Les conséquences

Je suis de retour avec un nouveau sujet comme promis !

J’en profite pour vous dire que je marcherai, comme beaucoup d’entre nous, le 24 Novembre contre les violences sexistes et sexuelles ; je serai quelque part au milieu du cortège féministe révolutionnaire 🙂 n’hésitez pas à venir me faire un coucou !

Et 2ème info, mes trois BD sont sorties en coffret, il est super beau ! Un grand merci à Pauline Chaffard pour son super travail ❤ https://www.placedeslibraires.fr/livre/9791097160401-un-autre-regard-integrale-t-1-a-3-emma/

Bonne lecture !

CMHommes_001CMHommes_002CMHommes_003CMHommes_004CMHommes_005CMHommes_006CMHommes_007CMHommes_008CMHommes_009CMHommes_010CMHommes_011

CMHommes_012
https://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/harcelement-sexuel-et-sexiste-dans-les-transports-resultats-dune-etude-menee-a-bordeaux/

CMHommes_013CMHommes_014

CMHommes_015
https://www.insee.fr/fr/statistiques/fichier/2586517/FHEGAL17j4_F5.4.pdf https://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/memos-demo/faq/methodes-contraception-les-plus-utilisees-monde/

CMHommes_016CMHommes_017CMHommes_018CMHommes_019CMHommes_020CMHommes_021CMHommes_022CMHommes_023CMHommes_024CMHommes_025CMHommes_026CMHommes_027CMHommes_028

CMHommes_029
https://www.facebook.com/cpaternite/

CMHommes_030CMHommes_031CMHommes_032

98 réflexions sur “Les conséquences

  1. Ho oui, un sujet avec des idées de changement, ce serait top !

    Une ou deux idées :
    – si vous avez des nains, emparez-vous du carnet de santé, notez les dates des prochains rappels de vaccins et gérez-les… pas besoin que ce soit maman qui accompagne pour ça !
    – évitez de reprocher à votre compagne le fait qu’elle passe peu de temps à se détendre en famille si le fait que la maison tourne repose sur ses épaules… proposez-lui de gérer les lessives pendant qu’elle joue avec les enfants, pour une fois : les deux sont des tâches « domestiques », mais l’une est plus gratifiante que l’autre.
    – valorisez le travail de votre compagne en évitant de la conseiller quand elle raconte sa journée (sauf si elle demande, mais généralement, elle juste raconter).

    Aimé par 2 personnes

    1. Considérer le jeu avec ses enfants comme une vulgaire « tâche domestique », bien que « gratifiante »… Je crois que c’est un des propos les plus tristes qu’il m’ait été donné de lire…

      Le quotidien doit en effet sembler bien pesant aux femmes qui voient les choses ainsi !

      J'aime

      1. Ce n’est pas parce qu’on aime un travail que ce n’en est pas un (j’apprécie de faire ces BD, c’est aussi mon travail)
        Une tâche devient un travail à partir du moment où d’autres qui ne l’éxécutent pas en bénéficient : s’occuper des enfants, faire le ménage etc. c’est un travail – vous raser le matin, ce n’est pas un travail (bien qu’on pourrait questionner le fait que vous le faites parce ce que votre patron l’exige …).
        Enfin, une tâche domestique n’est pas plus vulgaire que n’importe quelle autre tâche. Dire ceci contribue à dévaloriser ces métiers, largement féminins comme on le sait, et donc de les invisibiliser et de contribuer à leur manque de reconnaissance sociale et financière.

        Aimé par 2 personnes

  2. Bonjour Emma, Merci pour ce super dessin, tellement compact et juste! Je le diffuse autour de moi, à commencer par mon copain 🙂 Bonne continuation! Anne-Laure

    J'aime

  3. Super article Emma ! (Comme toujours !)
    Que répond-on aux hommes qui prétendent connaitre le harcèlement de rue ? J’ai déjà entendu « moi aussi j’ai du faire des détours quand j’étais jeune pour pas me faire casser la gueule dans mon quartier »…

    J'aime

    1. Tu lui réponds que cedt un homme donc qu’il sait se défendre normalement ?
      Ah bah non, pas forcément… Juste lui dire qu’au moins il peut te comprendre et l’épauler car il sait à quel point cest difficile…

      Et même si ca arrive que sa Némésis soit une femme,ne te moques pas et soutient le aussi car le regard de la société est également dur dans ces cas

      Aimé par 1 personne

    2. Pourquoi leur répondre ? Comme le dit Emma ce n’est pas une compétition de souffrance et de victimisation. Tu compatis, tu acceptes le fait que les hommes peuvent aussi etre harcelés (qui n’a pas connu au collège LE souffre-douleur des grands ? celui que tout le monde prenait plaisir à martyriser).
      Ce n’est pas plus normal pour un homme de se faire casser la gueule gratuitement dans la rue que pour une femme de se faire harceler. ça ne remet pas en cause les torts fait aux femmes, et il n’y a pas un truc qui est moins grave que l’autre. Ce sont des choses différentes dans le sens ou un mec qui se fait fracasser, ça ne releve pas du sexisme, mais ça passe bien par les mêmes mécanismes de domination et d’aliénation des individus.

      J'aime

    3. Bah, nous aussi on se fait agresser et voler nos sacs à mains, portables etc. Par contre eux ne se font généralement pas agresser sexuellement en rentrant chez eux. Donc, rien à voir.
      Il suffit de voir à quel point la plupart des mecs sont déconnectés de ce qui se passe sous leurs yeux, sans parler du trottoir d’en face. Ils ne voient pas passer le type habillé en clown parce qu’ils n’ont pas besoin d’avoir les yeux partout.

      J'aime

  4. Et en plus de tout cela, ce sont également les femmes qui prennent majoritairement les initiatives pour un quotidien plus durable et écologique ! (Ça va avec la prise en charge de la sphère privée, bien sûr)

    Témoignage vu sur ce blog :
    https://www.google.de/amp/s/echosverts.com/2018/07/30/ou-sont-les-hommes-engages-pour-un-quotidien-plus-ethique-et-ecolo/amp/

    Merci pour cette BD très parlante 🙂

    Aimé par 1 personne

  5. Salut,

    A l’époque ta BD sur la charge mentale m’avait fortement incitée à réfléchir sur ma relation avec mon mari et ma vie de famille, ton travail à été un coup de pouce précieux pour me dire que je méritais mieux (ici un extrait de ma vie d’avant https://erulelya.wordpress.com/2017/11/24/fiction-violence-conjugales-ordinaires/).

    Il y a un an maintenant que je l’ai quitté.

    Je viens de terminer ta BD du jour et elle me permet de me rendre compte de tout ce qui a changé en positif dans ma vie, en particulier mon nouveau compagnon qui allège cette charge à un point ou elle non seulement supportable mais négligeable pour moi.

    Il scanne les pièces en rentrant le soir et range/lave/étend/plie spontanément sans que j’ai rien à dire, m’encourage autant à me laisser pousser les poils qu’à les retirer si je le souhaite, à pris rendez-vous pour une vasectomie (c’était ça le plus lourd je crois, me demander chaque mois si mon DIU n’a pas déconné), accompagne MES enfants chez le médecin, seul, et s’en occupe aussi bien que je le ferai quand je ferme la porte de ma chambre pour passer quelques heures à dormir. Sans me réveiller toutes les 30 sec pour me demander où est-ce qu’on range la purée et les cuillères.

    Je me rend compte de la chance et te lire m’a ouvert encore plus les yeux. Je souhaite a tout le monde un compagnon ou une compagne aussi génial.e que le mien et surtout que ça devienne tellement normal qu’on puisse dire « WTF ça existait ça ? » en lisant ton blog

    Je profite pour balancer quelques idées à l’attention de ces messieurs :

    -Prenez en charge la préparation du repas et la gestion des enfants pendant que votre compagne se détend (bouquin, bain, sieste…) et surtout rendez ce genre d’attentions normales et courantes, et de grâce sans la déranger toutes les deux minutes pour lui demander comment on cuit des pâtes.

    -Téléphonez vous même pour les renouvellement d’ordonnance de sa pilule et passez la chercher à la pharmacie, si besoin mettez une alarme sur votre téléphone pour qu’elle n’ai pas besoin d’y penser seule constamment.

