111 réflexions sur “Les vacances

    1. Bonjour,
      Le fait qu’avoir un enfant soit un choix ou non ne change pas grand-chose au problème. Quand Emma dit « imposez à un être humain […] », je l’ai compris comme « si n’importe quel être humain endurait cela une fois dans sa vie […] alors il le vivrait comme une torture. » Elle n’a jamais voulu dire – je pense – qu’enfanter était un ordre. Mais que c’était une épreuve qui pouvait être douloureuse, mal prise en charge, mal encadrée et très éprouvante dans un trop grand pourcentage de cas dans ce pays.
      Qui plus est…Je ne vois pas vraiment l’utilité de ne souligner que ce morceau de phrase dans toute la BD. Parce que vu comme ça, on pourrait comprendre votre commentaire comme un « puisque ça n’est pas imposé et que c’est un choix, alors la souffrance, le manque de préoccupation autour de ce sujet et les équipements mal adaptés sont justifiés. » En d’autres termes : « puisque vous savez que ce genre de scénario peut se produire, n’ayez pas d’enfant. Sinon, vous n’avez pas le droit de vous plaindre : c’était votre choix, après tout. »
      Comprenez bien que je ne cherche pas à vous faire dire ces phrases…Mais je vous précise que votre message peut être compris comme tel. Pour moi : choix ou pas choix n’ont pas voix au chapitre ici. Ces conditions de prise en charge de l’accouchement ne sont pas acceptables. Pourquoi ? Parce qu’avoir un enfant ne devrait jamais être un moment aussi épuisant pour la mère et aussi négligé par les institutions. C’est simple. Et faire intervenir le choix impliquerait d’intérioriser cette souffrance comme « normale » parce que liée au choix.
      Toutes mes excuses pour le pavé…

      Aimé par 1 personne

    2. Bonjour,

      Je viens offrir un peu d’espoir à la suite de cette BD témoignage qui, en effet est alarmante.

      J’ai accouchée de mon premier bébé il y a maintenant 15mois et… C’était parfait. Bon certes toujours tous ces trucs de l’accouchement, douleurs trucs et bidules… Mais l’hôpital a été parfait. Je m’explique.

      Le projet de naissance avait été fait 1 mois avant et tout le monde à suivit les instructions comme si c’était tout naturel, et pourtant tout n’était pas évident. Tout le monde a suivit mon rythme et mes désirs et ont pris soin du papa avec autant de prévenance. Après quoi, pendant mon séjour qui a duré 5 journées complètes parce que je ne me sentais pas de rentrer tout de suite (oui… juste parce que je n’étais pas prête à rentrer dans ma tête je pouvais rester). Le papa a dormi dans la chambre toutes les nuits sur son lit (+8€/nuit petit dej inclu…) et si besoin les sages femmes proposaient de le prendre la nuit pour nous soulager TOUS LES DEUX. On a eu deux séances de bain, un pour moi et un pour le papa, pour que tous les deux on apprenne à le faire chacun son tour.

      Je suis sortie de là sereine… Et ce n’est pas finit… A mon retour à la maison, je n’étais pas seule, la sage-femme est passée dès le lendemain de ma sortie et à transmis le dossier à la PMI qui venait deux fois par semaines ou dès que j’en avais besoin à mon domicile (hors soir et week end quand même faut pas non plus abuser de leur gentillesse).

      J’ai accouché à l’hôpital de Castres, ce n’est pas une grande ville, mais les conditions sont totalement différentes avec ce qui semble se passer ailleurs… Tout s’est passé paisiblement malgré le fait que mon fils ne savait pas téter à la naissance et a eu des coliques à effrayer le médecin.

      PS : D’ailleurs c’est la PMI qui a trouvé la place en crèche pour mon fils puisqu’il avait besoin de sociabiliser alors que j’étais partie pour le garder moi même les premiers temps.

      Voila, j’espère que mon témoignage aura pu au moins vous donner un peu d’espoir en la capacité des choses à changer, et la possibilité de mieux vivre pour tout le monde.

      Bisous et bon courage, j’adore toujours autant vos BD.

      J'aime

      1. Bonjour Lia, je comprends que ça te fasse plaisir de raconter ton expérience. Nous savons toutes que d’autres femmes ont eu plus de chance que nous. Cela ne change rien au fait que nous existons, que notre souffrance et notre expérience sont réelles, et qu’il y a une lutte à mener.
        Personnellement je n’ai pas subi d’épisiotomie, je ne vais pas sur les forums de celles qui en ont eu pour leur dire que moi, ça va 😉

        Ton récit ne me donne pas d’espoir, il me fait juste rager de plus belle car beaucoup n’ont pas eu cette chance et je continuerai de me battre pour que plus personne ne vive ça et que les mères soient toutenues tout le temps, partout. Avec la politique menée actuellement dans les hôpitaux, c’est tout l’inverse qui va se passer malheureusement.

        J'aime

Les commentaires insultants, méprisants et/ou paternalistes seront modérés ! Merci ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s