir professionnel … il est déjà bien entamé haha 🙂

      J'aime

  34. Ravie de découvrir votre blog et votre BD ce matin grâce au tweet de @MartinWinckler 🙂
    Après des années d’homéopathie intenses, j’ai fait un sevrage le mois dernier 😉 Et votre BD me conforte dans mon choix ! Merci et bonne journée

    J'aime

  35. Bonne BD merci. il faut que je la montre a ma femme ^^
    ca fait des années que j’essaye de lui prendre conscience que l’homéopathie n’est rien d’autre que du sucre.
    Quand a la mémoire de l’eau, c’est une belle foutaise. rien de tel n’existe, mais c’est la seule expication que les homeopathes ont trouvé. j’en rit encore.

    J'aime

    1. Oui. Parce qu’il n’y a pas vraiment d’effet placebo. La majorité de ce qu’on appelle « effet placebo » est surtout dû à la guérison spontanée. Le deuxième élément majeur, c’est la subjectivité, l’impression de guérir. Ces deux éléments sont présents quand on donne un placebo à un animal donc oui, c’est placebo.
      Vous jugez bien vite mais démontrez pourtant que vous ne connaissez pas grand chose au sujet. Faites preuve d’humilité. Au lieu d’affirmer quelque chose, posez la question et dites-vous que peut-être vous ne connaissez pas tout. Vous appendrez peut-être quelque chose. Gardez l’esprit ouvert.

      J'aime

  36. A chaque fois que je lis 10CH = principe dilué dans le lac léman je pense à mon eau du robinet

    1. Elle vient du lac Léman
    2. dans, autour et en amont du lac il y a forcément des agents pathogènes, des malades, des maladies, des pollutions, …
    3. c’est dilué
    4. c’est « activé/secoué » par toute les pompes….

    Je bois donc en permanence de l’eau homéopathique qui me soigne de toutes les maladies !
    Allez je vous laisse
    J’ai un business à lancer moi
    « L’eau homéopathique du Lac Léman qui guérit de tout » bientôt au rayon santé et crédulité

    J'aime

  37. Discussion passionnante, merci.

    J’ai cru comprendre que :
    En France, l’homéopathie ne tue personne.

    Elle soigne autant que l’effet placebo, donc elle soigne.

    En France, aucun praticien ne prétend guérir le cancer ou le SIDA à coup de pilules homéopathiques.

    Les français qui guérissent grâce à l’homéopathie font économiser beaucoup d’argent à la sécu puisque les petites pilules d’eau sucrée coûtent moins chères et sont moins bien remboursées que les médicaments traditionnels, sans les effets néfastes qui peuvent conduire à retourner chez le médecin.

    Dommage que de l’eau sucrée soit si chère, néanmoins. Les labos, quels qu’ils soient, sont dirigés par des charlatans.

    A part ce dernier point, y’a pas vraiment de problème finalement.

    J'aime

    1. Admettons qu’il soit éthique et acceptable de mentir à des patients.
      L’homéopathie en France est très souvent utilisée sous forme d’automédication. Les gens achètent des bouquins et se « soignent » à coup de petites pilules. L’effet placebo est certes réel mais réduit dans le temps et dans ses effets (il agit sur les symptômes).

      Une personne de ma famille soignait les otites de son fils avec de l’homéopathie. Le gamin se tapait la tête contre les murs de douleur. Sans parler des suites graves possibles d’une infection non soignée.

      J'aime

    2. Je pense que votre description est trop simpliste. Voici une réponse point par point.

      « L’homéopathie ne tue personne ». De façon directe, c’est très probablement vrai. Mais le plus grand danger des médecines alternatives en général c’est de retarder, voire ignorer, de véritables traitements. Des morts comme ça, il y en a eu et il y en aura encore.

      « Elle soigne autant que l’effet placebo, donc elle soigne. » Justement, non. L’effet placebo ne soigne pas. L’effet placebo est juste le nom donné à ce qui est observé dans un groupe prenant un placebo (par comparaison avec un autre groupe prenant le médicament à tester). Des effets observés dans ce groupe s’expliquent par toute une série de facteurs qui n’ont rien à voir avec un véritable effet. Il y a avant tout la guérison spontanée, grâce au système immunitaire qui fait son boulot. Il y a la régression vers la moyenne. Les confusions corrélation/causalité (dont le sophisme post hoc). Il y a aussi cette distinction fondamentale entre perception subjective et effet objectif (voir un autre de mes commentaires sur l’albuterol et l’asthme). Il y a l’effet Hawthorne. Il y a le désir de conformité. Quand on tient compte de tous les facteurs, ce qui reste du « pouvoir placebo » est infime, peut-être même inexistant. Surtout, il est imprédictible, non systématique, hautement variable en intensité. L’effet placebo n’est pas une base éthique ni scientifique de soins.

      Sur l’homéopathie et le SIDA, je n’ai pas investigué la situation, mais je ne serais pas étonné qu’il en existe. J’ai lu cependant des cas d’homéopathes français voulant traiter ebola par l’homéopathie. C’est probablement pire encore.

