4 réflexions sur “Premier baiser

  1. Il faut arrêter de croire que demander ça le moment, au contraire dire « J’ai envie de t’embrasser/te serrer contre moi/faire « ça » avec » pour inciter l’autre a exprimer clairement son consentement (ou son refus) peut-être très sexy, il faut le rentrer dans le crâne des gens 😉

    J'aime

  2. Avec le recul , je déplore que la communication sur nos sentiments ou désirs ne soit pas plus aidée pour les ados car parfois c’est 10 ans de solitude non souhaitée à l’âge qui serait soit disant le plus bel âge de la vie. A mon avis les conduites à risques de certains ados peuvent s’expliquer par la tentative de combler leur solitude affective par des sensations fortes .

    J'aime

  3. Très pertinent comme sujet… 😉

    C’est en effet pas toujours évident de savoir comment s’y prendre, alors si on témoigne de ce qui nous a plu, ça peut peut-être en effet contribuer à changer la donne !

    Le consentement peut être confirmé oralement, mais à mes yeux ce n’est pas l’unique façon : frôler la main de l’autre pour exprimer son désir, et, si l’autre n’a pas retiré sa main trop hâtivement, lui prendre et voir si elle la laisse, ça permet d’indiquer si le désir est réciproque, je trouve.

    Et c’est peut-être plus facile comme approche, car verbaliser les choses peut être déstabilisant pour l’un comme pour l’autre si on est intimidé, à mon sens.

    Dans tous les cas, toucher la main de quelqu’un me parait bien plus respectueux et franc que de toucher une quelconque autre partie du corps « par accident » (la taille, le dos, le genou…) en espérant créer un climat d’intimité, sans consentement pour le coup.

    Comme souligné habilement dans cette BD, en fait toute la magie se construit dans les moments qui précèdent, dans l’écoute et l’attention porté à l’autre, la complicité des regards échangés, les sourires charmeurs, le ton doux et chaleureux de la voix…

    Un homme qui, au lieu de se centrer sur lui et son propre besoin de plaire, d’impressionner ou d’être accepté, focalise toute son attention sur l’autre à la place, pour savoir ce dont elle a besoin, ce dont elle a envie, mais aussi ce qu’elle ne préférerait pas, ça se sent et ça fait beaucoup de bien.

    Beaucoup de bien en effet d’être perçu comme un sujet qui ressent et non pas juste un objet de désir, ça ne laisse donc pas indifférente. Et en cas de refus, on pourra au moins garder de l’estime pour l’autre. 🙂

    J'aime

Les commentaires insultants, méprisants et/ou paternalistes seront modérés ! Merci ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s