    -Accompagnez la à une IVG

    Aimé par 2 personnes

    1. J’ai lu votre histoire de violences ordinaires, Femichaton. Elle m’a touchée d’autant plus que j’y ai vue beaucoup de ressemblances avec celle que j’ai vécue avec mon ex-mari, sans le côté gamer, avec « juste » un enfant à charge, mais aussi avec son lot de violences physiques, d’harcèlement psychologique, et une jolie pression/culpabilisation si je manquais à mon « devoir conjugual » (j’aurais mis longtemps à admettre que je me faisais violer par le père de mon enfant (et puis un jour le déclic: les larmes montent pendant l’acte, je lui dis que je ne voulais pas et il essaie de m’apaiser non pas en s’arrêtant et en s’excusant… mais pour pouvoir m’attendrir et le laisser terminer)).

      Je l’ai quitté bien avant que ne sorte cette fameuse bd d’Emma sur la charge mentale. Mais ça m’a permis en la lisant de me sentir d’autant plus soulagée d’avoir quitté un individu qui voulait rester dans ce contexte où femme=bobonne.

      Aujourd’hui ça fait plusieurs années que je suis avec un autre homme, aimant et toujours bienveillant, qui s’occupe de mon enfant comme si c’était le sien, pour qui la tenue du foyer est un boulot qui se fait toujours en équipe. Il ne se savait pas féministe, et quand je lui ai expliqué ce que ça voulait dire exactement, il a compris qu’il l’était naturellement.
      Et c’est tout aussi naturellement qu’à un moment donné, me voyant craquer devant la charge mentale contraceptive et tout ce que ça impliquait en coûts, appréhension et douleurs (examens gyneco, pose stérilet, règles plus douloureuses encore et plus abondantes etc), il m’a emboîté le pas et m’a proposé de se faire faire une vasectomie, sachant que nous ne souhaitons pas d’autre enfant. Il trouvait ça normal en fin de compte, après avoir réalisé que prendre sa part était plus juste sachant que je souffre de porter la responsabilité contraceptive depuis pas mal d’annees et que je ne suis fertile qu’une dizaine de jours dans le mois alors que lui… l’est tout le temps.
      Soulagement!!! C’est ensemble que nous nous sommes renseignés sur les différentes méthodes (y a un tres bon article sur slate entre autre) et ce que ça générait de le faire, et c’est toujours ensemble que nous avons cherché et trouvé un praticien (qui fera la méthode sans bistouri) et que nous nous rendrons à la consultation. Nous avons à quelque part hâte de pouvoir être libres de faire l’amour en toute quiétude et liberté, sans cette crainte du risque de tomber enceinte malgré une pilule ou un stérilet. La majorité des témoignages de couples hétéro étant passé par la vasectomie parlent d’une libido boostée et on n’a aucun mal à les croire!

      Ps: Emma, merci pour cette bd et j’attends avec impatience le sujet sur la contraception masculine! 😉

      Aimé par 1 personne

  6. merci bcp pour cette super chronique a diffuser.
    juste une mini faute : cystite. et pas systite.
    Et vive l’avancé de la contraception masculine! A quand un poste sur le slip chauffant et la contraception hormonal ?
    merci cet excellent travail qui fait avancer les choses.

    Aimé par 1 personne

  7. Super article, merci!
    Dans mon couple on a fait un choix assez peu orthodoxe et pas forcément économique… la contraception double (pilule&capote), payée en commun. J’apprécie beaucoup le côté « travail d’équipe » et ça a plusieurs avantages pour ma santé (adieu cystites) et la durée de nos rapports (bonjour orgasmes).
    Par contre on n’en parle jamais autour de nous parce que les gens trouvent ça bizarre.

    Aimé par 1 personne

  8. Merci pour cette BD.
    Je me souviens des premiers mois avec mon mec. Je n’avais pas de contraception car je n’avais pas eu de relation dans les 5 dernières années et donc je lui demande si il a des capotes, il dit qu’il aime pas et qu’il pratique la prise de sang. Il est donc clean et propose de se retirer.
    Ca a mis une charge sur moi, à chaque fois j’y pensais. Je pouvais pas me relaxer.
    J’ai mis du temps à trouver la bonne contraception environ 3 mois pour que une gynéco accepte de me mettre un stérilet non hormonale.

    Mais au bout de 2 mois à stresser je trouve des capotes dans un tiroir, en préparant un week-end chez une amie… Il aurait pu les mettre avant mais il aime pas. Mais pour ce week-end il a pensé aux capotes….
    On m’a tellement appris à pas parler ou me plaindre que j’ai rien dit. Mais c’était comme une claque. J’étais sidérée.

    Aimé par 2 personnes

  9. Donc. Je faisais déjà bouffe ménage et enfants, préservatifs, puis vasectomie, mais quand j’ai mis le boulot d’un chef d’équipe en surmenage par dessus, ben j’ai fait mon petit burnout comme une femme (comme ma voisine, par exempl). Donc en effet, si un homme fait tout ce que fait une femme, il se retrouve avec les mêmes problèmes de santé mentale qu’une femme. A noter que ma femme prétend ne jamais s’être sentie agressée dans le métro ni harcelée en 4 ans de région parisienne.
    On tombe donc à 99,9999999%

    Aimé par 1 personne

      1. Donc les hommes doivent comprendre que les femmes pètent les plombs dans les mêmes conditions qu’eux et mieux les soutenir. (le raisonnement est inversé pour arriver aux mêmes conclusions).

        J'aime

  10. Bonjour Emma,
    J’aime beaucoup vos dessins et j’approuve complètement votre combat et votre messages de fond.
    Mais il y 2 petites choses qui me gênent.
    1.Les vérités générales :
    « les mecs qui se plaignent que leur copine passe trop de temps dans la salle de bain sont les premiers à dire qu’ils les aiment minces et épilées! »
    « Mais à chaque fois on vient me dire « oui mais nous aussi ». Alors j’explique juste que non, pas vous aussi »

    Alors que vous écrivez des choses plus nuancées à d’autres endroits comme « En plus assez souvent,… »
    J’ai le sentiment que ça dessert le message car ça peut braquer les gens.
    Ce qui peut refroidir certaines personnes alors que sur le fond, ils sont d’accord.
    Je pense en effet que c’est le cas en général mais le faire passer pour quelque chose de vrai à 100% me parait contre productif surtout que les mentalités commencent à changer (certes pas assez vite mais ça évolue)

    2. L’autre chose qui me dérange, ce sont les chiffres que vous annoncez pour défendre un point de vue, je pense qu’il y en a soit pas assez soit trop et du coup, ça donne une vision incomplète du problème.
    Par exemple sur la charge mental d’une majorité d’homme vis à vis de subvenir au besoin financier du foyer.
    Vous dites « non car les femmes travaillent aussi » avec les chiffres 67.6% et les hommes à 75,5% donc c’est pareil.
    Mais les hommes gagnent 27% de plus que les femmes
    Donc la perte d’un emploi pour l’homme est financièrement plus problématique que celui de la femme en général.
    Tout comme le temps à effectuer les charges ménagères, les femmes font 66% des tâches mais elles sont moins souvent en activité de 8%, et plus souvent en temps partielle 30% contre 7 pour les hommes. Donc plus de temps pour les faire.
    Des chiffres venants de l’INSEE qui font office d’arguments absolus risquent de revenir comme un boomerang avec des contres arguments comme je viens de donner.
    Alors que dans le fond, je pense que ce que vous avez écrit reste vrai.
    Et surtout les « contres » arguments sont en fait des éléments de compréhension du problème nécessaire pour trouver des solutions.
    Il faut égaliser les salaires pour répartir le risque financier :
    – En formant d’avantage les femmes, les inciter à suivre des études plus longues dans des domaines plus rémunérateurs.
    – En allongeant le congé paternité / le rendre obligatoire pour égaliser le risque d’absence et ainsi réduire les écarts de salaire à poste équivalent. Et aussi partager la charge mentale lors de la naissance.
    Il faut égaliser le temps de travail pour répartir le temps à la maison
    – En réduisant le temps de travail pour éviter que les femmes fassent du temps partiel. (ce qui joue sur le salaire aussi)

    Je ne cherche pas à dénigrer votre travail juste à vous expliquer mes impressions à sa lecture.
    Je vous laisse juge de leurs pertinences/utilités.

