Le RIC peut-il nous sauver ?

Une réflexion en tout révolutionnarité sur l’actualité du moment 🙂

Merci aux copaines qui m’ont aidée à me faire un avis !

Quelques articles pour aller plus loin

https://www.convergencesrevolutionnaires.org/Leur-peur-bleue-du-jaune

https://www.revolutionpermanente.fr/Le-Referendum-d-Initiative-Citoyenne-une-fausse-bonne-idee

https://larotative.info/le-piege-du-referendum-d-3095.html?fbclid=IwAR2aKGe4UJeerWh4089h7ZSlbmao9hPARdkQTEkq5rQ98apkkoPG8sTOUfg

RIC_001RIC_002RIC_003RIC_004RIC_005RIC_006RIC_007RIC_008RIC_009RIC_010RIC_011

RIC_012
https://www.lepoint.fr/europe/de-plus-en-plus-de-suisses-sous-le-seuil-de-pauvrete-15-09-2018-2251460_2626.php

RIC_013RIC_014RIC_015RIC_016RIC_017RIC_018RIC_019RIC_020RIC_021RIC_022RIC_023

41 réflexions sur “Le RIC peut-il nous sauver ?

  1. Le probleme, c’est qu’il y a surtout des hommes parmis les GJ. Dont certains particulierement aggressifs, qui polluent le debat public. Ils intoxiquent tellement le rapport citoyen, republicain et feminin- beaucoup de violence inutile. Cela nuit a une representation egalitaire. Sans parler de la repression policiere qui brutalisent sans hesiter les citoyens et intimident les femmes en tenant des propos outranciers, les invitant a ‘retourner a la maison’.

    J'aime

    1. C’est faux, il y a environ 40 % de femmes parmi les GJ, un chiffre qui n’a jamais été aussi élevé en manifestation ! C’est sur que dans les médias, on voit beaucoup plus d’hommes parmi les GJ, encore une preuve de l’invisibilisation des femmes, et c’est ça qui nuit à une représentation égalitaire…
      Concernant la répression policière qui intimide les femmes à coup « d’arguments » sexistes… Franchement on les subis déjà tous ces propos, je pense qu’on est passées au dessus de ça, quand 40 % des GJ donc les femmes s’organisent pour pouvoir manifester (notamment pour les gardes d’enfant, elles se relaient (on se demande comment font les pères de famille pour être si nombreux à pouvoir manifester sans se préoccuper de ces question…), trouvent des solutions ensemble, ETC.) et sont solidaires entre elles et déterminées, je ne crois que les propos sexistes des policiers contribuent à faire baisser le nombre de femmes GJ, au contraire même !

      J'aime

      1. Plus de femmes chez les gilets jaunes que dans les manifs syndicales ? Ça doit dépendre des endroits, parce que par chez moi ce n’est pas ce que je constate. Parmi les gilets jaunes, une forte majorité d’hommes, c’est plus équilibré dans les manifs syndicales.
        J’ai vu J’veux du Soleil de Ruffin, j’ai compté le nombre de femmes/hommes, (facile à compter dans le générique), et bien il y avait une large majorité d’hommes, de mémoire 2/3-1/3.

        J'aime

    1. Pour précision, c’est une démocratie semi directe (ils ne votent pas toutes leurs lois et ont quand même leur représentant), et ils votent tous les trois mois.
      Ils peuvent fonder leur avis sur le courrier officiel qui est transmis à chaque citoyen avec à l’intérieur la description et la portée du/des sujets , les positions favorables et défavorables, les consignes des différents partis… C’est sûr que ça prend un peu de temps à lire, mais si on est pas prêt à lire trois documents recto verso tous les trois mois, on n’est pas prêt pour reprendre notre rôle de citoyen.

      J'aime

      1. Je voulais faire encore une précision par rapport au nombre d’abstention. En Suisse, à ma connaissance, il ne faut pas s’inscrire sur des listes électorales pour recevoir pouvoir voter. Donc si le chiffre est élevé (50% d’après toi, Emma), il est représentatif de beaucoup plus de la population contrairement à la France. (ça ne fait pas forcément que je sois pour ce système, c’est juste pour donner une précision!)
        Petite parenthèse pour les ressortissant.e.s genevois.e.s, s’il-vous-plaît rejetez la loi sur la laïcité! Que l’islamophobie et le sexisme ne soit pas inscrits dans la loi!
        Bonne soirée,
        tim

