Le pouvoir de l’amour

Salut à toutes et tous, en ces temps confinés j’ai pensé vous mettre à disposition cette histoire inédite de mon tome 3 « La charge émotionnelle ».

Je souhaite plein de courage à toutes celles et ceux qui galèrent, qu’on soit obligé·es d’aller travailler, par la nécessité ou par nos patrons, ou qu’on soit confiné·es seul·es ou avec des petits à gérer.

Coeurs et courage sur vous ❤

 

Travail émotionnel_001Travail émotionnel_002Travail émotionnel_003Travail émotionnel_004Travail émotionnel_005Travail émotionnel_006Travail émotionnel_007Travail émotionnel_008Travail émotionnel_009Travail émotionnel_010

Travail émotionnel_011
http://globaldialogue.isa-sociology.org/emotional-labor-around-the-world-an-interview-with-arlie-hochschild/

Travail émotionnel_012Travail émotionnel_013Travail émotionnel_014Travail émotionnel_015Travail émotionnel_016Travail émotionnel_017Travail émotionnel_018Travail émotionnel_019Travail émotionnel_020Travail émotionnel_021

Travail émotionnel_022
https://www.ifop.com/publication/les-francaises-et-lorgasme/

Travail émotionnel_023Travail émotionnel_024Travail émotionnel_025Travail émotionnel_026Travail émotionnel_027Travail émotionnel_028Travail émotionnel_029Travail émotionnel_030

Travail émotionnel_031
https://www.abebooks.fr/9789176681169/Love-power-political-interests-theory-9176681165/plp

Travail émotionnel_032Travail émotionnel_033

Travail émotionnel_034
http://www.editions-rackham.com/produit/les-sentiments-du-prince-charles/

Travail émotionnel_035

Travail émotionnel_036
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29149503
Travail émotionnel_037
https://www.cairn.info/revue-gerontologie-et-societe1-2007-2-page-163.htm

Travail émotionnel_038Travail émotionnel_039Travail émotionnel_040Travail émotionnel_041Travail émotionnel_042Travail émotionnel_043Travail émotionnel_044

Travail émotionnel_045
https://www.huffpost.com/entry/why-women-are-tired-the-p_b_9619732 https://www.theguardian.com/world/2015/nov/08/women-gender-roles-sexism-emotional-labor-feminism https://antisexisme.net/2016/02/21/impuissance-05/

104 réflexions sur “Le pouvoir de l’amour

  1. Merci pour ce magnifique résumé de situation!! « …engrosse sa servante et la charge de s’occuper de sa femme malade » m’a vraiment bien fait rire! C’était le pompon!! Et qui était donc ce grand homme?

    Aimé par 1 personne

    1. Le grand homme, c’est Karl Marx. Et l’autre génie, c’est Albert Einstein, qui, non seulement a exigé de sa compagne? Mileva Maric, qu’elle donne à l’adoption un enfant illégitime qu’ils avaient eu avant de se marier mais l’a ensuite abandonnée avec deux enfants, dont un était schizophrène et dont il n’a jamais pris la moindre nouvelle.