    Désolé pour le pavé.
    Bonne continuation

    J'aime

    1. Salut Julien 🙂 je me permets de répondre à ton point 1.

      Perso j’en ai vraiment mais alors vraiment marre parce que quand on y réfléchit deux minutes, dire « gnagnagna tu dessers ta cause » ou « gnagnagna tu décrédibilises ta cause » c’est juste être super hypocrite. (je dis pas que tu es hyprocrite, j’ai compris la nuance que tu as faite, je dis que c’est un discours répandu actuellement qui lui est hyprocrite,). Je m’explique. La question c’est décrédibilisé/desservi aux yeux de qui?
      Il y a globalement deux possibilité: (être féministe ou non dans cet exemple):

      -soit tu es deja un convaincue de la cause, ici, féministe (mais en fait ça marche aussi pour d’autre cause), et de la charge mentale, et du coup c’est pas en voyant une autre féministe faire une généralisation qui peut sembler abusive voire faire quelque chose que tu désapprouves complètement que tu te dis « ah tiens en fait le féminisme c’est de la merde ça m’a dégouté berk à bas les femmes ». De la même manière, je suis quasi sure qu’aucun végan ou végétarien au monde n’a cessé de l’être en voyant les 3 vegans casser la vitrine d’une boucherie l’autre jour, même s’ils peuvent désapprouver complètement cet acte. Ou bien quel genre de conviction est-ce? Si faible qu’elle ne résiste pas à un fait divers…

      – soit de base tu n’es pas pour la cause. Et au lieu de te renseigner sur la cause en question et voir en quoi il est bénéfique de la défendre, tu vas chercher les mésactions, les erreurs, les généralisations abusives de ceux qui la défendent, mal selon toi. Et ainsi sortir ce discours de « bouh tu décrédibilises ta cause ». Ce que cela veut dire dé-crédibiliser c’est « ta cause avait de la crédibilité à mes yeux avant or comme je n’aime pas la manière dont tu la défends maintenant elle n’en a plus à mes yeux. » Dé-crédibiliser ça suppose une crédibilité antérieure! Et là est l’hypocrisie, tous les gens qui disent cela ne l’ont jamais, jamais trouvé crédible, et ils n’ont jamais eu l’intention de s’y mettre.

      Il est bien plus facile de trouver une cause bonne de loin, mais de prétexter que l’on aime pas la manière dont les autres la défendent pour ne pas à avoir à le faire soi-même que de tenter de la défendre correctement. Défendre une cause, peut importe celle ci, n’est pas facile, et ce genre de discours n’est pour moi qu’une pâle excuse hypocrite d’une masse de gens qui ne font pas l’effort de comprendre et de défendre.

      Je trouve donc ce genre de remarque et de discours complètement illégitime, et il serait bon d’arrêter de reprocher aux militants des causes fondamentalement bonnes (je pense à l’écologie ou aux droits humains) de ne pas être irréprochables dans chacune de leur phrase ou actions mais plutot à ceux qui se complaisent dans la facilité, l’aveuglement volontaire et l’hypocrisie de ne pas se sortir les doigts du cul.

      Déso du pavé lol mais je me suis dit que si un jour dans ma vie un échange de commentaires pouvait être constructif ce serait ici alors bon, j’ai tout donné ahah

      Aimé par 2 personnes

      1. Il y a un texte qui a circulé sur le comportement dans le militantisme. Et pour les personnes « grises », pas trop au courant, peu informé, toute forme de violence ou d’agression est vu très négativement. C’est en cela que cela dessert la cause. En gros, dés que l’extrême gauche est devenu violente dans les années 70, elle a perdu. Les écolos ne sont jamais devenu violent et sont présent partout.

        J'aime

      2. Bonjour,

        Merci pour ton commentaire.
        Je pense aussi que dans ces 2 cas, la forme du message n’importe pas tellement. Puisque on est déjà soit pour, soit contre.
        Mais je pensais aux gens qui s’y interessent un peu sans trop de préjugé, ni pour ni contre. J’avoue que j’espère que les gens de la 2ème catégorie (contre) passent petit à petit dans cette 3ème catégorie (cherche à s’informer et comprendre).
        Pour cette catégorie de personne, je trouve les dessins d’Emma super, ça montre bien la charge que porte une femme. C’est important que tout le monde en prenne conscience.
        Et ces dans ce cadre là que je trouve dommage qu’ils puissent y avoir des petits détails qui puissent braquer certaines personnes.
        Je pense aussi qu’il serait hypocrite de s’arréter à ces détails mais ce n’est pas impossible.

        Je reprécise que c’est un ressenti personnel, je ne prétends pas qu’il soit partagé. En plus, je me voile peut-être la face sur cette 3ème catégorie de personne qui cherche à s’informer/comprendre/changer.

        P.S. pour l’écologie, j’ai le même raisonnement. Pour moi, la première chose, c’est d’informer. Et surtout de donner des informations qui font consensus et qui permettent d’apréhender les problèmes dans leur ensemble.
        Je dérive mais c’est un vaste sujet et pour moi, comme pour tous les sujets, la premières pierre c’est de se mettre d’accord sur les informations de bases avant d’essayer de trouver des solutions.

        J'aime

    2. Vous venez de faire du mansplaining. Je vous laisse vous renseigner sur la signification. Merci de nous donner encore plus d’exemple pour argumenter « mieux ».

      J'aime

      1. Mansplaining, manspreading… comme si ajouter « man » devant n’importe quel mot suffisait à en faire une chose détestable. Le féminisme actuel se rapproche du « fémisme », un « machisme » inversé. Je ne sais pas s’il faut en rire ou en avoir peur.

        J'aime

    3. Julien
      et si, à un moment, on arrêtait de vouloir « ne pas braquer les gens »? On aurait juste le droit, nous aussi, de dire des choses qui dérangent, de faire des choses excessives, pas parfaites?
      au lieu de dire à Emma de changer son travail, ce serait GENIAL si vous vous occupiez de le transmettre et de l’expliquer, tout particulièrement à ceux qui ne veulent rien entendre.
      Parce que votre statut d’homme est un tel privilège, bon sang de bonsoir : utilisez-le pour nous aider au lieu, une fois DE PLUS DE NOUS DIRE QUOI FAIRE MEME POUR MILITER
      AAAAaaah parfois j’aimerais qu’on arrête de nous demander, à nous les femmes, d’être mieux que les hommes pour préserver leurs ego….
      Clue

      J'aime

    4. Bonjour Julien,
      Je vous invite à parcourir les autres BD d’Emma et la bibliographie qu’elle propose.
      Vous y apprendrez (entre autres) que les femmes ne font pas les tâches ménagères parce qu’elles ont du temps parce qu’elles sont à temps partiel, mais qu’elles sont à temps partiel pour avoir le temps de faire ces tâches. Mes chiffres ne sont que des chiffres, après il faut trouver la vraie relation cause-effet.
      Ou que les femmes font déjà des études plus longues que celles des hommes (aucun besoin de nous encourager, merci), sont plus diplômées, mais curieusement sont plus au chômage, plus en temps partiel subi, plus en emploi précaire, et moins bien payées.
      Vous pourrez ensuite relire votre post et vous demander si quelque chose ne cloche pas dedans …

      Mais je suis d’accord avec vous, oui à la semaine de 4 jours pour tous et à l’allongement du congé paternité ! Cependant ces mesures ne vont pas magiquement équilibrer la prise en charge des tâches domestiques par les hommes et les femmes, il faut aussi éduquer et c’est le but de cette bd.

      Cordialement

      J'aime

      1. Bonjour,

        Je ne cherchais pas de lien de cause à effet. Seulement citer de manière non exhaustive (mais alors pas du tout, il y a beaucoup de chose que je ne connais pas sur le sujet) d’autres chiffres qui peuvent donner une autre vision du problème et potentiellement contradictoire. Mais comme je le dis, ce ne sont pas vraiment des contres arguments. Ce que vous dites sur les liens de cause à effet n’est pas contradictoire à mon commentaire.

        Pour les études, je sais que les femmes sont biens diplômées.
        Mais j’ai aussi vu des études qui expliquaient que les femmes étaient moins dans les domaines scientifiques et les plus rémunérateurs. Personnellement, je pense que c’est un billet culturel sexiste qui en est la cause et que ça ne se justifie pas. D’où ma remarque sur l’incitation à des études dans des domaines rémunérateur. Mais j’avoue m’être mal exprimé. Encore là, je ne suis pas sûr d’avoir été clair.
        Ce que je viens d’écrire ne remet pas en cause et ne ni pas le fait qu’il est anormal qu’à poste équivalent une femme soit moins payé qu’un homme.

        Mon poste est certes incomplet mais il est difficile tout expliquer en 1 commentaire (surtout que je ne suis pas très doué en la matière) tout comme il est difficile de tout dire en un dessin.
        C’est pour ça que j’ai bien précisé que les dessins étaient très bon et que mon commentaire n’enlevé rien à ce travail.
        Que c’était ce que j’avais pensé lors de la lecture, moi tout seul et qui ne représente que moi qui est loin de tout savoir et donc que je laissais l’auteur décider de la pertinence de mon commentaire.