        J'aime

  2. Bonsoir Emma! Tout d’abord je tiens à te remercier pour l’ensemble de ton travail qui me donne au quotidien la force de me battre et qui me donne l’espoir d’assister un jour à une transformation bénéfique de notre société. Je tiens également à te dire que je partage entièrement ton avis sur ce fameux référendum… Cette proposition est selon moi une fausse bonne idée, une illusion de pouvoir proposée aux plus naïfs. Je suis intimement convaincue que la parole du peuple ne sera jamais réellement prise en compte tant que le pouvoir sera détenu par une poignée de personnes qui trouvent trop d’intérêt à la conservation de notre système politique. Je pense que l’on peut comparer cette lutte à celle de l’égalité des sexes, dans de nombreux cas (non je ne mets pas tous les hommes dans le même panier) les hommes ne se sentent pas concernés ou se placent volontairement en tant qu’obstacles car les discriminations envers les femmes leur confèrent une situation avantageuse. Enfin… Gardons espoir! Je te souhaite plein de bonnes choses!

    J'aime

  3. Le principal problème des gilets jaunes vient quand même de l’hétérogénéité du mouvement. C’est parti sur « l’essence est trop cher à cause des taxes ». On rassemble tous les « pas contents » et « on en a gros » et ça fait du monde. Puis, il a fallu commencer à se structurer. Et là, les gens sur le rond points se rendent compte qu’un mélenchonniste cotoie un lepeniste et un amoniste. Du coup, chaque rond point devient une chapelle qui revendique des choses différentes. Pas facile de dire que le combat est contre macron avec quelqu‘un qui ne parle que du pacte de Marakech et du grand remplacement ! Au final, le RIC sort un peu de nulle part, une tentative de prolonger le mouvement alors que la plupart des gens du début son retournés à leur petite vie en attendant les fêtes. Sans la mobilisation du 17 novembre, les quelques rond-points encore occupés ne feraient pas la une.
    Et pour en revenir au RIC, ce qu’on voit en Suisse, c’est qu’il est surtout utilisé par l’extrème droite qui a bien compris le moyen de dévoyer son utilisation pour faire passer des messages. Le vote pour les minarets est un bon exemple. Personne ne veut de minarets de 30m de haut avec un muezzin qui appelle à la prière, même pas les musulmans suisses. Mais en faisant un votation sur ce sujet qui, bien sûr, valide leur interdiction, on passe le message que les musulmans ne sont pas les bienvenus et qu’ils essayent d’imposer leur religion puisqu’ils voudraient construire des minarets. Et ils ont passés toute la compagne à se défendre sur le sujet, alros qu’ils n’ont jamais demandé ça.

    J'aime

    1. « Et là, les gens sur le rond points se rendent compte qu’un mélenchonniste cotoie un lepeniste et un amoniste. »
      Peut-être faut il chercher le point commun entre un mélenchonniste, un lepeniste (tendance fifille) et un amoniste? Un indice: ils sont fauchés. Cf point commun entre SA et spartakistes. Et extermination de la SA par la SS.

      J'aime

  4. Toujours aussi pertinente et marrante ,Emma .

    Le RIC c’est de l’enfumage .Suffit de regarder ailleurs ,en Suisse comme il est dit par exemple .
    C’est la caste politique ,cette nouvelle noblesse qu’il faut dégager . Le moindre élu est un petit macron ,un petit monarque qui vous regarde de haut !
    Toutes et tous ont un discours proflics parce qu’ illes ont besoin de leur police et de leur justice pour se protéger.Cette police qui crève les yeux à coup de Flash ball ,arrache les pieds et les mains à coup de GLI-F4 grenade interdite dans tous les pays d’Europe excepté la France .
    Un jeune majeur de Mantes la jolie vient de prendre 6 mois fermes alors que Sarkosy avec toutes ses casseroles au cul est la plupart du temps en vacances au Maroc qui comme chacun.e sait est une super démocratie .
    Comme ça « chauffe »socialement parlant, Macron l’appelle en tant que conseiller .C’est vrai qu’en matière de maintient de l’ordre il s’y connait ! C’est grâce à lui que les « chiens de garde » sont équipé du Flashball LBD40 qui crève les yeux !
    De toute façon les violences policière en France ne datent pas d’hier.C’est assez culturel
    Paris le 17 oct 1961 des centaines de manifestants jetés dans la Seine par la police républicaine alors commandée parle préfet de police Papon ex membre du gouvernement de Vichy
    Paris le 2 février 1962 Station de métro Charonne rebelote en matière de massacre.

    Quant aux non blancs qui se font flinguer régulièrement c’est à peu près 1 victimes tout les mois

    https://www.syllepse.net/permis-de-tuer-_r_25_i_611.html

    Alors le RIC ,un hochet !(cf Claude Guillon)

    Désolé j’arrive pas à être marrant …T’es plus forte que moi Emma !