      Aimé par 1 personne

  2. C’est marrant (ou consternant selon le degré de rancune que l’on entretient). Avant de lire votre ouvrage, j’avais l’impression d’être un compagnon plutôt à l’écoute. Mais je me suis malheureusement reconnu dans quasiment toutes les situations que vous évoquez. À notre décharge, nous les mecs, devons beaucoup de ces stéréotypes affligeants aux siècles de domination masculine qui nous précèdent. J’étais directeur d’école et mon épouse est secrétaire d’accueil social. Je passais mon temps à lui dire que j’étais appelé à l’extérieur parce que j’avais des « responsabilités » qu’elle n’avait pas comme si celles qu’elle avait « à l’intérieur » étaient moins importantes. Alors qu’elle avait la charge de notre enfant, de son travail, et de l’entretien global de notre cadre de vie (que l’on peut renommer sans exagérer notre bonheur) malgré toute la bonne volonté que je ne manquais pas d’y mettre au (peu de) quotidien que nous partagions. Maintenant que je suis retraité depuis 3 ans (elle a encore 4 ans à faire) et que je m’applique à lui rendre la vie la plus douce possible, je m’aperçois que je ne serais jamais à la hauteur pour plusieurs raisons. D’abord notre enfant n’est plus à notre « charge »depuis longtemps, ensuite parce que ce que vous décrivez est une réalité tellement ancrée dans nos comportements, que même avec beaucoup de conscience, le naturel revient au galop, je m’en aperçois quasi tous les jours. De plus, toute cette sollicitude, cette attention, cette empathie, cette bienveillance dont nos compagnes font preuve et que vous appelez dans votre titre le Pouvoir de L’Amour est aussi le résultat le siècles de conditionnement contre lequel il est aussi assez difficile de lutter. C’est tout l’intérêt de votre ouvrage qui met des mots et des images sur nos « petit travers » (ou « graves dysfonctionnements » selon son niveau souffrance).
    Quant à l’effet sur notre libido masculine et hétéro du statut de la femme de sa vie qui se métamorphose de celui d’une insouciante partenaire sexuelle et intellectuelle toute tournée vers notre (un ?) plaisir égoïste (partagé ?) du corps et de l’esprit en celui de la compagne attentive de ses vieux jours, en passant par celui de mère de ses enfants, de mère de substitution quand on s’éloigne de la sienne, de meilleure amie quand la tendresse remplace insidieusement le goût du jeu, il y aurait beaucoup à écrire mais peut-être l’avez-vous déjà traité dans vos autres ouvrages que, je l’avoue, je n’ai pas eu le plaisir de parcourir à ce jour. Mais rien n’est perdu !
    En tout cas, merci pour votre justesse de vue et pour cette objectivité quasi anti féministe dans ce qu’elles ont de tellement liées à notre réalité, à notre vérité.
    En souhaitant que vous preniez cette dernière saillie pour un compliment, je vous souhaite une poursuite artistique brillante.
    Gérard

    Aimé par 2 personnes

    1. En fait, Gérard, retourne chez toi epousseter tes meubles avec ta fierté d’homme si généreux, si tu n’es même pas capable de comprendre ce qu’est le féminisme et qu’en +tu te dises que tu apportes que chose en partageant ton opinion. Le féminisme c’est justement de s’intéresser aux réalités de nos vécus.
      Emma, tu nous expliques les choses manque ton blog avec tellement de pédagogie et de générosité. Et je suis bien AGACÉE et FATIGUÉE que des gens comme toi Gérard viennent me gâcher ce chouette moment de lecture, parce que je me serais malheureusement égarée dans les commentaires.
      Merci Emma, j’ai beaucoup appris et me suis sentie confirmée dans plein de trucs avec cette BD!

      Aimé par 1 personne

  3. Hey Emma, merci infiniment pour ton travail. J’ai découvert toutes ces notions de charge mentale et charge émotionnelle en lisant tes BDs. Maintenant ça me semble être des concepts limpides et omniprésents, je ne sais pas comment je n’ai pas pu m’en rendre compte avant ! Je m’estime chanceuse d’en être consciente jeune, afin d’éviter un max de me retrouver coincée là-dedans, dans des relations de couple ou autres. Bref, merci encore et bravo 🙂 J’ai également une suggestion, au cas où tu n’en aurais pas encore parlé: est-ce que ça te dirait de te pencher sur la charge esthétique? C’est un sujet qui me semble important et encore un peu difficile à comprendre (pour ma part en tous cas). Bisous 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Merci pour votre travail ! J’en avais déjà entendu parlé, en bien, et là je prends vraiment le temps de parcourir le blog, et je trouve ça excellent et très utile.

    J’espère que beaucoup d’autres personnes pourront aussi apprendre comment mieux fonctionner grâce à vous

    Mathieu

    Aimé par 1 personne

    1. Le beurre de cacahouète est un exemple : la femme voit un produit inhabituel en rayon, elle pense à le prendre car elle sait que ça fera plaisir à son compagnon.

      J'aime

  5. Bonjour et merci pour ce beau travail!
    Une petite remarque : je dois dire que je me reconnais bien dans tout cela, à part le fait que… je suis un mec (ces situations sont fréquentes dans le couple en effet, vont malheureusement souvent dans le sens femme –> homme… mais pas toujours).
    Bravo!