        Pour cette BD, j’avais bien compris qu’elle avait pour but d’éduquer et je la trouve très bien. 2 détails sur mes ressentis à sa lecture ne lui enlève pas ses qualités.

        J'aime

  11. Oui a tout SAUF a l’allongement du congé paternité qui est une mesure purement nataliste. La planète est en train de lâcher, stop de pousser les gens a faire des enfants à tout va. Quel avenir ils auront de toute manière d’ici 20 ans on aura pris 2 degrés de plus dans la figure… Le féminisme c’est aligner les congés parentaux entre homme et femme, pas favoriser la reproduction.

    Aimé par 1 personne

      1. Oui c’est un argument savamment instrumentalisé pour faire croire aux gens que c’est de leur faute. En vrai on constate que la hausse des émissions de CO2 est liée de façon écrasante au développement des sociétés capitalistes et non de la démographie. C’est tout à fait possible de vivre autant que nous sommes même plus en nous basant sur des énergies renouvelables, mais il faut faire des choix politiques basés sur le bien être de l’humanité et non la logique marchande.

        Bref tout sera raconté dans la BD – mais c’est pas la peine de taper sur les parents, ils y sont pour rien.

        J'aime

      2. Très chère Pauline… aux personnes m’accusant d’un « t’as 3 enfants et tu te dis écolo ? C’est pas écolo, 3 enfants !! », je réponds gentiment que je préfère élever 3 petits écolos dans le respect de la Planète et de leurs semblables qu’un seul « je m’enfoutiste »… dont acte.

        Aimé par 1 personne

      3. bravo laurençe moi aussi j ai elevé trois enfants et sans journée «  » off «  » ( çe a quoi j aurait vraiment du penser) c est tres loin d etre une minçe affaire et leur eduquer le bon respect de la planete avec tous le reste et dieu sait s il y en a a leur faire comprendrent !!!!!! alors plus aucune forçe pour mr le soir c est sur !! et vous avez bien raison mieux vaut bien eduquer 3 enfants le mieux possible plutot qu un seul et le traiter en enfants roi et que cela donne çe que l ont connait bien !!

        J'aime

      4. Tres chere @ Emmanuelle, relisez moi bien. Mon message n’est pas anti-enfant ou anti-parent. Il est anti-politique nataliste. Politique nataliste mise en place par le patriarcat après la guerre et ayant pour but avoue par les recents gouvernements français d’atteindre les 75 millions de français en 2050. N’est ce pas critiquable? Ou peut être la natalité est-elle quelquechose de sacre dans notre pays très très conservateur, ce qui expliquerait qu’aucun partie politique n’ose encore s’y attaquer? Meme les ecolos…

        Emmanuelle, la façon dont vous prenez mon message personellement me fait penser aux gens qui m’agressent quand je leur dis que je suis végétarienne. Ils se sentent jugés alors que je ne leur reproche absolument rien.

        PS: Emma je ne sais pas pourquoi vous n’avez pas valide mon precedent message. J’ai pourtant respecte la charte.

        J'aime

      5. Bonjour,
        La démographie mondiale est bien un enjeu majeur dans la réduction des gaz a effet de serre et de la pollution. Tout n’est pas conspiration politique… C’est juste des sciences.
        Les pays a fort PIB ( dont La France) ont déjà un taux de natalité assez bas. Ils faut donc en priorité qu’ils réduisent leur consommation (favorisée par le capitalisme).
        Cependant les pays emergents comme l’Inde ou la Chine ont un taux de natalité qui explose et une consommation par individu de plus en plus importante.
        Il faut donc bien qu’ils réduisent leur population en ayant acces a la contraception et/ou a une éducation sexuelle. Il faut aussi qu’ils aient une consommation plus eco-responsable. Les 2 vont de pair. Il est évident qu’il ne s’agit pas de remettre en cause des enfants déjà existants mais plutôt de penser a la procréation future.
        En effet si on diminue notre consommation mondiale mais que la population mondiale augmente et bien… On stagne. :/ Hors ce qu’on veut c’est bien diminuer!

        J'aime

      6. Sauf que l’argument posé avec tant d’amabilité précédemment, c’est de mettre fin aux politiques « natalistes » (donc des pays riches)
        Pour moi c’est dans la prolongation des partisans de la dictature écologique ou de la théorie de l’effondrement comme quoi le basculement climatique serait dû à l’activité humaine dans son ensemble et serait irrémédiable, pour baisser les émissions il faudrait baisser le nombre d’humains.

        Il est complètement possible de vivre bien, aussi nombreux que nous sommes, en mettant fin à l’exploitation des énergies fossiles
        Ca nécessite de gros investissements et une refonte complète de nos modes de vie d’où le fait que cela ne sera jamais mis en place par nos gouv ernements car trop coûteux et incompatible avec le capitalisme.

        J'aime

    1. En quoi l’allongement du congé paternité serait une mesure nataliste ? Ce serait un congé de quelques mois tout au plus, pas de 18 ans. L’idée n’est pas d’inciter les gens à faire plus d’enfants… Même quand une mesure l’est (comme c’est le cas des allocations familiales), ça n’a sûrement pas des masses d’impact…

      J'aime

      1. Pauline, Je ne pensais pas déclencher un tel accès d’animosité.
        Très franchement, il est évident que laisser croître la population inconsidérément est un problème… mais la politique de l’enfant unique ne me semble pas non plus séduisante (brrrrrrrr). Il me semble qu’il est bien plus profitable d’éduquer correctement nos enfants au respect de la planète, ce qui, en principe, devrait en faire des consom’acteurs et non des consommateurs effreinés… auquel cas, si chacun consomme à la mesure de ses besoins, on se retrouve avec une population plus soutenable par la planète.

        J'aime

    2. Bonjour Pauline, Bonjour Emma,
      Je suis d’accord avec Pauline, on aura beau vivre aussi écologiquement que possible, on prendra toujours de la place (habitat, terres cultivées, voies de communication) au détriment d’autres espèces, donc la taille de la population est aussi une partie du problème (et j’y contribue avec mes 2 enfants … chacun ses contradictions). Et plus le pays est « développé » plus sa population a un impact négatif sur l’environnement. Je rêve du jour où « pays développé » ne sera plus synonyme de tonnes de CO2 en plus mais de respect de l’environnement …
      Par contre je ne vois pas le congé paternité comme une mesure nataliste.
      Bonne soirée
      PS: végé aussi, l’élevage dégage autant de gaz à effet de serre que les transports. 😉

      J'aime

  12. Encore une BD très juste, tu es très forte ! Merci pour ton travail.
    Tu as raison d’insister sur l’importance de la sororité parce qu’on se met beaucoup de pression entre femmes en oubliant que l’on est toutes dans le même bateau.
    En ce qui concerne les poils par exemple, beaucoup de femmes trouvent ça dégoûtant et pourtant ça ne le serait pas sur les hommes ? On en oublie même d’être logique dans nos raisonnements !

    J'aime

  13. Le congés masculins pour un enfant cela permettra d’éviter les discriminations à l’embauche. Cela a déjà été cité.

    Ou encore plus radical, un produit anti-libido, un vrai, pas seulement du bromure : plus de harcèlement, plus de « mort de faim », plus de perte de de temps et d’énergie à essayer de séduire, plus de « 3ième salle de bain » ou de « voir Vierzon », plus de « c’est comme cela que cela doit être fait parce que ».

    J'aime

  14. Bonjour, j’observe ma mère et mes tantes qui font les cadeaux de noêl pour leur famille et belle-famille. ça serait vraiment bien que tout le monde s’en soucie. C’est une charge mentale et la charge du care qui se retrouve encore sur nos épaules.

    Aimé par 2 personnes

  15. Bonjour, merci pour votre travail.

    j’ai une question, car je n’ai pas bien compris une remarque, vous dites :

     » Eh oui! Car même celles qui n’ont pas à aller évacuer le sperme de leur partenaire doivent aller uriner après le sexe  »

    Il me semblait que, justement, le fait d’uriner après le sexe était commun aux deux sexes… D’où mon incompréhension du sens réel de la phrase et raison de mon questionnement quand à celui-ci?

    J'aime

    1. Uriner après le sexe permet d’évacuer les bactéries et éviter les risques d’infection urinaire. Les hommes n’ont pas ce souci car leur canal urinaire étant plus long, ils n’ont guère de risques qu’il soit remonté par les bactéries.
      À noter que, contrairement aux autres charges, celle-ci est purement biologique et en rien un reflet du patriarcat.