    Bise à toi

    J'aime

    1. Bonjour

      il y a plein de niveaux intermédiaires entre :
      1 – le referendum d’initiative partagée qu’on a en france qui est un truc 100% système représentatif 0% peuple
      2 – et un RIC inscrit dans la constitution qui comme en Suisse OBLIGE l’état central à organiser un référendum sur TOUT SUJET (donc 100% peuple) …

      C’est l’intransigeance de notre mobilisation de citoyens à diffuser les arguments autour de cette question qui vont plus ou moins imposer la prise en compte du rIC par le gouvernement. Ca peut finir comme un machin intermédiaire avec 25% d’efficacité.

      Commençons par regarder le site article3.fr …… un RIC EN TOUTES MATIERES doit évidemment etre insrit dans la constitution pour PASSER PAR DESSUS le système représentatif actuel

      Le gouvernement va sortir toute la quincaillerie possible pour nous ENDORMIR et nous DISTRAIRE de cet ACCèS DIRECT du peuple au pouvoir que pourrait être le RIC « en théorie » …
      Un seul pays l’applique actuellement comme nous en France nous aurions BESOIN de l »appliquer, c’est le vnezuela …
      En italie il est bridé aux lois régionales, donc c’est pipi de chat
      En Suisse la sociologie de ce pays ultra riche et conseervateur avec 4 langues est hyper différente de la sociologie méditerranéenne de la france non ?

      Au venezuela = le peuple est un de 5 pouvoirs institué dans la constitution. IL PEUT révoquer un Elu.

      Autre point important = Chouard
      Son combat de 1 ans c’est la réécriture d’une constitution PAR LE PEUPLE.
      Afin de redonner au peuple le ROLE D’EMPLOYEUR des gens payés du gouvernement
      Depuis la révolution de 1789 ce sont LES EMPLOYéS qui ont écrit leur contrat de travail et mettent le peuple à 0% de capacité de décision. Ils décident de leur salaire, de l’opacité de leurs résultats, de leurs retraites … on a juste l’obligation de les payer et de la fermer (voir manifs actuelles)

      Pourquoi Chouard est OK avec le RIC avant de trouver la façon de réécrire nous même la constitution ?
      Parce qu’en théorie le RIC « en toute matière » passe PAR DESSUS le gouvernement en place en étant ECRIT dans la constitution.
      Le RIC passe par la réécriture d’un seul article de la constitution = l’article 3
      Ensuite il contraint le gouvernement à appliquer ce que le peuple aura voté au suffrage universel …

      Merci à Emma et à chacun de prendre sa part de diffusion de ces idées et participer à cette saine ré-education politique mutuelle
      et éventuellement en faveur de la réécriture de l’article 3.

      J'aime

  5. Je suis suisse et en effet, le taux de participation aux votations n’est pas optimum.

    Par contre, les causes que tu énumères ne sont pas les bonnes (soit manque de temps à cause du travail). En 1930, les heures de travail étaient bien plus élevées que maintenant. Or, à peu près 80 à 90% de la population suisse votait systématiquement.

    Alors, aujourd’hui, une des premières causes qui explique l’abstentionnisme, c’est l’intérêt pour le sujet mis en votation ou non (adhésion ou non à l’Europe, on a eu une participation d’environ 80%). Si le citoyen estime que le sujet mérite qu’on s’y intéresse, alors il votera. Sinon il s’en fiche. Une autre cause, c’est un désintérêt total de la politique. Un troisième, c’est un manque de confiance dans les institutions. Enfin un autre, concerne l’objet en lui-même de la votation : sur une loi ou sur l’élection d’une personne. La seconde intéresse beaucoup moins le citoyen. Une autre encore c’est s’il comprend les enjeux ou non.

    En gros, majoritairement, si le citoyen suisse ne vote pas, c’est parce qu’il s’en fout : https://www.rts.ch/info/suisse/9540819-l-electeur-suisse-reste-avant-tout-un-abstentionniste.html

    Après, de ce que j’ai observé à petite échelle :

    J’ai une formation universitaire. J’ai des amis en politique, ainsi que ceux qui, sans faire de politique, suivent l’actualité, ce qui doit composer à peu près 50% de mes amis. Le reste ne vote pas. Ce qui me hérisse au plus haut point. Les raisons que j’ai récoltées sont : « non mais lire le feuillet explicatif ça prend du temps ». Top chrono, je l’ai fais, en moyenne, ça prend 30 minutes de lire les arguments des uns et des autres dans le feuillet explicatif de l’enveloppe de vote (qu’on reçoit automatiquement à la maison). Quand j’explique ça, on me répond invariablement : « non mais la politique, c’est chiant alors ça m’intéresse pas ». J’ai bien eu l’argument du « je n’ai pas le temps », provenant d’un couple, sans enfants, universitaires, qui travaillent de 7h à 16h et qui habitent l’une à 15 mn de son boulot, l’autre à 30 mn. Lesquels passent leurs temps libres à : 3 entraînements par semaine en salle de sport, multiplication des week-end à Paris, Berlin, etc. Quand les 2 autres soirs de la semaine sont répartis en apprentissage d’une langue étrangère et session jeux vidéos. Et sorties bourrage de gueule le week-end.