    J'aime

  6. On oublie aussi les femmes de prisonniers.
    Mais c’est tellement vrai. J’ai tellement été critiquée par d’autres femmes pour avoir été comme ça alors qu’elles le faisaient également

    J'aime

  7. Je vous remercie pour cette œuvre encore une fois très intéressante.

    Je voulais toutefois revenir sur une notion dont je me suis demandé si elle était juste. Vous parlez de « répartition du travail émotionnel ». Est-ce vraiment une question de répartition ? L’idée de répartition suggère que quand l’un prend en charge une partie de ce travail, l’autre s’en voit déchargé. Mais est-ce vraiment comme ça que cela se passe ?

    Il me semble plutôt pour que vous plaidiez pour que les hommes investissent davantage le « travail émotionnel », mais au final, je ne suis pas sûr que ça décharge les femmes d’une quelconque charge (Si votre conjoint fait preuve de cette attention pour autrui, vous ne ferez pas moins attention à autrui).

    Ceci étant dit, je souscris totalement à l’idée qu’il y a un intérêt, en particulier pour les femmes (mais aussi pour les hommes comme vous le soulignez) à ce que leurs conjoints fassent plus attention que ça soit à elles, aux enfants ou, plus généralement aux autres.

    Je crois que cela est plus généralement lié au fait que les hommes sont socialisés à ne pas exprimer leurs émotions : avoir de l’empathie pour autrui, être attentif à ce qu’il ressent, quelque part ça ne serait pas être un « vrai homme ».

    Au plaisir de vous lire, en réponse, ou sur votre prochaine œuvre.

    Aimé par 1 personne

  8. Merci Emma pour cet article tellement vrai! C’est très généreux de votre part de proposer mieux répartir la charge émotionnelle. Moi j’ai finalement opté pour l’inverse dans mon couple : car plutôt d’attendre que l’autre change, je me suis changée moi.

    J’ai bcp de chance avec mon mari qui s’occupe des enfants et des tâches domestiques, cuisine comprise, à 50%. Mais lorsqu’il cuisinait, je mettais la table, lui jamais, je ne le fais plus. Je prenais un jour de congé qd sa mère venait chez nous, lui jamais, je ne le fais plus. Je ne lui achète jamais de vêtements, ne lui rappelle jamais les anniversaires de sa famille et ne lui envoie jamais de SMS au boulot. Je me sens plus en accord avec moi-même ainsi car j’avais l’impression de donner sans recevoir. Mais à la lecture de votre article, je vois bien que l’inverse aurait été bien plus agréable qd même …

    J'aime

    1. Patricia , je me reconnais en vous. Lorsque mon mari cuisine, tout est sal, il pose le plat sur la table et il manque toujours fourchette et couteau ect… il nettoie jamais rien. C’est moi qui débarrasse et nettoie son bordel. Quand c’est moi qui cuisine, il a juste a mettre les pieds sous la table.
      Faire une quelquonques tâche pour mes parents C’est impensable pour lui alors que moi j’ai tellement fait pour les siens. Le pire c’est que tout ce que je fais n’est pas grand chose selon lui. Quand une année il oublie mon anniversaire, moi je fais pareil pour le sien.
      Alors aujourd’hui j’ai changé mais malheureusement parfois j’oublie et mon conditionnement de femme refait surface. Je n’arrive pas à me défaire de ce conditionnment.

      J'aime

  9. Bonjour Emma,

    Merci d’avoir mis à notre disposition ce passage de ton ouvrage. Je ne serais sans doute pas originale, mais je me lance: il est pédagogue, déculpabilisant et une nouvelle source d’astuce pour mettre en image ce que l’on vit en tant que femme dans notre quotidien, à nos hommes.

    Pour ma part, j’ai beau me voir comme une personne féministe et oeuvrer au quotidien pour trouver de l’égalité, de l’équilibre et de la justesse dans mon couple, je me suis retrouvée dans chacune des situations décrites.

    Merci pour ce moment déculpabilisant au cours duquel j’ai pu comprendre la baisse de ma libido… Je sais aujourd’hui, que ce n’est pas uniquement de mon fait.

    Egalement, ton livre, la façon dont il est écrits, les situations mises en images sont très parlante pour le faire lire à mon conjoint et qu’il comprenne vers quoi je tends.