      Des études de coût-efficacité n’ont, à ma connaissance, jamais été faites par rapport à l’homéopathie. Affirmer que c’est rentable pour la sécu semble se baser juste sur une impression personnelle. « Without data, you’re just another person with an opinion ».

      Il n’est pas sûr que les labos soient dirigés par des charlatans. Du moins si on comprend charlatan comme quelqu’un qui est bien conscient de l’inefficacité de ce qu’il propose, mais le fait quand même pour le gain financier. Je pense au contraire que la majorité des adeptes y croient sincèrement.

      J'aime

      1. Sur l’effet placebo : j’ai bien compris votre raisonnement je crois. Il s’agit d’un machin dont on ne saisit pas bien ni les contours ni les mécanismes.

        Mais je me permet d’ajouter que ce n’est pas parce qu’on ne sait pas comment ça marche que ça ne marche pas. J’ajoute encore qu’en réalité tous les (bons) médecins pratiquent la placebo-thérapie. La médecine est une science humaine, donc elle échappe au rationalisme pure.

        Sans compter que cette question de l’homéopathie conduit à de vastes sujets comme l’économie, la culture, la psychologie individuelle et collective, qui vont bien au delà des petites expériences stricto-scientifiques de labo.

        Je ne souhaite pas faire l’apologie de l’homéopathie, je n’y ai moi-même pas recours. Je veux simplement souligner que le coup de balai devrait d’abord porter sur certains (trop nombreux) médicaments dits « allopathiques » qui représentent 98% du marché et 99,7% des remboursements (chiffres assurance maladie) parmi lesquels plus d’un tiers sont inefficace et 5% potentiellement dangereux. (chiffres Even et Debré). L’inefficacité des médicaments montent même à 78% dans le domaine de l’ORL ! La placebo-thérapie marche donc à plein régime chez l’ensemble des médecins, mais dans certain cas elle est coûteuse et potentiellement dangereuse. Je le redis ce n’est pas le cas de l’homéopathie.

        Que se passerait-il si on enlevait l’homéopathie aux 40% des français qui y ont recours ? La population est déjà minée par la surconsommation médicamenteuses et les complications qui en résultent (« les antibiotiques c’est pas automatique! »). Quelles conséquences économiques et sociales. Car je rappelle que le prix exorbitant des médicaments n’est pas une mince affaire. Cette problématique était au cœur de la campagne présidentielle américaine 2016. Je ne crois pas aux mensonges des joueurs de flûte qui se cachent derrière le petit doigt de la recherche et de son prix. La priorité des labos pharmaceutiques c’est de payer leurs actionnaires.

        Pardon pour le pavé, j’ai essayé d’être le plus concis et clair possible.

        J'aime

      2. Je me trompe peut-être, mais je pense pas que les médicaments allopathiques inefficaces soient tellement plus dangereux que l’homéopathie. Je pense en particulier au domaine de l’ORL, la joie des pharmaciens puisque les rhino-pharyngites, tout le monde en a, et tout le monde veut aussi que ça cesse.
        Je pense que la solution au problème n’est pas dans l’homéopathie, mais dans une éducation pour ne plus avoir recours au médicament systématiquement. Mon premier médecin de famille, quand j’avais une gastro il me disait de boire du coca-cola, et quand j’avais un rhume de boire du jus de citron chaud avec du miel. C’est beaucoup plus économique que l’homéopathie !
        Attention aussi, parmi les médicaments qui ne sont pas réputés efficaces et quand même remboursés, il y a des médicaments qui n’ont pas été testés avec des protocoles rigoureux. Ce qui signifie que leur efficacité n’est pas prouvée (et étant vieux, à cause du domaine public, ne le sera jamais), mais en aucun cas que leur inefficacité est prouvée. Je crois que ça touche aussi des médicaments déremboursés (comme les anti-histaminiques, au grand désespoir des allergiques).

        J'aime

      3. Entièrement d’accord. La culture du médicament et la surconsommation qui en résulte c’est le cœur du débat pour moi. Et c’est pour ça que les discussions sur l’homéopathie sont passionnantes : elles amènent assez naturellement à ce genre de sujets.

        Les lobbys, homéopathiques ou pas, gangrènent la médecine française. La surconsommation médicamenteuse est un problème sérieux :

        Elle coûte chère : http://www.leparisien.fr/societe/un-tiers-des-medicaments-ne-servent-a-rien-ceux-qu-il-n-est-pas-utile-d-avoir-dans-son-armoire-a-pharmacie-23-11-2016-6362604.php

        Et elle est potentiellement dangereuse, en 2009 « 130 000 hospitalisations directement imputables aux médicaments » : https://www.senat.fr/questions/base/2009/qSEQ090709333.html

        Alors il y a sans doute un grand coup de balai à faire, pas seulement homéopathique. Mais d’ajouter qu’on ne se débarrasse pas de ses habitudes comme ça. Ça demande du tact et de la compréhension, je pense.

        J'aime

      4. Pas de souci pour le pavé. Je suis moi-même un pro du pavé, ne pouvant me résoudre à tenter de résumer des sujets complexes en trois phrases et demi.

        Ceci dit, je ne pense pas que vous ayez bien compris mon message car je ne le retrouve pas dans votre interprétation.