      J'aime

  16. Bonjour Emma super dessin merci beaucoup juste une petite précision ça s’écrit *cystite en réalité avec un c mais t’inquiètes pas je ne t’en tiens pas rigueur !

    J'aime

  17. Bonjour,
    dans mon couple, j’ai la charge (mentale et physique!) de la majorité des travaux ménagers et de ce qui concerne notre enfant. Cependant, cela fait quelque temps que je m’aperçois que nos tâches sont finalement bien équilibrées, même si réparties selon un axe assez traditionnel : je m’occupe de l’intérieur et du quotidien, et lui s’occupe des factures, des assurances, de tous les trucs financiers et légaux, de tout ce qui concerne la voiture, les réparations, les machines, les rénovations, et tout le jardinage (nous avons un grand terrain). Ça fait quand même beaucoup de boulot, et je serais en peine d’affirmer que l’un de nous fait plus que l’autre…
    En tant que féministe, oui, il y a des jours où ça me gosse que tous les trucs dits « féminins » m’échoient par défaut… Mais, d’une part, je n’hésite pas à le faire savoir! LOL Et puis, quand j’y pense, je suis bien contente que mon mari se charge en échange de tous les soucis dits « masculins ».
    Donc, ce serait intéressant d’ajouter cette composante dans la liste des tâches communes. Ça n’a pas à être le domaine exclusif de l’homme, surtout si la femme s’y connaît mieux, mais ça se négocie bien contre les travaux ménagers quotidiens et les soins aux enfants, en tout cas. 😉

    Aimé par 1 personne

  18. Bonjour,

    Je suis avec ma compagne depuis plus de 3 ans. Je me fous que son apparence ne corresponde pas à celle des stars du cinéma.

    Je mets une capote à chacun de nos rapports sexuels. Elle n’a jamais eu à prendre la pilule. Et je suis content de lui éviter des dérèglements hormonaux avec un bout de caoutchouc autour de mon pénis.

    Je fais la vaisselle, le ménage, les courses tout comme elle. On partage la même dose de préocupations diverses et variées. Comment je le sais ? Parce qu’on se dit ce qui nous prend la tête, on s’entraide tout simplement.

    Et je ne suis pas un personnage de fiction. Je pense être un mec très moyen sur bien des points.
    À lire ton article qui fait écho à beaucoup d’autres, j’ai l’impression d’être un mec exceptionnel…

    Aimé par 1 personne

      1. Je ne veux pas me faire mousser…
        J’ose croire que les autres mecs non plus.
        Et tu ne devrais pas te lasser d’apprendre qu’il y a plein de mecs qui respectent leur compagne. Tu pourrais t’en réjouir ou du moins éviter de les mépriser.

        J'aime

      2. Je me lasse de lire la liste de leurs accomplissements
        Heureusement il existe des hommes qui font réellement leur part, j’en suis heureuse, il ne perdent juste pas leur temps (en plus de me faire perdre le mien) à venir me l’écrire vu que leur comportement est juste correct.

        Aimé par 1 personne

      3. Et je comprends cette lassitude. Je suis un homme père de 2 enfants, ainé de 4, et élevé par une femme non pas féministe, mais dont l’esprit de justice était affuté et l’éducation débarrassée le plus possible de la sexualisation des rôles dénoncée dans ces planches.
        J’espère faire partie d’une génération montante mais sans doute minoritaire d’hommes qui essaient, à défaut d’y arriver. Pourtant à lire ces planches j’ai le sentiment que le constat demeure noir et sans évolution.
        D’un autre coté, je travaille dans l’industrie aéronautique, et si on compte 10 % de femme c’est tout le bout du monde, surtout dans nos hiérachies. Ce déséquilibre me semble relever du même travers. Travailler ensemble c’est partager une phase de vie qui est peu citée plus haut, mais c’est partager une autre partie de l’existence, avoir des rôles mieux mixés fera bouger les lignes pro à minima, et par effet rebond le reste.
        Je profite donc de cette tribune pour citer cette asso qui fait de son mieux pour pousser les étudiantes/femmes en réorientation vers des métiers ou les hommes sont majoritaires mais ou les femmes seront bienvenues (je ne parle pas de mon cas je préférè passer pour un cuistre, mais d’échanges avec de très nombreux collègues) :

        http://www.ellesbougent.com/

        Si des marraines passent par ici, n’hésitez pas.

        J'aime

      4. super bravo antoine , j ose croire que bcp plus d hommes pensent comme vous le monde tourneras bien mieux car apres nous partegeons la meme terre , les memes vie quotidiennent ou presques alors c est vraiment le vivre ensembles en bonne harmonie qui feras un bon avenir pour les generations qui suivent , mes filles ont des petits garçons et ils sont eduquer comme cela dans le partage , la communication et surtout aucun sexismes ils participent a tous les patits travaux domestiques ( car ils sont encore petits) mais donnent leurs participation a tous sans savoir si c est filles ou garçons c est tou le monde un point c est tot et c est parfait 😉
        il n y a pas de boulot de filles ( mis a part la forçe musculaire ) et de boulot garçons un cerveau est un cerveau ;–))

        J'aime

  19. Pour encourager la résolutions des besoins demander dans ce blog j’encourage fortement de lire le livre « Nonviolent communication: a language of life » traduit en français par « Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) » et de suivre les divers cours accessible sur le web.
    Un atelier vidéo:

    Un slide:

    Je vous souhaite bon courage et prenez soin de vous.

    Sincèrement
    Émilande

    J'aime

    1. Merci Emilande de parler de la CNV,
      Et à ce sujet, perso la CNV m’avait rajouté une charge depuis que je la connais (5 ans): l’empathie constante!
      Je partage alors aussi cette vidéo de Isabelle Padovani, vraiment, vraiment pleine d’humour et juste!

      Aimons-nous!!!
      Bien à vous toutes et tous,
      Merci Emma!
      Ariane

      J'aime

  20. Bel article comme d’habitude !
    Je crois que suite à ton premier article je me suis mis à serrer la main au femmes à mon boulot.
    Les réactions ont été diverses, disons que les +de 40 ans trouvaient ça bizarre et les femmes plus jeunes trouvaient ça cool.
    Depuis je continue et c’est entré dans l’habitude. Franchement c’est tellement plus simple, me semble t’il, de serrer la main plutôt que de faire la bise à la ribambelle de mecs, de devoir se lever lorsque l’on est au bureau à travailler ! En plus je bosse dans un domaine relativement masculin.
    Pour les mecs, la nouvelle année est une bonne excuse pour commencer, ça permet de dire « oui c’est pour essayer, qu’est ce que tu en penses » puis après ça reste.
    Voilà pour la petite expérience perso des petits gestes du quotidien pour changer les choses.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui je hais la bise XD une poignée de main ou un bonjour franc et général me paraît suffisant 🙂 Dans mon avant dernier taff, on avait décidé de ne plus faire la bise – le chef a alors décrété qu’il ne serrait pas la main aux femmes dont a arrêté de nous dire bonjour. Une corvée en moins 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. En tant que demi-autiste je déteste les bises, mais mes collègues femmes me prennent pour un weirdo, et je vois bien qu’elles se demandent si elles sentent le gaz. Alors je me force.

        J'aime

  21. Un autre conseil pour plus d’égalité de la charge mentale et éviter le problème de  »mais je pensais que tu t’en occupais » ce serait de se répartir les tâches dès le départ, par exemple, je m’occupe des courses et des repas, tu t’occupes du ménage et d’accompagner les enfants.
    Comme ça, chacun sait ce qu’iel doit faire et si il y a un empêchement, il suffit de demander !

    Aimé par 2 personnes

    1. C’est exactement ce qui se fait chez nous. Je fais aspiro, courses bouffes récup d’enfants, nettoyage cuisine. Elle fait repassage, salle de bain, serpillière. Et si l’la personne assignée ne le fait pas, l’autre ne compense pas. Chacun son taf et les cochons sont hyper bien gardés.