    A l’inverse, j’ai un couple d’amis, pas universitaires, ou l’un et l’autre bossent à 100%, ça fait un an qu’ils ont un bébé. Madame est indépendante, Monsieur se tape 2h30 de transports publics par jour. eh bien ils n’ont manqué aucune des 4 votations de l’année dernière (ils ne manquent aucune votation d’ailleurs). Quand il y a des votations, ils ne manquent pas de lire le feuillet explicatif, de s’informer avec la presse, de s’informer avec le journal télévisé, d’aller sur des forums de discussion, d’aller aux conférences organisées par les unis avec présence d’experts, etc… et ils votent. Et ils le font en connaissance de cause. Et pendant cette période, ils ne sont pas calfeutrés chez eux à avaler des tonnes de données pour pouvoir voter au plus juste. Et ils arrivent à vivre à côté de leurs obligations professionnelles et familiales.

    Il faut aussi savoir que pendant 4 semaines avant les votations, les citoyens peuvent discuter avec les élus et les membres des partis politiques qui sont sur les places des marchés et aux environs des gares (si, si, je l’ai fait). Et on n’a pas des déploiements de sécurité et de flic pour ça, comme en France. L’élu se fond dans la masse du peuple. On a un Etat décentralisé, avec un système de milice. Donc, le politicien est abordable facilement. Mais bref, pour l’avoir fait, globalement, on se borne à distribuer des tracts. On est là, mais les gens viennent peu nous voir.

    Bref, majoritairement, ceux de mes amis qui ne votent pas et ne s’intéressent pas à la politique… ce n’est ni par manque de moyen intellectuel, ni par manque de temps. C’est par flemme. Et ils reflètent bien les études à ce sujet sur l’abstentionnisme suisse. Je sais, les suisses se rendent pas compte de la chance qu’ils ont d’avoir un gouvernement qui leur demande leur avis.

    Et à l’argument de « oui mais toi tu as dis que tu es universitaire alors tu sais, etc. », mes parents sont des ouvriers, mon père est un immigré. Eh bien j’ai toujours vu ma mère voter systématiquement, ce avec 3 enfants à élever et un boulot à côté.

    Après, voter intelligemment ou non (et donc avoir eu suffisamment de données, lu suffisamment d’articles et avoir débattu suffisamment longtemps… ce qui implique du temps, comme tu le dis) c’est une autre question.

    Aimé par 2 personnes

    1. Je suis très intéressé par l’exemple Suisse parce que Soljenitsyne avait parlé d’une manière intéressante de votre système dans un de ses bouquins (Le grain tombé entre les meules). Il s’attendait à y voir des votes « à la soviet », il avait été surpris.

      J'aime

  6. La dernière fois que y’a eu un referendum aux UK, ils se sont retrouvé avec le Brexit. Une belle preuve d’enfumage des foules à coup de mensonges, de traffic de sondages, de propagande ciblée et tout ça au nom de la démocratie. Merci mais je passe mon tour.

    J'aime

  7. Je me disais, comme ça, en passant mon balai, je suis balayeur en collège, que l’apprentissage de la subordination à un chef ( prof en l’occurrence ) commence très tôt et que, comme ça en passant, je me disais qu’il y aurait peut être quelque chose à faire du côté du transgénérationnel sur le sujet des dominations…
    Amicalement

    J'aime

  8. Superbe Emma ! Je rêvais depuis longtemps de lire un message parlant d’auto-organisation, d’AG et de remise en question totale de notre système politique 🙂 j’espère que beaucoup de personnes liront et partageront cela !

    La décentralisation, le tirage au sort (et le non-renouvellement des tirés au sort), les AG…ça a déjà été testé ailleurs aussi bien aujourd’hui que dans l’Histoire et ça a marché !

    Si y’en a que ça intéresse, je laisse ici un document listant des sources bibliographiques traitant de l’auto-gouvernance : https://www.dropbox.com/s/wreavce3ulbo3o6/Bibliographie%20autogouvernement.pdf?dl=0

    Continuons le combat, et encore merci Emma !