        Vous dites par exemple que l’effet placebo est « un machin dont ne saisit pas bien les contours ni les mécanismes ». Or je prétends justement le contraire. L’effet placebo s’explique très bien à partir des divers facteurs que j’ai cités. La partie réellement inexpliquée compte pour très peu. On ne peut pas dire « on ne sait pas comment ça marche », parce que c’est faux. Je vous invite à lire ce très bon article pour plus d’infos: http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1604

        J’ai ensuite beaucoup de mal avec l’argument consistait à chercher un autre coupable. Honnêtement, ça ressemble à une technique de diversion. Il existe certainement des problèmes en médecine conventionnelle, ne le nions pas, mais enfin, cet article parle d’homéopathie. Je ne suis pas sûr non plus que citer Even et Debré soit une bonne idée.

        Que se passerait-il si on enlevait l’homéopathie aux 40% des français qui y ont recours? Probablement pas beaucoup de différence en termes de santé en tout cas, vu que l’homéopathie est sans effet spécifique. Financièrement, il n’existe tout simplement pas de données là-dessus. Aucune position en particulier n’est permis et les opinions personnelles n’ont aucun poids.

        J’aimerais dire aussi que toutes ces discussions ont lieu post-facto, après que l’homéopathie ait pu s’imposer sur le marché parce que les règlementations mises en place pour protéger la santé des gens n’existaient pas encore. Imaginez un monde où l’homéopathie n’a pas encore été inventée. Vient ensuite un type, en 2016, qui vous dit: « j’ai une nouvelle idée! Je vais prendre une substance toxique qui provoque les mêmes symptômes que ceux dont vous souffrez, la diluer tellement qu’il ne reste plus que de l’eau, asperger cette eau sur des petits morceaux de sucre et vous les faire manger! Vous voulez investir? »
        On a rarement vu des affirmations aussi ridicules.

        J'aime

      5. Bonsoir, bonjour

        Concernant l’effet placebo :
        Merci pour cet article, je comprends encore mieux votre point de vu. A sa lecture j’ai d’abord retenu que peu d’études avaient été réalisées sur le sujet, par manque de moyens. La question placebo n’intéresse pas l’industrie pharmaceutique qui finance les études, et par conséquent, nous ne savons pas grand chose.

        J’observe que les statisticiens qui ont réalisés les études citées, ont transformé l’ « effet placebo », forme imparfaite, inexplicable et presque magique, en « effet contextuel », forme rationnelle, explicable et scientifique. C’est rassurant je vous l’accorde : désigner les choses c’est déjà avoir un certain contrôle sur elles.

        Mais le « contexte » ici est trop succin pour être pris totalement en considération : une réaction humaine ne se résume pas à un mécanisme psychologique. Un patient lorsqu’il se présente devant un praticien a un passé social, économique, une culture, une langue, une humeur. Le praticien également. Ces deux personnes communiquent et cette infinité de facteurs qu’on peut appeler le contexte entre en action. Parfois le contexte opère, parfois non. On ne sait pas. On ne sait pas parce que l’équation est bien trop complexe et grande pour être modéliser. La science humaine échappe à la rationalité.

        Si la médecine est en grande partie une science humaine, alors il est normal de la contextualiser. Et cette problématique est au cœur de la pratique homéopathique, comme mentionné dans la BD. Simplement l' »effet placebo » ou « effet contextuel », comme vous voulez, est trop complexe pour être chiffrable. En échappant concrètement aux statistiques, il échappe au radar des financiers de Wall Street à la solde des labos pharmaceutique. En conséquence il est méprisé, ou juste ignoré.

        Les 40% de français qui ont recours régulièrement à l’homéopathie, consciemment ou inconsciemment, ne l’ignore pas. Ils ont le sentiment d’être soigné. Et si on leur enlevait cela il y aurait un risque non négligeable de voir ces patients se tourner vers des méthodes réellement dangereuses, voir dans certains cas de ne plus chercher à se soigner.

        L’homéopathie ne coûte pas chère (0,3% des remboursements) et sa problématique va bien au delà de considérations purement scientifiques. Elle touche à des questions humaines, ces questions là réclament beaucoup d’humilité.

        J'aime

      6. Je crains que nous ayons des approches épistémologiques beaucoup trop différentes pour résoudre nos désaccords.

        Par exemple, vous dites « désigner les choses c’est déjà avoir un certain contrôle sur elles », en parlant de l’effet placebo renommé en effet contextuel. Ce que j’ai l’impression que vous dites c’est que nommer cela « effet contextuel » est juste un artifice pour se donner l’illusion de mieux comprendre. Alors que moi je prétends qu’on comprend *effectivement* mieux le sujet, et le (re)nommer « effet contextuel » est une façon plus exacte et moins trompeuse.

        Vous parlez des sciences humaines comme d’une chose qu’on ne peut rationaliser (dans le sens étudier rationnellement). Je ne suis pas d’accord.

        Vous parlez de la médecine comme d’une science humaine majoritairement. Je ne suis pas d’accord non plus.

        Vous continuez à parler d’effet placebo comme s’il s’agissait d’une solution thérapeutique légitime (malgré le reste de mes arguments). Je ne suis pas d’accord.