      Aimé par 1 personne

  22. Super. Merci Emma.
    J’ai bien envie de faire bouger les choses sur le congé paternité, mais pourquoi facebook ? J’ai autant envie de détruire ce réseau, que le patriarcat et le capitalisme.
    Q

    J'aime

  23. Merci Emma, tres tres juste et realiste. On a beau savoir , on a beau voir et vivre tout cela, On se retrouve bien con à s’entendre dire à son amoureuse de lacher prise , de vivre le moment present, d’avoir l’esprit tranquille et paisible pour pouvoir sereinement partager des moments.
    Merci pour les conseils mais ils sont peu de choses et ont peu de chance de changer réellement et profondément toutes ces petites injonctions de la société.
    Bref : Merci merci merci
    NB : les hommes, pensez à la vasectomie, c’est rapide facile, efficace, nos amis anglo-saxons le font largement, c’est un cp. par jour en moins (et plein de desagrements ) pour votre amoureuse.

    J'aime

  24. je suis entierement d accord avec tous ça ; toutes ces charges mentales que nous avon en plus des hommes , qu ils doivent s y interresser un peut plus çe serais une tres bonne chose
    par contre j aimerais demander a emma pourquoi met ont tjrs des lien vers facebook moi comme bien d autres n y sont pas nous n y allons jamais et ouais «  » des ANTI FB «  » ça existe bien !! donc des liens , des petitions bref tous çe genre d choses que nous aimerions bien suivre aussi sans pour cela se fondre dans la masse «  » FB – TWITER……… «  » ça nous plairait bien plus sans etre obliger de filer toute notre vie , notre habitude a tous ces reseaux sociaux qui des qu ont s y inscrit savent tous de nous et ça moi c est NON !!!!!!!!!!!!

    J'aime

  25. Salut Emma,

    Je suis d’accord avec ce que tu dessine sur le combat féministe, au risque d’être un peu pédantesque, je pense que ça s’applique surtout aux couples hétéros :).
    Et il y a un truc qui me chiffonne pas mal, c’est que malheureusement ce ne sont pas que les hommes qui nous confinent dans un rôle purement féminin.

    C’est malheureux le nombre de femmes qui renforcent tous ces stéréotypes. Moi-même j’ai honte en repensant à mes années lycées où je rigolais doucement dans le dos de la fille qui avait pas le droit de se raser les jambes. Heureusement j’ai bien grandis depuis, mais c’est encore tellement répandu de circuler des stéréotypes toxiques du genre :

    – « Si mon mec n’est pas prêt à se battre si quelqu’un me manque de respect, c’est pas un vrai mec »
    – « C’est dégoûtant une femme qui se rase pas »
    – « Ah ouais tu fais ta propre vidange ? Mais il a pas de couilles ton gars ou quoi ? »
    – « Ah non mais mon fils il va pas porter du rose/jouer avec des poupées/devenir esthéticien quand même »

    Donc voilà on a tous et toutes notre responsabilité et parfois on encourage trop les hommes et les femmes à rentrer dans un moule particulier, sous peine de ridicule.

    Aimé par 2 personnes

    1. +1
      Je pense que nous les mecs on a beaucoup de boulot à faire pour se rééduquer. Mais il faut aussi que ça se fasse coté femme.
      Ma copine a pas mal de réflexes à la con (« sortir sans être maquillée, impensable »). Ca a été renforcé par ses ex. Mais ça lui a été appris par sa mère, par ses copines, par ses tantes.

      J'aime

  26. bravo emma, c’est un beau resumé. le sujet est telllement vaste cependant : me concernant le plus difficile a gerer pour moi c’est l’anticipation de tout. l’antcipation de penser à 2 jours ce que l’on va faire a manger pour 4, donc les courses correspondantes, l’anticipation du dossier que l’on doit traiter sous 48h a integrer dans un agenda déjà surchargé, l’anticipation de la machine a faire le soir pour pouvoir la secher le lendemain et la plier pendant l’heure de devoirs…donc le sujet qui serait peut etre sympa de traiter c’est comment nous aider a anticiper tout. je suis tres bien organisée donc je m’en sors pas trop mal mais beaucoup de femmes ne le sont pas et sont dans une souffrance permanente de subi..et s’obliger a une demie journée off par semaine
    et faire comprendre a ces messieurs qu’une fois qu’on a fait ce marathon quotidien, on n’a pas forcément envie de se faire traiter comme une pute pour satisfaire les besoins prmaires de ces messieurs…
    vive les femmes…

    Aimé par 1 personne

  27. Bonjour! Merci pour votre BD. C’est très vrai et bien décrit!
    J’ai une petite suggestion à ajouter à la liste: les femmes sont plus sujettes à certaines maladies, notamment certaines maladies chroniques, non mortelles mais très handicapantes au quotidien. Je ne sais pas s’il y a un lien avec le sexe mais ces maladies sont très mal prises en charge. Donc quand le quotidien est déjà difficile à gérer et qu’en plus on est malade (souvent des maladies « invisibles »), la charge mentale augmente encore plus et je ne suis pas sure que tous les conjoints soient prêts à soutenir leur femme… cela pourrait être un sujet de réflexion pour vous (si vous ne l’avez pas déjà traité). Merci pour votre travail!

    J'aime

  28. Hola, super planche, toujours un plaisir de te lire, et encore plus de suivre ensuite les commentaires et laisser macérer dans ma tête. J’aime bien sentir mes premières réaction – oui mais attends nous aussi on a nos charges mentales et très nombrilistiquement (ça c’est un jolie mot mais pas sûr qu’il existe…) ne pas réussir à me mettre à la place de l’autre – puis laisser aller en lisant les commentaires et peu à peu entrevoir ce qu’il me semble acquis et ce qui ne l’ai pas du tout.

    Bref de chouettes remise en question (d’ailleurs, on repère les points les plus importants à questionner quand en lisant notre pensée s’emballe dans tout un tas de contre-arguments au lieu de juste lire et accepter le point de vue de l’auteure).

    Dans les ptites réflexions pour ajouter de l’eau au moulin, j’ai l’impression de sentir deux courants et deux places d’hommes différentes dans ce qui est cité. L’homme en société et là y’a vraiment un très gros boulot de notre part à faire – c’est inadmissible qu’une femme aie en tête en permanence la question de l’agression potentielle quand elle sort alors que pour nous soyons franc c’est pas tous les jours qu’on risque de se faire casser la gueule et je doute que beaucoup d’hommes réfléchissent à deux fois à comment s’habiller pour sortir
    – ce n’est pas plus normal que à compétence égale la femme est toujours moins haute dans a hiérarchie et moins rémunérée
    -et on pourrais en citer encore un bon paquet d’injustices envers les femmes commis en société

    Après, il me semble voir la place de l’homme en couple ou dans un rapport qui n’est pas celui d’inconnu dans un métro, au boulot…Ce que je dit n’est pas pour excuser les comportements individuels de chacun. J’ai l’impression que sur ce sujet, la responsabilité ne doit pas forcément rester dans la dichotomie homme femme mais parler d’individus. Je trouve que rester dans le homme femme éloigne des responsabilités de chacun. Chaque individu a son histoire et son lot de souffrance -on a une société qui fait culpabiliser les femmes sur leur physique mais les hommes aussi…il y a des femmes que ça touche et des qui n’en n’ont rien à foutre et pareil pour les hommes, ce sont des questions de sensibilité personnels qui je crois doivent être prise en compte et échangés au sein d’un couple quel que soit le sexe de celui que ça touche. Et de là j’imagine tout le reste ainsi, on n’est pas dans le calcul de celui qui a la plus grosse charge mentale entre homme et femme mais plutôt dans l’échange de deux individus et le besoin d’écoute de ce que l’autre vie et subit et surtout l’action et les changements qui doivent en découler.

    Et là, la responsabilité individuelle est très importante, franchement, que vous soyez un homme ou une femme, en couple avec un autre homme ou une autre femme, si vous ne vous sentez pas respecté et pas écouté et n’arrivez pas à échanger pour aller vers une vie à deux soutenable et stimulante pour chacun, barrez vous!!! On est seul responsable de ce qu’on vit et là où en effet c’est compliqué de faire changer le côté mâle prédateur dans la rue, il n’est pas normal de subir des choses qui ne nous plaisent pas dans le couple et même si la responsabilité est partagée avec le conjoint, le fait de rester dépends de nous.

    Et OK notre société est loin d’être parfaite mais on ne va pas se faire sortir de celle-ci car on est une femme seule avec des enfants. On a des droits et des aides alors profitons en car en effet il y a pas mal d’endroits dans le monde ou ça n’est pas possible de dire stop.
    Si tout le monde se respectait un peu plus, les gros cons machistes (et les moins gros cons qui sont macho sans s’en rendre compte – et dont je fais sûrement partit de temps en temps sans même m’en rendre compte)) se retrouveraient vite entre eux et n’auraient pas trop d’autres choix que de se remettre en question…

    Voilà quelques réflexions en vrac. Un grand merci à tous pour les échanges.