    J'aime

  9. Merci pour ces longues informations précises. Le pays de la Suisse est peut-être moins influent mondialement que ne le serait la France. Vous avez des conditions socio-économiques derrière lesquelles aucun ou peu de pays peuvent s’aligner. Si les thématiques restent très Suisso-centrées aussi, vos votations resteront vues comme un gadget accroché à une société ultra-libérale … Si votre pays interdisait les énergies fossiles, là vos votations seraient mondialement influentes … non ?

    J'aime

    1. Merci ! La comparaison avec votre pays me semble malhonnête. Vous êtes 7 millions, donc 1% de votre population vit sous le seuil de pauvreté. C’est quand même un résultat plus honnorabĺe que nos 10 ou 20 % voire plus, car comment comptabiliser tout ces invisibles, ces inaudibles politiques, que ce soit les décroissants, les anarchistes, les sans papiers, les fous, bref, tout ces non votants qui s’expriment enfin politiquement sur les ronds points, en tentant de sortir des clivages partisans qui sclérosent la pensée… les émergeants ne faisaient jusque là pas partie des sondages. Ils sont venus se joindre à cette classe moyenne dépitée, qu’elle soit d’extrême droite ou de gauche, ou qu’elle se soit fait berner par le marketing Macron… la réaction première concernant le pouvoir d’achat a muté grace à leur éclairage. Ces émergeants sont en connection avec un mouvement international, un éveil des consciences globale. Nous sommes nombreux à rêver plus de dignité et d’exemplarité pour la France. Encore faudrait il retrouver un peu de pouvoir sur notre destin commun.

      J'aime

  10. Bonjour!
    J’ai reçu ceci et vous le soumets:

    RIP et RIC… Le référendum comme rempart à l’exercice de la démocratie
    Toujours à propos des Gilets Jaunes, nous publions cette tribune bien sentie de Dominique Dionisi sur le fameux Référendum Populaire, devenu Référendum Citoyen.
    Encore une trouvaille de marketing.
    Il n’aura échappé à aucun(e) d’entre vous que l’acronyme R.I.C – Referendum d’Initiative Citoyenne – a très vite supplanté le R.I.P – Referendum d’Initiative Populaire – sur toutes les longueurs d’ondes et dans toutes les conversations publiques ou privées.
    Pourtant, combien de fois a-t-on entendu prononcer « R.I.P » quand il s’agissait de parler de la Suisse, de la Suède, de la Finlande, du Canada, et d’autres encore. Des centaines de fois. Qu’une consultation soit « populaire » chez les autres, passe encore, mais pas chez nous ! Pas de ça Lisette.
    Très vite, je me suis demandé pourquoi.
    D’abord, j’ai cru que c’était parce que, dans notre chère vieille France, fille aînée de l’église catholique et romaine (excusez du peu…), R.I.P renvoyait à l’idée de mort car la formule latine « Requiescat In Pace” se traduit en français par : Repose en paix. Formule que l’on trouve gravée sur bien des pierres tombales. Il est vrai que ça ne donne pas trop envie de discuter.
    Eh ben non, je me plantais !! J’avais oublié que nos grand(e)s communicant(e)s (ces experts en mensonges qui défilent sur les plateaux de FranceInfoTV, de BFM, de LCI, de la chaine parlementaire, etc, etc) avaient réalisé que « Populaire » ça renvoyait à « Peuple”.
    Quelle horreur ! Quelle abomination ! Vous rendez-vous compte que Populaire, Peuple, ça fait pauvre, ça fait populace !!
    Alors que Citoyen, Citoyenne, ça, ça en jette, ça fait Républicain, ça fait République en marche, ça fait Les Républicains. Comme aurait dit Gainsbourg, c’est classieux.
    Et, surtout, ça satisfera tou(te)s les lili-bobos de gauche comme de droite auxquel(le)s ça évitera d’avoir des aphtes ou un herpès buccal quand ils devront parler de ce qu’ils et elles vont devenir sous peu : des nouveaux pauvres.
    Oh, sorry ! On ne dira pas « Nouveau-pauvre » mais « New-moneyless ».
    Waoooh ! Ça changera tout, n’est-ce pas !! Ben voyons !!
    Mais je ne saurais terminer sans vous donner mon avis (il vaut ce qu’il vaut, peut-être rien, mais, au moins, je le donne) sur le referendum :
    LE REFERENDUM EST LE “MEILLEUR” REMPART CONTRE L’EXERCICE DE LA DÉMOCRATIE.
    Le referendum est à la démocratie ce que la peine de mort est à la justice humaniste : un contresens.
    Alors, réfléchissez bien avant de marcher dans les pas de ceux qui le réclament à grands cris.
    Moi, j’dis ça, mais j’dis rien…Bonne soirée. »
    Dominique Dionisi
    ‘chercheur en intelligence artificielle et spécialiste des systèmes objet. Il possède une double expérience de concepteur de systèmes d’information en entreprise et d’enseignant au CESI)