        Vous accordez au contexte et tous ses facteurs (sociaux, économiques, culturels, etc) une importance beaucoup trop grande à mon avis par rapport aux problèmes de santé.

        Vous avez un avis sur les conséquences d’un retrait de l’homéopathie (que je ne cautionne pas, en passant), mais basé sur aucun fait, aucun argument, seulement votre impression personnelle. Je ne pense pas qu’ils soit raisonnable de défendre une opinion sans faits et arguments.

        C’est en fait toute une vision du monde qui diffère entre nous.

        La seule chose dans votre réponse sur laquelle on peut tomber d’accord, c’est lorsque vous dites que la problématique de l’homéopathie va bien au-delà de considérations purement scientifiques. Ce à quoi je voudrais répondre trois choses:
        – oui, et en-dehors des aspects humains que vous mettez en avant, il y a aussi les questions politiques, de lobby, d’argent, de communication, d’éthique. L’homéopathie est loin d’être un modèle dans toutes ses questions.
        – Ceci dit, c’est vrai pour toute la médecine. La médecine conventionnelle, tout autant que l’homéopathie, va au-delà de l’aspect purement scientifique. Je prétendrais même que l’aspect humain est encore plus important puisque certains traitements, quoiqu’efficaces, peuvent parfois être très lourds pour le patient. Les discussions autour du patient sont extrêmement importantes dans ces cas-là.
        – Mais il y a une priorité à mettre sur les divers éléments. Quand une personne se présente avec un problème de santé, la première priorité, c’est de lui offrir un traitement qui a fait les preuves de son efficacité. Le médecin qui ne souhaite pas offrir à son patient ce qui a le plus de chances de le soigner manque à la déontologie la plus basique et a raté son métier. Surtout lorsque la déontologie requiert également la transparence, et que l’homéopathie échoue magistralement dans ce domaine.

        J'aime

      7. Effectivement Nous sommes en désaccord, et je ne souhaite pas ici entrer dans un débat sans fin. Je tenais néanmoins à préciser 2 ou 3 choses.

        D’abord je ne suis pas adepte de l’homéopathie, je me soigne au grog. Je vais bien, merci.

        J’ai du mal à admettre cependant qu’on prenne près de la moitié des patients français pour des ignares. La condescendance a ses limites : elle s’arrête là où commence des sujets d’une extrême sensibilité, qui demandent du tact, de la compréhension et de l’écoute. La santé en est un. Les discussion autour du patient sont toujours importantes. Pas seulement pour les traitements lourds.

        Un article éclairant sur la complexité des rapports médecin / patient : http://www.maisonmedicale.org/Que-peut-apporter-l-anthropologie.html

        Éclairant sur la perception de la maladie d’un individu à l’autre, sur l’acceptation du traitement, et de l’indispensable relation de confiance avec le médecin.

        La confiance (qui n’est pas nécessairement la même chose que la transparence), une des composantes majeur de la placebo-thérapie. Elle fonctionne à plein tube, chez tous les médecins. Pour les petits tracas, autant que le placebo soit des granules de sucre plutôt qu’un médicament potentiellement dangereux. Voilà ma position.
        J’ai retrouvé cette émission de radio (merci internet) et ai particulièrement goûté les propos du Pr. Bergmann : https://www.franceinter.fr/emissions/service-public/service-public-10-mars-2014
        Je suis ravi d’entendre que mes chiffres sont les bons, je les ai cités dans d’autres commentaires, je les re-cite pour mettre tous ça en perspective :

        40% des français ont recours à l’homéopathie
        0.3% des remboursements de l’assurance maladie
        2% des ventes de médicaments.

        Il y a d’autres chats à fouetter, vraiment.

        J'aime

      8. Tu veux décider de ma ligne éditoriale en fait ? Je trouve que tu passes beaucoup de temps ici pour quelqu’un qui a d’autres chats à fouetter 😉
        Moi j’ai été très contente de savoir qu’il n’y avait rien dans l’homéopathie. Je pense donc que ça intéressera d’autres personnes, c’est tout.

        J'aime

  38. Salut,

    Merci pour cette BD, ce genre de message devrait être beaucoup plus diffusés l’homéopathie et autre liberté avec la connaissance scientifique à le vent en poupe en ce moment. Si tu veux approfondir ce sujet (comme tout un tas d’autres) je t’engage à regarder l’Association Française pour l’Information Scientifique (asso à laquelle j’appartiens), et notamment leur publication « sciences et pseudo-sciences » qui doit sortir tous les 2 ou 3 mois en kiosque (évidemment plus difficile à trouver que certains journaux dit « scientifique »).