    Pour finir, Merci aux quelques hommes qui ont eu le courage de partager leur point de vue. Cela montre tout de même que la culture dans laquelle nous sommes installés et ce dont nous retenons de notre histoire vient Excuser les comportements sexistes, les actes du quotidien et la charge émotionnelle des femmes. Je suis contente que ton oeuvre leur permette d’entrevoir ne serait-ce qu’un dixième de notre réalité. Mais plutôt que de rechercher des excuses, serait-ce possible de reconnaître les faits et de chercher des moyens pour nous améliorer ?

    Merci Emma.

    J'aime

  10. Un vrai changement passe obligatoirement par l’éducation des garçons. Il faut les guider pour qu’ils apprivoisent leur propre sensibilité, leur capacité d’empathie en planifiant des activités plus appropriées à cet apprentissage.

    J'aime

  11. Bonjour, j’ai du mal à comprendre le principe du terme Hétérosexuel dans cet BD, les problèmes abordés ici sont des problèmes de couple me semble t’il pas forcément des problèmes hommes/femmes?

    J'aime

  12. Je crois que je ne suis pas entièrement d’accord – même si sur le fond, l’histoire des hommes « taiseux qui oublient les fêtes » et les femmes très smalltalk et plein d’attentions… Se vérifie assez dans ma famille. Mon frère/père est un peu comme moi (on n’est pas gêné par nos silences, et on ne se gêne pas pour débattre violemment) ; ma soeur et ma mère son beaucoup plus dans… Hé. Le pouvoir de l’amour ? – Et éviter les conflits/débats trop chauds, a remplir les silences…

    Mon image de ma relation idéale, c’est celle qui marche sur l’écoute/compréhension des deux côtés, malheureusement ce n’est pas ce que je vois dans ma famille.

    Entre ma mère et mon père – j’ai l’impression de voir ma mère le bombarder de smalltalk et d’attentions, tandis que je me vois et mon père… Ne pas y répondre ? Et jour après jour, c’est pareil. Ce n’est pas équilibré. Pour personne.
    Si une seule personne parle, certes ça veut dire qu’elle n’est pas trop écouté mais aussi… Que la personne qui parle sans cesse n’écoute pas les autres ? Si elle est sans cesse la seule à fêter des anniversaires, peut-être qu’ils ne veulent pas qu’on fête le leur ? Si elle veut le sien, alors oui, il faut le fêter ; mais elle ne devrait pas se sacrifier pour les autres, surtout si ce sacrifice n’amène que de la peine pour elle-même et un agacement pincé de l’autre.

    Chacun est différent; on devrait s’adapter, pas perseverer dans le cliché de la famille heureuse et se force à fonctionner sur « positiver et se forcer à sourire et à accepter tout » tout le temps. C’est OK de faire la gueule. C’est OK de ne plus être compatible. C’est OK de se séparer quelques temps pour recoller les morceaux ou pas ensuite. Je pense.

    N’être que celui qui donne ou n’être que celui qui reçoit, dans tous les cas, c’est forcément de la souffrance, et des deux côtés. Pour moi une relation tient parfaitement debout qu’elle soit fusionnelle ou relativement distante, tant que ça va pour les deux. Je connais des couples qui n’habitent pas ensemble et qui se font une bouffe une fois par semaine ; je trouve ça super cool de s’autoriser ce genre de vie hors des cannons du couple dormant dans le même lit tous les soirs et partageant tous les repas *forcément*. Le côté fusionnel, amah, rend aveugle et crée des habitudes malsaines. Je vois ça chez papa/maman du moins. Mais j’ai l’impression qu’ils ont trop peur de se séparer pour entendre « vous pourriez être moins fusionnels, ça fait 30 ans que vous êtes toujours ensemble, vous avez le droit d’avoir changé et d’explorer ailleurs ».

    Amh. Mais là j’ai vaaaachement dérivé. Ce que je voulais dire je crois c’est que… Le pouvoir de l’amour pour moi, c’est le pouvoir de comprendre l’autre et de se faire comprendre de l’autre. L’un et l’autre. Si l’amour c’est donner, je ne suis pas d’accord. L’amour c’est donner et recevoir autant. Donner sans rien recevoir, c’est de la tragédie grecque et c’est just triste et du gâchis. 😦

    J'aime

Les commentaires insultants, méprisants et/ou paternalistes seront modérés ! Merci ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s