    J'aime

  11. Comment faire taire le 1% ? Un ou deux petits mouvements d’arrêt d’achats bien ciblés par semaine, et c’est fait, en quoi ? 4, 5 semaines ? Guère plus.
    Les grandes surfaces par groupe (tout le groupe Auchan, tout le groupe Carrefour, tout Système U, etc., la liste est sur wikipedia Liste d’enseignes de la grande distribution en France) ou par grande surface individuellement, ou par très grosses marques alimentaires (le dernier que choisir en donne des exemples), les gros pétroliers, les banques, les autoroutes, les journaux, les sites de vente en ligne, etc.
    Bref, cesser de consommer sporadiquement de façon à tout désorganiser dans les commandes et les livraisons, surtout pour le frais. Ça se fait pacifiquement par nous, les femmes (et oui, on en est encore là en 2018 dans 99% des cas !), de chez nous, sans prendre aucun risque. Aucun policier ne viendra chez nous nous obliger à aller dans un magasin ou à commander en ligne en nous menaçant d’un flasball ou d’une grenade. Et si ma voisine ou mon voisin manque de quelque chose, on se dépanne entre nous.

    J'aime

  12. Pour moi, la différence entre référendum d’initiative populaire et référendum d’initiative citoyenne, et cela se confirme en écoutant les gilets jaunes, c’est qu’on voudrait absolument limiter l’intervention dans la vie de la cité aux seuls gens qui ont le droit de vote.
    Vouloir sortir de ce système politique dévoyé et devenu obsolète mais conserver cette séparation entre les personnes selon qu’elles ont ou pas le droit de vote me semble tellement artificiel que je me demande ce qu’il y a derrière.
    La femme de ménage burkinabée ou marocaine qui nettoie les chambres d’hôtel ou qui depuis 10 ans vide les poubelles et nettoie les bureaux tôt le matin avant qu’on arrive, le sénégalais qui fait depuis 5 ans la collecte des ordures tous les matins avec ses collègues algériens ou tunisiens ou français (mais pas inscrit sur la bonne liste électorale depuis son déménagement), le petit épicier marocain qui ouvre son magasin jusqu’à pas d’heure depuis 40 ans pour qu’on trouve au dernier moment le litre de lait ou le beurre pour le petit déjeuner du petit dernier, on s’en fout de leur avis ? Ils ne sont bons qu’à payer leurs impôts et cotiser pour une retraite qu’il ne toucheront jamais s’il leur prend l’idée saugrenue de repartir vivre avec leur famille restée au pays ?
    Si le but c’est de prendre nous-mêmes les décisions qui nous concernent, ne faut-il pas inclure tous les habitants et pas seulement les citoyens au sens politique actuel ?
    Qu’on ne puisse pas recueillir directement l’avis des nourrissons sur le nombre de places ouvertes en crèche ou sur les horaires et la qualité de l’accueil qu’ils y reçoivent, cela semble évident. Alors on ne peut pas faire autrement que de les représenter, nous, parents et non-parents.Du mieux qu’on peut.
    Mais les enfants, vous croyez qu’ils n’ont pas d’avis sur le manque de sommeil qu’ils subissent du fait des horaires scolaires et des trajets, et sur l’absence de leurs parents qui travaillent ou cherchent du travail ?
    Et les ados, vous croyez qu’ils n’ont pas d’avis à donner sur les contenus de leurs études, sur la qualité de leurs enseignants, sur leurs horaires de dingues, sur les trajets qu’ils se tapent toute l’année pour rejoindre leur usine de gavage de connaissances avant de se désespérer d’avoir décroché leur bac sans obtenir de droit de faire les études qui les passionneraient ?
    Populaire, c’est le peuple, tout le peuple, la population.
    Citoyen, ça se réduit à ce que la loi autorise (loi faite pas qui ? et dans quel but, avoué ou pas, naïf ou mesquin ?).

    J'aime

  13. C’est bien de rêver à une utopie de démocratie socialiste directe et à une révolution tranquille et efficace, mais n’est-ce pas un peu naïf de croire que les riches et le patronat vont se laisser dépouiller sans se défendre?

    Si, comme vous le préconisez, une force politique arrivait près d’obtenir suffisamment de pouvoir pour s’emparer de l’argent et les entreprises des riches et du patronat afin de les redistribuer au peuple, ces derniers trouveraient forcément une façon de s’esquiver avant qu’il ne soit trop tard pour eux.