    Un élément qui me semble manquer dans la BD c’est que l’homéopathie « marche » à cause de l’effet placébo mais également car le praticien risque de voir des signes de guérison (ou l’absence) en fonction de son opinion, de manière involontaire, c’est un biais cognitif très classique, et c’est pour ça que les essais sont _DOUBLE_ aveugle: le gars qui diagnostique ne doit pas savoir s’il a donné le placébo, la pilule à tester ou la pilule témoin.
    Je trouve ça très ironique car on se retrouve dans une opposition entre
    – des instituts de recherche qui ont pris en compte la faillibilité de l’homme pour évaluer (donc qui ne se fait « pas confiance »)
    – des gens qui ont une confiance absolue dans l’universalité de leur « expérience » personnelle

    Un autre truc qui m’a « dérangé »: se soigner par les plantes, de manière naturelle … bah c’est ne pas savoir que 90% des médicaments sont basés sur des principes actifs trouvés dans la nature, mais dont on enlève les choses qui ne servent pas… Donc ce soigner par l’homéopathie ce n’est pas ce soigner par les plantes, mais se soigner par les plantes n’est pas beaucoup plus intelligent!

    Le raisonnement de l’effet secondaire s’applique d’ailleurs, un principe actif a toujours des effets secondaires indésirables. Si ta plante te soigne avec moins d’effet secondaire, c’est que le principe actif est moins concentré… Et pour en avoir autant que dans ta petite gélule, tu vas commencer à ingérer d’autres trucs que ton principe actif en quantité qui risquent de déclancher d’autres effets secondaires, mais ceux-là ils sont absent de la petite gélule.

    Petit mot sur le féminisme et les zététiciens, je ne sais pas ce qu’il se raconte dans les milieux zététicien de facebook, ni si C. Fourest est une « représentante » du mouvement féministe. Mais on est pas mal comme moi à avoir beaucoup de mal avec C. Fourest pour ses prises de libertés avec la réalité.

    Bon courage pour être passée du côté des pourris du lobby de l’industrie pharmaceutique.

    J'aime

  39. Bonsoir,

    je suis prof de physique, et zététicien devant l’Éternel (au choix: Einstein, Schrödinger, Charpak, Gilles de Gennes, etc la liste est longue).
    Ce que vous avez indiqué par cette BD très simple est très complet, n’en déplaise à tous les adeptes de poudre de perlinpinpin
    Bravo.
    Par ailleurs, c’est également ce qui est repris par les sites de lutte contre les charlatans de tout poil (pseudo-medecines.org, tatoufaux.com, unice.fr/zetetique, le pharmachien, etc

    Et merci à Seb. Sauvage (une fois de plus) pour m’avoir fait découvrir ce site.

    J'aime

  40. mouais … c’est un peu facile de taper sur l’homéopathie … comme pleins de gens tapent sur l’ostéopathie, la naturo, etc… La médecine moderne est à vouloir factualiser, prouver des effets pour autoriser des médicaments. Soit, sur le fond c’est logique. Sauf que nous ne sommes pas que des mécaniques bien huilées demandant un rapport « cause-conséquence / maladie-médicament = résolution de problème ») . Nous sommes bien des humains, avec un organisme complexe, également un cerveau, des émotions, pleins de choses qui font que l’ensemble vont répondre à certains traitements … ou pas … pourquoi reconnaître les maladies psychosomatiques d’un côté et ne pas reconnaître la véritable efficacité de « l’effet placebo » comme thérapeutique avérée ? Vu que parfois les maladies sont des « mal à dit » comme dit Jacques Salomé ? Et que parfois il faut d’abord soigner le cerveau et le cœur pour soigner le corps ? De tous temps et tous lieux les humains ont eu parfois besoin d’avoir recours à une méthode « magique » pour répondre à leurs maux…. homéopathie qui effectivement de par sa dilution interpelle … mais aussi magnétisme, rituels magiques, etc… et que oui, « ça marche » car nous ne sommes pas que des corps.
    Et dans l’autre sens, on peut faire une longue liste des médicaments allopathiques qui ont fait / font du mal … tu penses au distibène… aux autres médocs qui ont eu leur fameuse AMM et qui ont tué ou handicapé gravement des gens ou leurs enfants à cause de leurs effets secondaires …. Va t’on arrêter de se soigner allopathiquement pour autant ?
    C’est un peu comme lorsqu’une femme accouche à domicile et perd son bébé, les médias vont se déchaîner à dire qu’on doit interdire l’accouchement à domicile … alors que chaque année sur les 5000 bébés mourant à la naissance, 4999 meurt en maternité … donc entourés de médecins …. pour autant remet on en question l’accouchement en structure médicalisée ? non.
    Mettre en concurrence différentes thérapeutiques qui chacune dans leurs domaine sont efficaces, je trouve ça inutile et dommage, acceptons que nous ne contrôlons pas tout, que tout n’est pas quantifiable et comptable et que certaines choses nous échappent … et accessoirement je trouve ça drôle qu’on remette en question l’homéopathie dans un monde où un grand nb de gens croient en Dieu 😉 …
    pour la question du mensonge tolérable ou pas ? je dirais oui et non … dans le sens où si le patient est demandeur d’une telle attitude, alors go ! Si le patient ne veut pas une seconde ça, alors non. Tout est là, le consentement. Consentement qui par ailleurs dans pleins de cas médicaux n’est pas respecté … rien qu’à voir autour de la naissance tous les actes qui sont fait au nom de la médecine sans une seconde respecter le consentement de la future maman, alors je trouve ça ENCORE lourd de taper sur l’homéopathie qui ELLE ne fait pas de mal alors que tant de choses sont déjà à revoir en médecin « normale »… combien de femmes subissent des décollements des membranes sans être consultées ? épisio sans avoir donné leur consentement ? et parlons aussi du point du mari, etc, etc, etc ? les femmes qui allaitent et qu’on donne un biberon à son bébé dans son dos en maternité ? Avant de critiquer, pourquoi ne pas déjà balayer un peu devant sa porte ?

