27 réflexions sur “Un p’tit coup de main

  1. Bonjour,

    est il possible que vous communiquiez le lien de la pétition en clair? et non simplement un lien vers un raccourcisseur d’url.
    merci d’avance 🙂

    J'aime

  2. Vraiment triste en effet… Il me semble pourtant avoir vu passer une « pub » pour ces manuels pour ados dans le tout dernier Causette par contre…

    J'aime

    1. +1
      Vu dans le dernier Causette. Ca avait l’air bien (couverture) à première vue.
      En pratique, c’est prendre les ados pour des quiches…

      J'aime

  3. Quelle horreur !! Sur votre photo, il n’y a pas que la partie sur les seins qui est à gerber. On y retrouve tous les clichés sur le « féminin »: faire les boutiques, piquer les chaussures à talons de maman, se maquiller. C’est vraiment destiné aux petites filles de 9 ans ????

    Aimé par 1 personne

  4. Signé, partagé et je vais en parler autour de moi !
    Et essayer de déchirer des exemplaires en lousdé à la fnac si j’en croise.

    J'aime

  5. dingue..et l’equivalent pour les garcons de 9 ans?  » tu vas regarder youporn sur le portable de ton Papa ? « 

    J'aime

  6. Il est possible de faire encore publier ces écrits après la forte dénonciation des aggressions sexuelles en 2017 ?
    De même, je ne comprends pas qu’on pousse des filles de 9 ans à se maquiller ! Pour les grandes occasions, pourquoi pas mais tous les jours ? Je déconseillerai avant 14/15ans.

    J'aime

  7. Tiens, l’histoire se répète.
    Un certain « Pleix » avait fait une vidéo parodique « beauty kit for little girls ».
    Je vous laisse apprécier:

    J'aime

  8. Au passage,
    dans ma jeunesse (90′), il y avait une BD pas mal sur la puberté et la sexualité (la sexualité de l’adolescent:
    http://www.moloch-auteur.com/les-parutions/la-sexualite-de-ladolescent/
    ).
    On y apprenait entre autre:
    – que le sida concernait tout le monde (pas seulement « les PDs et les drogués ») et que la capote était le seul barrage efficace. Comme pour beaucoup de MST.
    – que la puberté c’est les seins qui grossissent, les aisselles qui puent, les cheveux gras, bref, que la fé.e puberté était un.e enfoiré.e. mais qu’il fallait faire avec.
    – que le sexe c’était cool si c’était voulu des deux cotés, avec douceur.
    – qu’être homo ou hétéro on s’en fichait.
    – que la taille des organes sexuels (sexe, mais aussi seins, barbe, etc) était variables mais qu’en moyenne tout le monde y trouvait son compte.
    – etc.

    Plutôt que de pondre des âneries toutes neuves, Milan ferait bien de s’inspirer des classiques qui ont fait leur preuves.

    J'aime

  9. INTERDIRE INTERDIRE INTERDIRE !
    Je suis atterré. Plus de 140.000 signatures pour réclamer l’interdiction d’un livre jeunesse sur la puberté. 😦 140.000 personnes l’ont lu ? Non, évidemment. Ils ont juste vu un post avec quelques gros plans.
    Et vous, Emma, vous l’avez lu ?

    Ce que ces gros plans oublient de préciser, c’est qu’ils font partie de double-pages consacrées aux différents avis des quatre personnages du livre sur la même question. Or elles ont toutes leur personnalité et leurs centres d’intérêt, donc une façon différente de voir les choses.

    Alors on interdit parce que le point de vue cliché sexiste est évoqué et représenté ? On va interdire Notre-Dame de Paris d’Hugo parce que Frollo dit et fait des saloperies ?
    Si un livre est mauvais ou ne correspond pas à vos opinions, on ne le lit pas, point. Et si on n’est pas capable de faire la différence entre l’auteur et ce qu’il fait dire à ses personnages, on retourne à l’école.

    Des gens de mon entourage, que j’estime, intelligents, cultivés, font circuler cette pétition réclamant un autodafé. Change.org, qui collecte les signatures (et les adresses mail) se régale. Pourquoi cela ? Se donner à bon compte une conscience féministe ? Si c’est cela, ce n’est pas servir cette cause que foncer tête baissée sur le moindre chiffon rouge agité. Un peu de discernement par pitié.

    J’ai l’impression d’assister à la scène de la sorcière de Sacré Graal.
    Pour un avis plus circonstancié, lisez plutôt l’article en lien. Et arrêtez de réclamer de la censure.
    http://www.madmoizelle.com/on-a-chope-la-puberte-polemique-…

    J'aime

  10. Complètement dans l’air du temps .De plus ,ça me semble être une riposte à la lutte féministe actuelle contre le harcèlement sexuel.
    Mettre sexiste au marker sur la couverture de ces merdes ,sans soucis mais attention de pas de se faire prendre car c’est de l’activisme et les activistes sont indésirables dans l’ordre patriarcale et capitaliste .Toujours faire ça à deux .Jamais en solo .

    J'aime

  11. C’est triste de s’afficher progressiste en réclamant le retrait de discours contraires à ses convictions. Triste de se dire démocratique et proche des opprimés en légitimant l’action d’une minorité qui façonne le monde à sa façon juste parce qu’elle gueule plus fort que la masse. Triste d’être pour l’émancipation en utilisant des outils (censure) qui ont toujours été au service du puritanisme. Triste surtout de ne pas voir que la liberté qui vous permet, en tant qu’autrice, de publier, est indissociable de celle qui permet à votre consoeur ou confrère de le faire aussi.

    Je n’ose pas imaginer ce que vous auriez dit si c’est votre livre qui avait été retiré à cause d’une pétition signée par 150.000 personnes dont 90% n’auraient lu que les pages bien choisies par vos détracteurs.

    Je me suis souvent dit que les réseaux sociaux n’étaient pas pour moi : défouloirs à frustrations et machine à fabriquer des procès d’intention de par la concision imposée qui empêche d’argumenter et d’apprécier un débat. Alors que leur effet se concrétise de plus en plus dans le monde physique, comme ici, et que la tendance s’amplifie, je commence à avoir peur. Pas pour ma personne, mais pour mon libre arbitre, mon jugement, peur de l’effet de meute qui un jour peut-être me rendra aigri moi aussi, alimenté par l’énergie inépuisable qui pousse tous ces cinglés à se mépriser en permanence. Peut-être que moi aussi, ma seule gratification viendra du nombre de gens que j’aurai fait taire, rabaissés, humiliés, avec un simple clic de souris, sans que le monde en soit meilleur pour autant. Ou peut-être que je serai blasé, que j’accepterai toutes les ignominies sans broncher, parce que ma plus grande crainte sera qu’une grande gueule ne me désigne comme ennemi en me voyant douter ou trop tiède. Ce jour-là, soyez sympas, mettez-moi un bon coup de pied aux fesses.

    Qu’est-ce que je fais là, vous me direz ? Bonne question…

    J'aime

  12. La pétition pour empêcher un livre, c’est dur, quand même ! Sans invoquer Ray Bradbury ou les autodafés religieux ou politiques, ça fait peur. D’habitude ce sont les « méchants » qui font ça, les assoces catho tradi, etc…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.