    La solution la plus simple pour beaucoup serait de quitter le pays et de déménager leur entreprises vers des pays ou le marché est plus libre.
    La plupart d’entre eux usent déjà de paradis fiscaux pour cacher une bonne partie de leur fortune et leur gains en capitaux à l’impôt de toute façon, donc le processus ne serait pas très pénible pour eux.

    Au fond ce serait la France toute entière qui en serait la grande perdante.
    Regardez simplement la situation ces dernières années au Venezuela en guise de comparatif, les riches et les entreprises qui pouvaient se le permettre ont quittés le pays, ce qui ne fit qu’aggraver la crise et la souffrance du peuple.

    Une révolution envers les riches et les propriétaires d’entreprises dans cette ère de mondialisation économique et d’argent numérique est pratiquement impossible dans les faits.

    J'aime

    1. Ils sont forts avec leur réthorique car ils ont réussi à diffuser l’idée que tout le monde répète comme un automatisme, qu’on ne peut se passer d’eux.
      Les patrons et des actionnaires sont des parasites qui s’enrichissent sur un travail autre que le leur. Il FAUT qu’ils partent ou qu’ils commencent à travailler comme tout le monde. Et bien sûr qu’ils ne se laisseront pas faire, toute l’idée de la BD montre que ça ne peut se passer que par un rapport de force : blocage, grève générale. S’ils abandonnent leurs entreprises parfait reprenons les. Il faut sortir du cadre de pensée qu’on nous a imposé, la révolution c’est pas juste des retouches dans un cadre qui reste le même, c’est tout repenser.

      J'aime

      1. Entièrement d’accord!
        Eh oui, ce sont des pervers narcissiques!
        Pour mieux les comprendre, une autre bande dessinée: « economix »

        J'aime

      2. Ma question est « Comment »?
        Parce qu’en affaires ça prend de l’argent pour faire de l’argent.
        Si les plus riches quittent le pays et qu’ils emportent leur entreprises avec eux (on parle ici de déménager une entreprise et non de l’abandonner, ce qui implique de vendre et/ou déménager tout l’es effectifs nécessaire à son fonctionnement) non seulement est-ce que le peuple qui voudrait les reprendre devra trouver moyen de financer l’achat de tout ces effectifs, mais il devra, en plus, le faire sans investisseurs puisque ceux ci auront aussi quitté ne voulant pas se faire piller par les révolutionnaires.

        Si le 10% des plus riches Français quittent, c’est 55% de toute la richesse Française qui disparaît d’un coup, sans compter que, du 90% restant, un pourcentage non-négligeable se retrouverait au chômage, ce qui mettrait une pression massive sur un système déjà fragilisé par le départ de ses plus grand payeurs.

        Et là on a pas encore calculé l’impacte en santé puisque les médecins spécialistes se retrouvent souvent dans les hautes sphères de rémunération et que leur talents sont très en demande dans beaucoup de pays.

        Un rapport de force politique prend un certain temps a s’établir et les lois prennent aussi un certain temps a être votés, ce qui donnerait aux riches et au patronat l’opportunité de fuir et ainsi plonger le pays dans la ruine.

        À moins que la révolution soit spontanée et généralisée elle ne pourra qu’empirer la situation économique en France, et votre BD semble justement préconiser une révolution politique, et donc lente.

        J'aime

    2. Et si on arrêtait effectivement de penser en économie financière.
      Des fois, de lire parler du chômage… ça me donne de l’urticaire.
      Si on changeait de système, qu’on ait assez pour se nourrir et vivre correctement sans forcément avoir à faire un travail inutile voire néfaste. On pourrait encourager les activités qui permettent à la société (pas uniquement celle-ci) de fonctionner (par exemple les agriculteurs et agricultrices, les employées du bâtiment, ceux et celles qui, dans des associations permettent de créer du lien, etc.) au lieu de forcer les « inactives » et « inactifs » (par exemple les mères au foyer, les RSAstes qui font du bénévolat, ou celles et ceux qui ont besoin de temps et d’énergie pour gérer leur état mental ou pour se retrouver) à chercher un travail qui ne serve qu’à pouvoir payer un loyer et de quoi se nourrir au détriment de plein de choses essentielles (santé mentale et physique, lien social, écologie,…).
      Franchement, est-ce que nous devrions remercier une grosse entreprise de créer des emplois précaires et destructeurs comme vendeur ou vendeuse par correspondance pour des objets inutiles qui ne serviront qu’à faire des profit aux actionnaires de ladite entreprise, par exemple?
      Moi je ne suis pas pour le travail à tous prix.
      Bonne soirée,
      tim