    et par ailleurs ce qui est dit en bas de dessin sur les lobby en Afrique sur le sida, c’est assez bête … car ça ne traite pas la question de l’homéo mais du pouvoir anormal laissé aux lobbies en général dans le monde qui sont capables de vendre leurs trucs au risque de mettre la santé de gens en danger … c’est pareil avec le lait en boite pour les bébés, pour pleins de choses qui sont « vendues » au nom de l’humanitaire et qui font du mal… et si on veut développer sur le sujet on peut aussi parler de l’état français qui a testé des vaccins en cours de conception dans des villages africains dans les années 40 ou 50 et ont tué des villages entiers dans des souffrances atroces car au fond c’était que des sauvages pour notre pays, donc pas grave de les torturer les mutiler, tant que ça touche pas le cul de nos petits europens … bref, je trouve vraiment cette planche de mauvaise foi.

    Enfin parler des gens qui veulent soigner un cancer avec de l’homéo c’est pareil c’est absurde car prendre de l’homéo ou de l’allopathie n’empèche pas d »être con …

    je trouve ton postulat très caricatural … et assez dommage car intéressant sur le mode de reflexion. le monde n’est pas aussi binaire que là.

    J'aime

    1. Vous êtes nombreus-e-s à sortir l’argument du « oui mais l’allopathie ». C’est pas parce qu’il y a une arnaque d’un côté qu’on doit aller en alimenter une autre à mon humble avis.
      Les deux sujets sont complètement différents et c’est fallacieux de vouloir les mettre en parallèle.
      On a d’un côté une médecine traditionnelle, basée sur des protocoles précis qui ont démontré leur efficacité dans le temps. Cette médecine est plombée par la logique capitaliste. Cette médecine a aussi des effets secondaires, parfois graves voire fatals. C’est qu’elle a des effets primaires vois-tu. C’est une science statistique et encore largement améliorable.
      On a de l’autre côté tout un tas de thérapies alternatives dont l’inefficacité a été prouvée. Qui n’ont pas d’effets secondaires, n’ayant pas d’effets primaires. Ces thérapies sont intéressantes dans le sens où elles montrent qu’un patient qu’on écoute et qui pense être soigné guérit mieux (même si ça dépend des patients et des pathologies) mais elles n’échappent pas aux logiques capitalistes.

      L’homéopathie ne marche pas mieux qu’un placebo. C’est prouvé et largement documenté. Même chose pour les magnétiseurs, accuponcteurs, voyantes, suçeurs de cristaux et autres bricoleurs de chacras. Donc quand tu dis « ça marche », c’est le placebo qui marche.
      Il me semble important que les gens le sachent, en tout cas pour ma part j’ai été bien contente d’être renseignée.

      Aimé par 1 personne

    2. « c’est un peu facile de taper sur l’homéopathie » dites-vous. Ça dépend comment on le voit. D’un point de vue scientifique, c’est effectivement facile parce que, en fait, dans la communauté scientifique, il n’y a aucun débat, la question est définitivement résolue: l’homéopathie est une charlatanerie, et il n’existe aucune condition de santé (càd quand on est malade et qu’on chercher un traitement) où elle est à recommander.
      Par contre d’un point de vue sociétal, il n’y a rien de facile! Alors que le débat est clos chez les scientifiques, l’homéopathie jouit d’une popularité sans précédent dans le grand public. C’est tout bonnement incroyable. Une partie du succès tient très certainement aux très bonnes campagnes de désinformation qu’organisent les firmes et sociétés homéopathiques. Combien de gens, pensez-vous, savent réellement ce qu’est l’homéopathie? Combien sont au courant que les dilutions sont tellement fortes qu’ils n’avalent rien d’autre que du sucre? Plus j’en parle, et plus je rage de savoir que des firmes comme Boiron se font des millions en vendant du sucre aux gens. C’est tout simplement scandaleux.

      Comme je l’ai dit souvent dans d’autres commentaires ici, le placebo n’est pas un réel effet, et ne peut pas servir de base thérapeutique. Renseignez-vous un peu sur le placebo! C’est vrai que c’est pas le sujet le plus étudié au monde, mais il est étudié tout de même. Et les résultats qui sortent de ces recherches vont clairement à contre-courant de l’image de l’effet miracle généralement partagé dans le grand public.

      Votre argument sur les naissances est très mauvais. D’abord, je voudrais voir les sources des chiffres que vous avancez. J’ai comme l’impression que vous les sortez de votre chapeau. Mais ce que vous ignorez clairement, c’est que les valeurs brutes n’ont pas de sens si vous ne les rapportez pas au nombre de cas totaux. Si par exemple il y a 100 fois plus de morts néonatales après accouchement hospitalier (par rapport aux naissances à la maison) mais qu’il y a 500 fois plus d’accouchements hospitaliers, ça veut dire que le risque de mort néonatale après accouchement à la maison est 5x plus grand que si accouchiez dans un hôpital. Il se trouve en fait que des études ont été faites sur ce sujet, et les résultats montrent que le risque de mort néonatale dans les accouchements à la maison sont entre 3 et 4 fois plus élevés.

