Le problème avec le « Colorblindness »

On a tous un pote en mode « blanc, noir, jaune, vert ou rouge, je m’en fous, les gens sont tous de la même couleur pour moi ». Dans le milieu militant on appelle ça le « colorblindness ».

Et c’est un problème, parce que si tu vois pas les couleurs, bah tu vois pas le racisme.

Plus d’infos là -> http://lechodessorcieres.net/comprendre-le-colorblindness/

 colorblindsmall

4 réflexions sur “Le problème avec le « Colorblindness »

  1. Bonjour Emma!

    Je découvre Votre blog que je trouve génial! Merci!

    Je suis allée lire l’article et j’ai été gênée par plusieurs choses mais la plus forte : le racisme vient uniquement des blancs envers toutes les autres ethnies.
    Ca m’a rappelé une émission où des personnes noires et des personnes arabes se chamaillaient mais étaient d’accord pour dire que dire : »sale con de blanc » n’était pas du racisme!
    Une simple constatation,quoi! T’es blanc donc T’es sale et con.
    Et il y a autre chose qui me gêne, moi qui suis blanche et ait eu pour grand-parents des personnes noires : le mot « racisme » ne veut rien dire pour moi car il y a UNE race humaine, composée de différentes ethnies. C’est ce qui fait la richesse du genre humain et avant que les adultes s’en mêlent, les enfants vivent très bien entre eux.
    Le mot à remettre en gros et auquel il faut rendre sa place légitime est :XENOPHOBIE : je le trouve tellement plus juste!

    Pourquoi ne pas voir les couleurs n’est pas dérangeant? Parce que pour certains, ne pas voir les couleurs ou plutôt ne pas appuyer dessus,c’est voir l’humain avant tout.
    On me dit que je suis blanche? Oui et parfois rouge (de confusion),verte (de peur),brunie par le soleil…

    Pour terminer je vais vous dire : personne blanche et fille de blancs en revenant des îles où j’ai grandi j’ai détesté les blancs. Déjà j’étais habituée aux couleurs de peau c’est plus joli et en plus, je suis arrivée à Paris dans les années 80 : ils ne disent pas bonjour,ils ne sont pas intelligents…

    D’ailleurs c’est à peu près à ce moment là que le mot racisme est sorti.

    Alors que xénophobie est tellement plus adapté! Car ce n’est pas la couleur qui nous fait peur : c’est la façon différente de vivre, la peur de l’autre car des fois j’ai peur de mon voisin qui est blanc, issu de blanc, ou noir issu de noirs,kabyle issu de kabyles…(selon le pays où je me trouve) bref, un voisin identique à moi…sauf qu’il est chrétien,musulman,juif,bouddhiste,témoin de jéovah…

    Et si le problème était de voir la couleur plutôt que l’humain?

    MERCI Emma! Je Vous souhaite belle vie!

    J'aime

    1. Salut, j’ai un peu de mal à te suivre. Je peux juste dire que le mot xénophobie est effectivement adapté dans le cas d’un rejet de l’étranger (quelle que soit sa couleur de peau).
      Justement le racisme c’est pas ça. C’est un système de domination qui avantage les blancs au détriment des personnes racisées (économiquement, politiquement, juridiquement etc.) Et dans un contexte raciste, ne « pas voir les couleur » nous retire toutes les armes pour combattre ce système vu que ne pouvons plus avoir d’esprit critique sur la représentation des uns et des autres dans les institutions.

      J'aime

      1. Bonjour Emma!
        Merci pour ces précisions! Au moins pour une fois j’ai une définition du racisme qui jusqu’à présent me paraissait n’être que de la xénophobie.
        Vivant dans les îles, je peux Te dire que le racisme n’est pas que chez les blancs.

        Depuis des années nous mettons le doigt sur nos différences : couleur de peau, de religion…
        Alors que quand on regarde l’histoire de France, nous avons eu des hommes politiques noirs,des acteurs noirs : j’ai l’impression parfois que nous avons régressé…

        Je me sens soudain submergée par une vague de tristesse : il semble que nus nous engouffrons dans la brèche de la séparation dès qu’il y en a une qui se présente.
        Une image plus rigolote qui se présente : un groupe qui court avec toute la poussière soulevée : » vite! une brèche »!
        On dirait que les personnes ont peur d’aller bien et du coup de s’ennuyer, alors ils trouvent des « prétextes » pour aller « mal ».
        Ou une autre image : n’importe qui dira « je n’irai pas me jeter dans un gouffre sans fond » et pourtant, quand le gouffre porte un nom (ici racisme et xénophobie) beaucoup s’y jettent!

        J’ai pu constater qu’en général les gens ne s’aiment pas. Et je ne parle pas là d’aimer les autres. S’aimer soi.
        Nous avons tendance à nous axer sur les problèmes plutôt que sur les solutions,aussi.

        Voilà, j’ai encore fait des digressions,bla bla bla…

        En tout cas,MERCI Emma pour m’avoir éclairée un peu plus.
        MERCI pour Tes écrits,Ton humour,
        MERCI d’avoir créé ce blog!

        Je Te souhaite belle vie!

        Laetitia

        J'aime

  2. je suis nuancée… Je vais voir le racisme et aussi la domination blanche dans les pubs et à l’écran, mais quand on demande à ma copine d’où elle vient, ma machoire tombe, et je réalise que moi, ça m’avais jamais frappé qu’elle pouvait venir d’ailleurs (d’ailleurs c’est qu’elle est d’ici…) Alors je dirais que ça m’est arriver de pas voir la couleur de la peau, j’en tien peu compte quand j’entre en relation avec quelqu’un. Mais ca m’empèche pas de voir le racisme ordinaire, systémique et bien sur le racisme primaire (suprémaciste)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s