    Bon ne soyez pas trop critique sur ma prose, je vie dans un ptit coin de paradis où on est tellement en retard sur ces questions qu’on se fait la bise entre hommes…Autres notions de convivialité où ça dépasse la question du sexe

    Aimé par 1 personne

  29. Je partage complètement l’objectif, j’ai quelques questions sur le chemin.

    Concernant le harcèlement de rue, c’est un nouveau fléau comme les nombreuses incivilités. La réponse se met en place, la dénonciation, les Mee Too et autres sites…pas très emballant mais il faut en passer par là ces comportements sont juste inadmissibles et on doit les interdire par tous les moyens. Attention, conséquence immédiate, on n’ose plus vous regarder dans la rue.

    Concernant la vie personnelle, il faut évidemment rééquilibrer mais attention aux risques :
    – ne pas imposer à l’autre ses exigences , rangement, habitudes alimentaires…sinon on inverse la charge mentale mais on ne l’élimine pas

    – imposer à l’autre de rester séduisant, dès lors qu’on se l’impose à soi-même, c’est demander à respecter le couple… et à gérer les priorités

    – je suis au Japon. Ici la tendance, ils y sont sensibles : les garçons veulent être des filles, les filles rejettent les garçons, bref, plus d’enfants. Pour sauver l’avenir, le gouvernement favorise une immigration de culture…qui procrée… le système patriarcal d’avant, avant, avant hier revient.

    Évitons la guerre du genre et construisons un avenir équilibré

    J'aime

    1. Imposer d’être séduisant ? Waaaaah. Et bien j’espère que les personnes dans ces configurations de couple n’auront jamais de passage à vide, de moments de surmenage, de périodes de convalescence ou de corps d’après accouchement … quelle pression ça doit être.

      Aimé par 1 personne

  30. Merci encore une fois pour la justesse de ton propos et du caratère pédagogique ede cette BD. Je suis une inconditionnelle de ton travail et je ne manque pas d’offrir très régulièrement tes bd :). D’ailleurs plusieurs amies ont pris conscience de tous les mécanismes que tu analyses en te lisant!

    J'aime

  31. Si il y a une chose que j’ai comprise, c’est que les problèmes de cette société ne peut avoir de solution par les hommes.
    Les hommes ne peuvent pas aider.
    Le problème ne peut pas apporter la solution.

    J'aime

  32. Merci beaucoup pour ton travail, Emma. Je serais très preneuse d’une planche de « conseils » destinée aux hommes. Pour ta prochaine planche à venir sur l’écologie aussi, d’ailleurs : sachant que la « pollution » (pour aller vite) est surtout due aux entreprises, que peut-on faire, à notre niveau, du coup, à part voter pour des partis qui disent qu’ils prendraient cette question en compte s’ils étaient au pouvoir ?

    Pour revenir au sujet de cette planche, j’avoue que je suis fatiguée d’entendre des gens, lors d’événements consacrés aux droits des femmes, dire qu’eux-mêmes sont parfaitement féministes et égalitaires, et que le problème, c’est les autres (le corps enseignant, les parents, les collègues de travail…) Mais quand je creuse, je me rends souvent compte que ces parents sollicitent plus souvent leurs filles que leurs fils pour les tâches ménagères, que ces adultes commentent plus souvent l’apparence physique des filles que celle des garçons, que ces enseignant.e.s interrogent plus les garçons que les filles, que ces femmes passent leur temps à réfléchir à la meilleure manière de dire les choses en contexte professionnelle sans paraître trop agressive ou dominante, que ces hommes passent leur temps à écarter les jambes ou s’étaler physiquement… Je suis vraiment fatiguée de constater à quel point le féminisme est, pour beaucoup de gens, cet espèce d’iceberg dont ils et elles ne voient que la partie émergée. Comment les secouer pour leur faire comprendre qu’il faut lire, s’éduquer, que l’égalité est un travail de fourmi, un travail colossal à accomplir dans tous les fucking aspects de notre vie, qu’une déclaration de bonne volonté ne suffit pas, et qu’on n’avancera pas, qu’on offrira pas un monde plus égalitaire aux générations qui nous suivent si ces personnes-là ne cessent pas immédiatement de se gargariser de leur adhésion intellectuelle pour se mettre au travail réellement ? J’ai si souvent l’impression d’être en face d’une adhésion INTELLECTUELLE aux principes d’égalité, adhésion qui est si confortable parce qu’elle ne demande aucune remise en cause et aucun effort.

    Pardon, je généralise, je dessers ma cause, mais je suis si énervée et lasse à la fois…

    J'aime

    1. Pour celles et ceux qui ne la partagent pas on est toujours en train de desservir notre cause alors … autant pas se gêner 😉
      Pour l’écologie mon analyse là où j’en suis dans mes lectures c’est qu’on doit prendre en main le processus nous même, et que ça va pas se faire sans heurts, mais ça ou le basculement climatique, pour moi, c’est vite choisi …

      Aimé par 1 personne

  33. Super bd, bravo !

    Je me permets de livrer une réflexion personnelle sur la charge contraceptive : pour moi, la contraception est un choix et une liberté durement acquises par les femmes. Devoir discuter, voire négocier la contraception avec un partenaire revient à limiter cette liberté et je préfère en général être seule responsable de ma contraception et éventuellement d’un échec de contraception. J’ai toujours vu les discussions sur le sujet avec un partenaire au pire comme une interminable séquence de mansplainning (« les hormones c’est pas bien pour toi », « la pilule du lendemain c’est beaucoup d’effets secondaires », etc.) au mieux comme un cours de gynécologie pour débutant devant un étudiant attentif. J’ai donc depuis longtemps adopté une attitude « c’est mon corps, c’est moi qui décide et c’est moi qui gère » qui me convient bien. En clair, je ne suis pas du tout prête à partager mes choix de contraception et la charge mentale correspondante avec qui que ce soit (partenaire, médecin ou autre).

    A la lecture de ta bd, je me rends compte que cette attitude n’est pas répandue, peut-être parce qu’elle correspond plus aux positions d’ un féminisme daté style MLF ? ou plus simplement à un rapport au corps intime qui varie énormément d’un individu à l’autre ?

    J'aime

    1. Alors moi, je suis de celles qui n’ont rien contre les hormones, surtout depuis que j’ai découvert la progestérone : youpie ! finies les règles ! De plus, tous les mecs que j’ai eu (bon, pas beaucoup) étaient paniqués à l’idée d’une grossesse non désirée. Du coup, je ne me reconnais pas beaucoup dans ce problème, à titre personnel.
      Sauf que même si mes hommes se préoccupaient de savoir si je prenais bien la pilule, pas un seul ne se souciait de me rappeler de la prendre (juste de m’engueuler en cas d’oubli). Et je constate bien que la pilule masculine risque de ne pas voir le jour, parce qu’elle pourrait provoquer un dixième des inconvénients de la pilule féminine, et que visiblement, commercialement, ce serait un flop.

      J'aime

      1. arf, je suis allée trop vite ! c’est pas parce que je ne suis pas concernée à titre personnel que je ne peux pas comprendre la galère des femmes qui ne veulent pas de la pilule ou ne la supportent pas, mais dont l’homme est complètement désengagé de la contraception.

        J'aime

  34. Bonjour Emma,
    Je suis tombé amoureux pour de vrai sur le tard (ce qui explique peut-être cela) et je suis parfois terrifié par la charge mentale de ma copine.
    Certains trucs de ton message m’ont fait réagir (entre autre).

    Par exemple elle ne supporte pas de sortir sans maquillage alors que moi je me rends à peine compte si elle est maquillée ou pas (ben pour moi avec ou sans peinture de guerre c’est toujours ma femme adorée). Elle s’inquiète tout le temps de savoir si elle est bien habillée ou pas, etc. Elle supporte mal son image, c’est terrible… 😦

    J’admets qu’en en discutant avec elle je réalise mes privilèges de mec. Par exemple je n’ai jamais été harcelé sexuellement en transport en commun et si ça arrivait je sais que je me sentirais de mon plein droit de me défendre bruyamment et violemment. Elle, c’est comme si elle avait intégré le fait que d’être harcelée est « normal ».

    Par contre je déconseille à un mec de rentrer bourré dans les rues. :D. J’ai du vécu, je sais qu’on fait une cible idéale. Plus pour se faire tabasser et piquer son fric que se faire violer, ceci dit.
    Mais c’est vrai que depuis que j’ai été agressé physiquement je réagis plus comme les stéréotypes femmes que tu présentes dans la BD que comme les stéréotypes masculins.