      Vous avez une drôle d’approche par rapport au consentement. Comprenez-vous que le consentement du patient requiert la transparence, donc le fait qu’on va lui mentir? Vous croyez vraiment qu’un médecin qui vous dit: « je vais vous mentir et vous cacher le fait que ce que je vous prescris n’a jamais fait la preuve de son efficacité, ok? » pourra vivre de son métier? Si vous devez mentir, c’est que justement vous l’avez fait sans le consentement du patient. Un patient n’est jamais demandeur qu’on lui mente. (Disons presque jamais, parce qu’il existe des illuminés partout).

      Vous citez des tas de problèmes, certains légitimes par ailleurs, dans d’autres domaines, mais ce n’est pas le sujet. Vous souhaitez faire diversion? détourner l’attention parce que vous n’avez aucun argument solide pour justifier votre croyance en l’homéopathie?

      J'aime

      1. Je suis un peu surprise par vos chiffres concernant l’accouchement à la maison. Dans quel pays ? Dans quel contexte ?
        À ma connaissance, l’accouchement à domicile est plus sûr, car il ne concerne que les cas dans lesquels aucune complication n’est prévue. Si la condition physique de la femme et du bébé est plus mauvaise, si le bébé est prématuré, l’accouchement se fera à l’hôpital.
        Cependant, c’est très contextuel selon le pays, je présente le cas idéal dans lequel la femme a le choix si son état de santé le lui permet entre ces deux lieux d’accouchement.
        Dans un pays comme la France, il est très difficile d’accoucher à domicile, du fait culturel. Alors si les accouchements à domicile se pratiquent quand même, ils sont beaucoup plus rares, et les statistiques vont être faussées par les naissances à domicile non désirée (ou dans la voiture en route vers l’hôpital), qui sont elles bien plus risquées qu’en milieu hospitalier (sans sage-femme, sans matériel).
        Dans un pays plus pauvre où l’accès aux soins est difficile, l’accouchement à domicile n’est plus un choix mais une contrainte, qui est imposée également aux femmes en situation difficile. Là aussi, plutôt logique que la mortalité soit supérieure, puisque seules les femmes des catégories sociales supérieures accouchent à l’hôpital.

        Plutôt qu’une statistique recoupant ces cas forts divers, je pense qu’il est plus intéressant de comparer des pays au niveau de développement similaire avec des pratiques différentes. On peut prendre les Pays-Bas, où l’accouchement à domicile est extrêmement fréquent, et la France, où il est très rare. La mortalité est légèrement plus élevée en France, ce qui ne plaide pas tellement en faveur de l’hospitalisation systématique des mères. Même si bien entendu il serait intéressant de comparer un peu plus profondément les pratiques respectives de ces deux pays.

        J'aime

  41. J’ai du mal à comprendre pourquoi tu traites les homéo de charlatans??

    Mon père est généraliste homéopathe, j’ai donc était soigné toute ma vie non pas par un homéopathe mais par un… médecin.

    Ta bédé ne manque pas d’humour, je pourrais te raconter pas mal d’anecdotes où mes soeurs et moi aurions souvent préféré que le père soit un bon vieux médecin allopathe qui file de l’Advil comme des dragées plutôt que de n’avoir droit qu’à des « boules de sucre ». Que souvent on guérissait en ce demandant si ça ou rien ça n’aurait pas été la même chose. Que c’est clair que le coup du « j’agite la bras et ça marche », ça pique un peu niveau crédibilité.

    Mais quand j’ai eu l’appendicite mon père n’a pas dit « tu prendras Nuxvomica 5CH pendant 10 jours puis si ça va pas Arnica 9CH pendant 9 jours… » il m’a amener à l’hosto et je me suis fait opérer point barre! ensuite j’ai eu droit à de l’homéo pendant la convalescence.

    Si un gars arrive avec un cancer, même au stade le moins avancé, je t’assure qu’aucun médecin homéo au monde ne le laissera partir avec seulement une poignée de granule et une tape dans le dos! en revanche, après l’avoir confié au soin d’un oncologue il pourra tout a fait voir avec lui un traitement homéo en complément.

    Les homéo (en France en tout cas) sont avant tout médecin, ils ont fait 10 ans d’études, ils ont leur diplôme de médecine, ils sont très souvent généralistes, c’est à dire bobologues, médecin de famille, ils voient passer toute la journée des patients qui ont surtout besoin d’être rassuré sur leur état de santé.

    Ces gens (vous, moi) vont voir le toubib parce que le petit a de la fièvre, que monsieur a mal au dos, madame dort mal etc… bref, tout ça pour dire que la plupart n’ont pas besoin de traitement antibiotiques, d’analgésiques, ils ont juste besoin de savoir ce qu’ils ont et qu’un médecin surveille et suive l’évolution de leurs maux.