      J'aime

  14. Bonjour Emma,

    je réponds un peu tard à ton billet, mais cela faisait un moment que je n’avais pas été sur ton site, montant mon propre blog (https://crevette-diplomate.fr/).
    Même si ton dernier argument me convainc bien pour le refus du RIC ;-), je trouve que ton analyse de la Suisse est un peu dur. J’ai des amis qui habitent en Suisse depuis 5 ans maintenant, et le système de votation me fait rêver ! Perso, je trouve ça bien qu’à CHAQUE FOIS que de l’argent public est en jeu, la population vote. C’est quand même notre argent ! Nous aurions fait ça en France, cela nous aurait évité bien de l’énergie et de l’argent public dépensé inutilement : la gare à betteraves en Picardie que l’Etat a décidé de placer au milieu des champs à plus de trois quarts d’heure d’Amiens et une demi-heure de Saint-Quentin, au lieu de la mettre à Amiens comme tous les habitants et élus locaux souhaitaient. Moralité, maintenant ils parlent de la fermer avec à peine une vingtaine d’années d’existence : que vont devenir tous ses bâtiments en plein milieu des champs ?! Idem pour toutes les constructions de fermes industrielles en Bretagne qui reçoivent des subventions PUBLIQUES alors que tout le monde sait que c’est une des causes premières des algues vertes !
    Je suis d’accord avec toi qu’il peut y avoir le problème de l’argent dans la campagne. Mais en Suisse, tous les votants reçoivent un dossier technique qui montrent tous les aspects positifs et négatifs autour de la question. De plus, pour y avoir été au moment de plusieurs votations, les débats à la télé et dans les journaux sont assez poussés : pas d’idéologie comme en France et de vraies questions de la part des journalistes.
    Mais bon, je ne rêve pas, car même si cela arrive en France, c’est aussi le comportement de nos gouvernants qu’il faudra changer : respecter le choix du peuple et ne pas faire valider le projet par le parlement ou d’une autre façon. En Suisse, une des votations d’il y a quelques années avait donné non au projet de Jean Nouvel pour l’agrandissement d’un musée, et ben, il a dû replancher sur un NOUVEAU projet, et non seulement des ajustements ! En France, on aurait fait ça, cela nous aurait peut-être éviter le palais de justice à Nantes qui fuit et avec des bureaux noirs à l’intérieur (c’est design le noir, mais pensez à ceux qui y travaillent tous les jours !).
    Enfin, il ne faut pas oublier que contrairement à ce que l’on croit, la Suisse a un très bon service public (par délégation, le plus souvent) ! Il n’y a qu’à voir l’état de leurs chemins de fer par rapport aux nôtres. Mes amis habitent à Fey, village de 700 habitants, à une trentaine de kilomètres de Lausanne. Ils ont une gare, avec un train qui passe tous les 30 minutes, et tous les 15 minutes en heure de pointe, et cerise sur le gâteau, jusque deux heurs du matin le vendredi et samedi soir !!!! Même les VILLES de la banlieue parisienne desservies par le RER n’en ont pas autant !
    Désolé pour le message un peu long, mais il faut faire attention avec l’image qu’on nous renvoie de la Suisse, j’ai totalement revu mon jugement depuis que je connais mieux ce pays. Et perso, je pense que cela arrange certains de nos gouvernants qu’on voit la Suisse d’un mauvais œil (c’est vrai un pays où le SMIC est à 3500 euros avec des loyers et un coût de la vie à la parisienne, ce n’est pas bon pour les entreprises !).

    J'aime

  15. Bonjour Emma,
    J’aimerais bien rencontrer des personnes révolutionnaires, féministes et anti-racistes.
    Pour discuter avec eux et chercher des solutions.
    Ce système m’inquiète profondément. J’ai l’impression que l’argent a pris une place bien trop importante dans nos sociétés, et ce depuis longtemps. Au détriment des valeurs essentielles : les relations avec autrui et notre environnement.
    J’aimerais vivre dans une société de l’entraide, collaborative, avec des institutions indépendantes et protectrices : le service public, la redistribution des richesses, la justice. J’aimerais que la politique soit un outil dont chacun.e peut se saisir.
    Je veux que le système soit refondé. Mais je ne veux pas qu’il soit la porte d’entrée de l’homophobie, de la xénophobie et du conservatisme.
    J’aimerais trouver des solutions en me rassemblant avec d’autres personnes.

    J'aime

Les commentaires insultants, méprisants et/ou paternalistes seront modérés ! Merci ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s