    Pour le préservatif, je suis de la génération qui a vu grandir le sida donc pas de test séronégatif répété à intervalle régulier: capote obligatoire. Et sinon j’attends avec impatience la pilule pour mec. Parce que -désolé pour la violence de mes propos, censure si tu veux- mais on ne choisi pas à deux de ne pas avorter même si on est concerné par le… résultat de la fécondation. (et je n’envisage pas de faire usage de pression psychologique)

    J'aime

  35. J’ADORE ! Merci Emma 🙂

    Par contre, juste pour la dernière phrase : « acceptez de mettre des capotes » c’est encore sous entendre que c’est à la femme de proposer d’en mettre une… Or quel bonheur/soulagement quand il n’y a juste pas à demander et que les mecs sortent d’eux mêmes un préservatif comme si c’était la chose la plus naturelle du monde, sans avoir à demander 🙂

    J'aime

  36. Salut à tout le monde,

    J’ai découvert tes planches via internet et le bouche à oreille, et je voulais commencer par te remercier Emma pour ton travail, parce qu’il permet d’amorcer un certain nombre de discussions que je juge nécessaires et importantes aujourd’hui. En tout cas mon mec lis tout ça et comprend pas mal de choses, ce qui nous fait cheminer plus positivement à mon sens, en tant qu’individus, et en tant que couple 🙂

    Je voulais réagir à cette dernière publication, en proposant une idée qui m’est venue:

    Les femmes sont conditionnées dès leur plus jeune âge à prendre en charge la responsabilité de leur potentiel reproducteur. Au début, ça passe par les jouets « genrés », les discours tenus autours d’elles, les images auxquelles elles sont tenues de s’identifier, etc, etc…

    Puis, un truc en commun pour les deux sexes: les fameux cours d’anatomie et ceux d’éducation sexuelle.

    Bon, là moi je remarque un truc criant, c’est que après ça, les garçons n’ont plus rien sur le sujet.

    Les filles elles, seront tenues de se rendre régulièrement chez un(e) gynéco toute leur vie, et dans ce cadre, de parler de leurs relations (en couple, célibataire, autre, protégées, pas protégées..), des gestes à mettre en place pour favoriser une bonne hygiène, des comportements à risques, des contraceptifs… La femme semble être l’unique détentrice (entre autres) de la responsabilité reproductive!

    Moi ce que je ne comprends pas, c’est qui est le spécialiste pour toutes ces questions, pour les hommes? L’urologue? La/le généraliste? Pourrait-on imaginer que, comme les femmes, les hommes soient suivis tout au long de leur vie par un spécialiste qui les responsabiliserait sur ces questions là?

    Parce qu’en gros aujourd’hui, et sauf si monsieur a le zizi qui le gratte à un moment dans sa vie, entre la période des cours d’éducation à la sexualité et celle où il ne pourra plus tenir une érection, il se passe un looooong moment avant qu’il ne rencontre un spécialiste du sujet. C’est « sympa », cette « tranquillité d’esprit »…

    Pourtant, on est deux (ou plus), quand on couche ensemble, quand on met ou ne met pas un préservatif, quand on risque de se refiler telle ou telle MST, quand on attend un enfant, quand on éprouve des difficultés techniques… Pourquoi la femme devrait-elle forcément en savoir plus que l’homme?

    Je me refuse de croire que c’est parce que les femmes sont plus responsables, plus matures, plus concernées! Je trouve que ce sont des arguments patriarcaux dans le sens où ils justifient un état des lieux peu réjouissant, et ne proposent pas de réel tournant alternatif. Les femmes sont tout cela, à mon sens, parce qu’elles n’ont pas le choix, et compensent la non-implication des hommes!

    Bref, j’espère qu’un jour, il sera au moins à moitié aussi courant pour un homme de se rendre chez l’urologue pour un petit « check up et suivi annuel », que ça l’est pour une femme de se rendre chez sa/son gynéco.

    Je sais que ce sont les femmes qui portent les enfants, je sais qu’elles sont plus sujettes aux manifestations des MST, et je ne cherche absolument pas à diminuer l’importance d’un suivi régulier pour elles (d’ailleurs, comme beaucoup, je constate la très grande difficulté pour trouver un(e) gynéco disponible et qui bosse bien, et c’est un gros problème!).

    Ceci dit:

    – Le jour où j’entends un mec se plaindre de sa grande difficulté pour trouver un nouvel urologue après son déménagement parce que dans sa nouvelle région, les « uros » ne prennent pas de nouveaux patients;

    – Le jour où mon pote vient me voir pour me décrire moitié en rigolant, moitié outragé, que son urologue a fait une tête bizarre quand il lui a dit qu’il était en couple mais pas marié, et que ce n’est rien en comparaison avec la fois où il est tombé sur une urologue qui avait absolument tenu à lui expliquer point par point les fondements d’une bonne relation de couple, de la fois où les gestes avaient été clairement déplacés et qu’il s’était fait jeter du cabinet pour avoir dit « non », ou encore quand on lui avait dit « qu’il faisait un peu sa chochotte » quand on lui insérait une tige dans l’urêtre sans anesthésie;

    – Le jour où mon mec me fait un cours d’anatomie pour que je comprenne bien comment fonctionne le système reproducteur masculin, et que j’apprends effectivement des trucs;

    – Le jour où mon fils nous demandera s’il est possible de l’accompagner à son premier rendez-vous d’urologie pour faire un petit bilan et commencer à prendre la pilule contraceptive parce qu’il souhaite démarrer sa vie sexuelle;

    Ce jour là… Eh bah on aura encore beaucoup à faire, mais ça aura un peu avancé.

    Merci et pardon pour le pavé 🙂

    J'aime

  37. Bonjour,

    Je commente simplement ce qui concerne l’apparence physique. Même si les injonctions/pressions de la société sur les hommes sont peut être moins fortes que celles visant les femmes, elles ne sont pas pour autant inexistantes, et sur ce sujet là, je pense que nous sommes tous dans le même bateau (à des degrés différents peut être, mais en tout cas pas opposés).

    J'aime

  38. Petite histoire qui a lancé des debats entre nous :
    Une fille s’est pris des commentaires sur son physique de la part dune bande de gars alors qu’on etait en terrasse. Mon copain est intervenu (a élevé la voix pour dire que c’etait pas cool). D’autres voix feminines se sont jointes a la sienne mais la bande de gars s’est jetee sur lui pour relacher leur frustration (« on frapperait pas une fille mais toi tu vas prendre cher »). Que dire de la solitude des hommes qui souhaitent s’extraire de l’ecoeurante solidarité masculine et des effets de groupe assez effrayants ?
    Merci

    J'aime

  39. Bonjour Emma,
    Aujourd’hui c’était la marche #NousToutes, dont j’ai fait partie comme toi. Beaucoup de monde, des slogans forts, une très belle ambiance.
    Résultat ? Quasiment rien sur l’événement sur les grandes chaînes. La marche, programmée depuis longtemps, est passée sous silence.
    Les Gilets Jaunes ont capté (détourné ?) toute l’attention.
    Je suis dégoutée.
    La parole des femmes est réduite, étouffée, passée sous le quasi-silence.
    Suis-je la seule à être révoltée ? Y’a vraiment un gros problème de traitement des faits de société dans les médias ou bien ?…

    J'aime

  40. Un petit commentaire pour saluer les camarades de l’ARDECOM et du collectif Thomas Bouloù ; à la pointe sur la contraception masculine (particulièrement la contraception thermique).
    Pour ceux et celles qui souhaitent se renseigner sur une contraception masculine, possible même sans hormones, sans effets secondaires! (Spéciale dédicace à ceux qui trouvent que c’est trop contraignant, mais qui gueulent si leurs compagne oublie un soir sa pilule)

    http://www.contraceptionmasculine.fr/

    J'aime

  41. Bonjour Emma,
    En terme de contraception… Il en existe une absolument magnifique. Une contraception naturelle, écologique ET où les 2 parties du couple peuvent s’investir… Cette merveille s’appelle la méthode symptothermique et est aussi fiable que la pilule. Cette méthode nécessite un apprentissage et accompagnement mais est absolument passionnante. Je vous conseille de vous renseigner et si vous en faites une BD ça serait génial!! Bonne soirée !

    J'aime

Les commentaires insultants, méprisants et/ou paternalistes seront modérés ! Merci ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s