    Bref, si l’homéopathie fonctionne sur certains patients, pour certaines maladies chroniques etc… pourquoi ne pas utiliser cette médecine en première intention avant de sortir l’artillerie lourde antibio, antidouleur.

    Moi qui ai toujours été septique sur l’homéo (pour les mêmes raisons que toi d’ailleurs) j’ai vu de mes yeux un grand nombres de gens guérir de façon spectaculaire avec l’homéo (asthme, exéma, migraines, dépression, otite, etc…) alors même si ce n’était dû qu’à l’effet placebo, si l’autoguérison avait été amélioré par cet acte de prendre une pilule en étant suivi par un médecin, est-ce que ça ne vaut pas mieux d’essayer ça avant de prendre des crèmes à la cortisone, des antidouleurs qui flinguent le foie , des anxiolitiques qui flinguent les reins etc…? elle est là la vraie question!

    Ce que j’essaye de dire c’est que le discours que tu tiens dépeint l’homéo comme un escroc vénal (d’ailleurs à ce propos regarde le revenu d’un homéo par rapport à un allopathe et revient me dire qu’il fait ça pour le pognon) ou un taré illuminé… alors que ce sont juste des toubibs qui ont constaté l’inutilité des traitements classiques de manière systématique, et bien souvent leur toxicité, qui ont également constaté que l’homéo avait de bons résultats pour bon nombre de patients et qui décident d’éviter au maximum de gaver leurs patients d’antibio et d’analgésiques inutiles.

    C’est vraiment pas pour te brancher ni rien, mais tu pourrais aussi faire une bédé sur l’allopathie avec tout autant d’arguments accablants, le scandale des médocs sans effets, ou les médocs mis sur le marché qui refilent au patient tout un tas de saloperies, cancer et autres, les ordonnances d’antibio sans effets juste histoire de donner « un vrai médicament » au patient (là c’est du placebo à fond et le coûts pour la sécu est délirant), les nouvelles générations de plus en plus résistantes aux antibio parce qu’on en a gavé leurs parents et que les souches sont devenu résistantes, les campagnes de com pour la vaccination infantile financés par les labos, la viande que tu manges bourrée d’antibio etc… la liste est sans fin.

    Bref, si tu condamnes un type de médecine avec autant de mépris et de certitude fait un peu le tour du problème, tu comprendras peut-être pourquoi la sécu continue de rembourser l’homéo, et pourquoi des médecins continuent de la pratiquer.

    J’écris tout ça, parce que j’ai vu mon père se battre toute sa vie contre des gens comme toi et contre ce discours super simpliste et qu’on le traite de charlatan quand il a essayé autant que possible de préserver ses patients de tout ce que l’allopathie peut avoir de néfaste et toxique ça me fout vraiment les boules.

    J'aime

    1. Hum je ne pensais pas aux médecins en parlant de charlatans mais plutôt aux labos. Ceci étant dit j’ai quand même du mal à comprendre comment un médecin peut mentir à ses patients en connaissance de cause. Il me semble que c’est contraire à l’éthique biomédicale.
      Si ton père est médecin, il sait (j’espère) que l’inefficacité de l’homéopathie a été prouvée. Pourquoi donc engraisser les labos et ne pas prescrire de la tisane ou du yoga.
      Tu parles de mépris, mais que penser d’un médecin qui ment à ses patients ? Cela me laisse perplexe.

      Quant à écrire sur les labos, oui c’est un sujet très riche aussi, je ne vois pas bien en quoi ça serait incompatible. « Oui tu critiques les chats mais t’as rien fait sur les chiens »
      N’hésite surtout pas à rédiger une BD ou un texte sur l’allopathie, il y a beaucoup à dire en effet.

      Je te souhaite une bonne soirée.

      J'aime

    2. « Si un gars arrive avec un cancer, même au stade le moins avancé, je t’assure qu’aucun médecin homéo au monde ne le laissera partir avec seulement une poignée de granule et une tape dans le dos! »

      C’est là que vous vous trompez. Ça existe, malheureusement. J’ai vu personnellement des cas dans l’institut de cancérologie où je travaille.

      J'aime

  42. Bonjour,

    Merci aussi à SebSauvage.
    Et ce site me rappelle celui du Pharmachien que j’adore (oui chien à la fin).
    Pour autant, bien que je sois convaincu que l’homéopathie soit un placebo, il ne faut pas juger une chose sur le seul fait qu’on ne comprenne pas comment elle fonctionne. Si la dilution est telle qu’il ne peut rester aucune trace de la molécule ou du produit d’origine, c’est peut-être que certaines traces nous sont aujourd’hui inconnues.

    Ce site vient de rentrer dans ceux que je consulterai régulièrement.

    Merci.

    J'aime

    1. Merci pour ton message !
      Sauf que l’homéopathie, on sait très bien comment ça fonctionne il n’y a aucun mystère là dedans. Il a été prouvé que ce n’est pas plus efficace qu’une pilule « vide » donc c’est l’effet placebo qui est à l’oeuvre plus un tas d’autres trucs qui ont été mieux décrits dans les commentaires. Ces mécanismes sont très bien connus et largement documentés 🙂

      J'aime

Les commentaires insultants, méprisants et/ou paternalistes seront modérés ! Merci ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s